Lio, Muriel Robin… 150 artistes signent une nouvelle tribune sur l’affaire Depardieu

Après 2 tribunes dont l'une soutient l'acteur et l'autre, les victimes, d'autres vedettes comme Lio ont fait paraître un 3e texte sur le sujet.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Le feuilleton médiatique n’en finit plus. Le 30 décembre dernier, quand nous avions révélé la parution d’une tribune, via le média Cerveaux non disponibles, en réponse à celle parue dans le Figaro le 25 décembre, certains avaient déjà vu juste. Parmi les internautes, certains se demandaient déjà combien de textes similaires allaient apparaître dans la presse, pour statuer sur Gérard Depardieu. Monstre sacré pour les uns, et monstre tout court pour d’autres, l’acteur fait face à de graves accusations. Notamment trois plaintes pour viols. Ce 1er janvier 2024, 150 personnalités, parmi lesquelles on retrouve Lio, Alice Belaïdi, Alexandra Lamy, ou encore Anne Roumanoff, ont signé une nouvelle tribune. L’objectif ? Rappeler que même un acteur mondialement connu ne doit bénéficier d’aucun passe-droit.

L’art n’excuse pas tout

Le jour même de Noël, des réalisateurs et des comédiens, proches de Gérard Depardieu, dénonçait son lynchage médiatique. Ces signataires, très célèbres, comme Francis Weber ou Pierre Richard, ont connu une volée de critiques après la parution de leur tribune. D’ailleurs, la contre-tribune de Cerveaux non disponibles, lancée pour répliquer, totalise déjà plus de 8000 signatures. Dont celles de Louane, Pomme, Angèle ou encore Médine. Et au 1er janvier, 150 artistes ont à nouveau décidé de s’unir, pour réagir aux soupçons qui pèsent sur Gérard Depardieu. Parmi les signataires de ce nouveau texte, paru dans Libération, on retrouve beaucoup de femmes connues. Comme Lio, Lucie Lucas, Marilou Berry, Alice Belaïdi, Fauve Hautot ou Cœur de pirate. Pour ces artistes, le statut d’acteur à succès ne doit pas donner lieu à de la complaisance.

« Au nom de l’art, certaines voix s’élèvent pour défendre Gérard Depardieu, insinuant que son talent devrait le soustraire à toute critique, et même l’excuser pour ses comportements intolérables. Tout ça ne sera pas en notre nom. »

Rappelons qu’en plus des plaintes déposées à son encontre pour viols, le comédien a aussi tenu des propos extrêmement déplacés devant des caméras. Les extraits, diffusés dans Complément d’enquête, le 7 décembre, le montrent en train de dire des obscénités, au sujet de l’intimité d’une fillette. Selon Lio, Tristan Lopin ou encore Juliette Arnaud, reconnaître la présomption d’innocence ne doit pas servir à relativiser les réflexions inacceptables de Gérard Depardieu. Ni venir manquer de respect aux victimes présumées.

« Il est important de nous unir face à ceux qui salissent et qui dégradent, et nous disons ici d’une voix claire, forte, et puissante : nous ne sommes pas de ceux-là. Et ceux-là, nous n’en voulons plus. Nous sommes artistes, écrivain.es, producteur·rices, personnalités du milieu de la culture, mais nous sommes avant tout des citoyen·nes, et nous refusons la perspective d’une immunité artistique. »

Lio et son engagement féministe

Lorsqu’on jette un œil aux noms qui figurent sous cette nouvelle tribune, publiée dans Libération, on retrouve beaucoup d’artistes engagés pour l’égalité. Notamment le chroniqueur et humoriste Guillaume Meurice, ou encore Tristan Lopin. Il en va de même pour Lio. Connue pour ses talents de chanteuse, la jolie brune n’a pas la langue dans sa poche. Et elle sait parfaitement se faire entendre pour évoquer la cause des femmes. Ainsi, il y a quelques années, elle avait poussé un coup de gueule mémorable sur le plateau de Thierry Ardisson. Elle répondait alors à Muriel Cerf, sur le meurtre de Marie Trintignant par Bertrand Cantat.

À lire Gérard Depardieu : l’acteur visé par une nouvelle plainte : « Je l’entendais derrière moi »

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :