Complément d’enquête : France Télévisions déprogramme un sujet plutôt inflammable

Ce Complément d'enquête devait s'attarder sur Alexis Kohler, un proche d'Emmanuel Macron. Mais France 2 a préféré reculer...

© France TV

Afficher Masquer les titres

En théorie, la liberté de la presse s’applique en France. Elle concerne les journaux, les radios, les chaînes de télévisions et les sites d’informations. Avec quelques limites, sur la diffamation, les injures ou encore l’incitation à la haine. Mais parfois, la censure vient de l’intérieur. C’est en tout cas ce qui semble se passer dans les couloirs de France Télévisions. En effet, la Deux devait diffuser un numéro de Complément d’enquête, consacré à Alexis Kohler, en février prochain. Il s’agit de l’actuel Secrétaire général de l’Élysée. Or, la chaîne a préféré différer la diffusion de ce sujet, potentiellement explosif. Elle a aussi mis en attente d’autres enquêtes, portant sur des personnalités importantes du nouveau gouvernement. On fait le point !

Un moratoire mis en place par le directeur de l’information de France Télévisions

N’oublions pas que les élections européennes approchent. Elles se tiendront dès le 9 juin prochain. D’ici là, France 2 entend bien recevoir bon nombre de responsables politiques. De Renaissance comme d’autres partis politiques. C’est dans ce contexte que la chaîne a préféré mettre un numéro de Complément d’enquête sur le banc de touche. Les journalistes de l’émission avaient mené des investigations concernant Alexis Kohler. Un très proche collaborateur du président. Or, la chaîne craint, en diffusant ce sujet, que certaines personnalités ne boudent un  L’Événement. Ce programme précédera les scrutins des européennes. Et devra nécessairement interviewer des représentants des listes qui se présentent à l’élection.

Derrière ses précautions, on retrouverait Alexandre Kara. D’après le journal Télépro, le directeur de l’information de France Télévision ferait preuve de prudence pour ménager les susceptibilités de la sphère politique. Ainsi, alors que l’équipe Complément d’enquête prévoyait de dresser le portrait de Rachida Dati ou encore Gabriel Attal… Ces projets ont été différés. Au moins jusqu’au résultat des élections européennes.

À lire Jarry, papa comblé : il raconte ce moment inoubliable avec ses enfants

Complément d’enquête : la déprogrammation agace…

Du côté des journalistes de l’émission, on devine que la frustration doit sans doute être de mise. Cela dit, sur la Toile, des militants du RN dénoncent un traitement inégal des personnalités politiques. Et pour cause : Jordan Bardella, qui préside le parti, a eu le droit à son portrait dans Complément d’enquête il y a quelques jours. Mais, le concernant, France 2 n’avait pas jugé utile de retarder ce reportage.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :