Rachida Dati nommée ministre de la Culture aux côtés de Gabriel Attal

Connue pour sa brillante carrière en politique, la maire du 7ᵉ arrondissement de Paris, Rachida Dati, remplace Rima Abdul-Malak.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Depuis le 8 janvier 2024, et la démission d’Élisabeth Borne, les journalistes et les personnalités politiques sont en pleine effervescence. D’abord, il y a eu l’annonce de la nomination de Gabriel Attal, dès le lendemain, à Matignon. Devenu Premier ministre, il a planché ces derniers jours sur la composition de son nouveau gouvernement. Une attente longue et pénible pour les ministres, dans l’incertitude quant à leur avenir. On sait maintenant que Sébastien Lecornu restera au ministère des Armées, idem pour Éric Dupond-Moretti à la Justice et Gérald Darmanin à Beauvau. Ce jeudi 11 janvier au soir, la nomination de Rachida Dati aux fonctions de ministre de la Culture a néanmoins surpris beaucoup de monde… On fait le point !

Un choix étonnant mais stratégique

Très proche de Nicolas Sarkozy, l’ancienne garde des Sceaux est connue pour son franc-parler et sa forte personnalité. Celle qui règne en maître sur le 7ᵉ arrondissement de Paris depuis 2008, sait se mettre en avant. D’ailleurs, Rachida Dati elle-même n’avait pas mâché ses mots, pour qualifier le parti d’Emmanuel Macron et Gabriel Attal.

« En Marche, c’est des traîtres de gauche et des traîtres de droite. », avait-elle déclaré en 2021, au micro de France Inter. 

Il semble que le nouveau Premier ministre ait réussi une prouesse : persuader cette femme de poigne de rejoindre les rangs de la Macronie. Ou du moins, de jouer un rôle dans ce nouveau gouvernement. Le danger ? Que cette figure emblématique des Républicains devienne hors de contrôle pour le président de la République comme pour Gabriel Attal. Mais le tandem paraît disposé à prendre tous les risques dans le cadre de ce remaniement. En effet, Rachida Dati pourrait faciliter l’entente entre les partis Renaissance et LR… Un atout de choix, compte tenu de la majorité relative, qui complique l’action du gouvernement depuis plus d’un an. Dans le même temps, certains s’inquiètent de la mise en examen de Rachida Dati. L’association Anticor a alerté sur le profil de la nouvelle ministre de la Culture.

Le parcours de Rachida Dati

Corrompue pour les uns, dynamique et populaire pour les autres… Celle qui succède à Rima Abdul-Malak divise autant qu’elle fascine. Il faut néanmoins lui reconnaître certains mérites. Née en 1965, à Saint-Rémy, elle a grandi dans une famille très modeste, originaire du Maroc, à Chalon-sur-Saône. Elle suit des études de sciences économiques, d’abord à Dijon, puis à Paris (Université Panthéon-Assas).

À lire Agriculteurs en colère : les actions reprennent avant le Salon de l’Agriculture

Dès les années 1990, Rachida Dati travaille à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, en lien avec Jacques Attali. Après un passage par l’ENM, elle exerce quelques années en tant que magistrate. Avant que Nicolas Sarkozy ne la nomme ministre de la Justice de 2007 à 2009. Par la suite, elle poursuivra sa carrière comme députée européenne, puis en tant qu’élue à Paris. Elle a donc l’expérience requise pour s’imposer aujourd’hui au ministère de la Culture. Affaire à suivre…

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :