Petites pensions : quels changements avec la réforme des retraites à compter du 1er septembre ?

Emmanuel Macron a promulgué sa fameuse réforme des retraites. Et cela impacter les petites pensions des retraités.

© Crédits photos : iStock

Afficher Masquer les titres

Après des mois de mobilisation et de mouvements sociaux, la nouvelle de tomber : la réforme des retraites aura bien lieu. En effet, le Conseil Constitutionnel, saisi par les députés de l’opposition, a jugé que ce projet de loi recevable. Dans ce contexte, Emmanuel Macron n’a pas perdu de temps. Il a donc promulgué le texte en moins de 24 heures. Or, cette réforme doit avoir de nombreuses conséquences sur les petites pensions de certains seniors. On fait le point !

Le montant minimum des retraites aujourd’hui

Ces derniers, les malentendus entre les ministres, les médias et les Français ont été nombreux. En cause ? La promesse d’un minimum garanti fixé à 85 % du SMIC pour les plus petites pensions. Néanmoins, certains commentateurs ont vite remarqué que cette évolution n’allait pas concerner tout le monde… loin de là. Il convient ainsi de clarifier la portée de cette mesure. En réalité, elle ne s’appliquera qu’aux personnes ayant cotisé une carrière complète. Cette revalorisation va toucher 1,8 million de retraités, via le régime de base.

Pour l’heure, la pension minimale concerne un retraité sur trois. Mais il faut distinguer ce dispositif, en fonction de la carrière menée :

À lire Agirc-Arrco : bonne nouvelle pour les retraités, ce service d’aide va doubler

  • Le régime général, regroupe l’ensemble des anciens salariés du secteur privé, mais aussi les travailleurs indépendants. Avec la réforme des retraites, la revalorisation ne va toucher que 33 % d’entre eux. Ce qui équivaut à 4,7 millions de personnes. Ils peuvent obtenir une augmentation de leurs petites pensions CNAV de l’ordre de 130 euros.
  • Pour les anciens fonctionnaire, le minimum garanti profitera également à près d’un tiers des retraités.
    • Les personnes relavant de la CNARCL (environ 500 000 retraités) voient leurs petites pensions augmentées de 230 euros.
    • Les personnes relevant du SRE (160 000 anciens fonctionnaires d’État) ont droit à une augmentation moyenne de 160 euros.
Certains retraités verront leurs petites pensions grimper avec la réforme des retraites.
Certains retraités verront leurs petites pensions grimper avec la réforme des retraites – Crédits Photos : iStock

Les petites pensions avant la réforme

Pour l’heure, avant que le nouveau texte ne s’applique, il existe des mesures de retraite minimale. Mais elles s’appliquent toujours en plus des droits que vous avez acquis. Ce dispositif permet de bonifier une retraite insuffisante.

  • Mais attention : ce mécanisme ne concerne que la retraite de base si vous faites partie des anciens salariés du privé. Pas questions de constater un changement du côté Agirc-Arrco.
  • Pour les anciens fonctionnaires, ayant cotisé 40 ans, le minimum garanti atteint 1248,33 euros.

Peut-on obtenir une complémentaire avec une rémunération au SMIC ?

Du côté de l’assurance retraite (CNAV), les retraités ont droit au minimum contributif dès lors qu’ils ont cotisé suffisamment longtemps pour avoir une retraite à taux plein. Ce qui signifie qu’ils peuvent justifier de ce qu’on appelle une carrière complète. Pour ce faire, il faut avoir validé un nombre minimal de trimestres. Cet objectif varie en fonction de votre année de naissance. Pour valider ces cotisations, il faut travailler, mais le fait d’avoir fait un service militaire ou élevé des enfants permet aussi de débloquer des droits. Toutes les petites pensions ne peuvent donc pas y avoir droit, tout simplement parce que beaucoup de retraités ont eu des trous dans leur carrière.  Néanmoins, il est possible d’avoir droit à une retraite à taux plein en cas d’inaptitudes au travail.

Sans carrière complète, le minimum contributif fait l’objet d’un calcul, au prorata de vos cotisations. En clair, il demeure forcément inférieur à 684,13 euros. D’après le Conseil d’Orientation des retraites, près de 6,3 millions des retraités français ne perçoivent que 1 100 euros par mois, ou moins. Parmi eux, plus de 60 % ont une carrière dite incomplète.

Les petites pensions aujourd’hui : un exemple pour vous aider à y voir plus clair

Concrètement, prenons l’exemple d’une retraitée, ayant vu le jour en 1961. Supposons qu’elle ait fait une carrière complète, en percevant le SMIC tout au long de sa vie professionnelle. Sans réforme, sa pension de la CNAV atteint 747,57 euros brut. Auxquels s’ajoutent 337 de retraite complémentaire. Ainsi, elle a un revenu mensuel de 1 118 euros.

À lire « La retraite non, mais la fête, oui ! » : même à 95 ans, Line Renaud n’envisage pas d’annoncer la fin de sa carrière

Les effets de la réforme des retraites adoptée en 2023

Pour comprendre ce qui se joue, il faut bien comprendre que le minimum de 1 200 euros ne s’adresse pas à la majorité des retraités touchant des petites pensions.

Déjà, avant de commencer notre propos, il faut savoir que le montant de 1200 euros correspond à un revenu brut. En clair, il faut retrancher la CSG ainsi que la CRDS. Ensuite, ce chiffre inclut les retraites complémentaires. Or, d’après les chiffres de l’Agirc-Arrco les retraites concernées par le minimum contributif correspondent à de très petites pensions, largement inférieures à celles évoquées par le gouvernement.

Enfin, pour faire partie de ceux qui verront leurs petites pensions bonifiées, il faut bien sûr pouvoir justifier d’une carrière complète. Une fois ces trois contraintes prises en compte, on réalise que bien de retraités auront droit à ce coup de pouce.

En clair, Olivier Dussopt, le ministre du Travail a admis que seules 10 000 à 20 000 retraités passeront la barre des 1 200 euros chaque année. Un petit chiffre quand on sait que 600 000 à 700 000 seniors réclament chaque année leurs droits à la CNAV.

À lire Pension de retraite : votre versement de février vous a étonné ? Voici pourquoi

Minimum de 1 200 euros : combien de retraités avec des petites pensions y auront droit ?

Si les personnes concernées ne sont pas la majorité, le texte promulgué ce samedi par Emmanuel Macron doit tout de même insuffler du changement sur leurs revenus. Même si les effets constatés resteront en deçà de la promesse initialement faite par le président de la République.

En clair, le nouveau minimum contributif va atteindre 709 euros. La majoration induite s’adressera à celles et ceux qui ont une carrière complète, avec 120 trimestres cotisés, et pourra s’élever à 848 euros brut. Ce qui équivaut à 100 euros de plus qu’à l’heure actuelle. Une minorité de retraités verront donc leurs petites pensions grimper de 100 euros.

D’après le Ministère du Travail, parmi les personnes nées en 1972, un peu moins de 40 000 retraités pourront obtenir ce bonus de 100 euros sur leurs futures pensions. Toujours selon Olivier Dussopt, 180 000 à 200 000 personnes, en passe de terminer leur carrière, auront droit à une revalorisation, comprise entre 1 et 100 euros. Il annonce que les petites pensions connaîtront une hausse moyenne de 400 euros par an, ce qui représente 33 euros par mois.

Et pour les retraités d’aujourd’hui ?

Le gouvernement indique que 1,8 million de retraités pourront déjà recevoir une majoration de 1 à 100 euros. En moyenne, sur un mois, l’augmentation atteindra 57 euros en moyenne. Après la réforme :

À lire Pension de réversion : conditions, montant, mode de calcul, ce qu’il faut savoir

  • 700 000 hommes remarqueront un gain moyen de 45 euros par mois.
  • 1,1 million de femmes avec de petites pensions constateront 63 euros de revalorisation.

Sources : moneyvox.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :