Impôts : une arnaque au « trop-perçu » circule par SMS, méfiez-vous !

Faites attention à cette arnaque aux impôts. Baptisée arnaque au trop-perçu, elle se répand de plus en plus sur Internet. Les détails.

© Il était une pub

Afficher Masquer le sommaire

Différentes formes d’arnaques sévissent sur la Toile. Dernièrement, les contribuables ont eu affaire avec un mail frauduleux promettant un remboursement de leurs impôts. La DGFiP appelle à la prudence. On fait le point dans cet article.

Impôts : l’arnaque du « trop-perçu »

Sur la Toile, les arnaqueurs usent de différentes méthodes pour voler des informations personnelles. L’une des plus récentes est l’arnaque aux impôts. Baptisée arnaque du « trop-perçu constaté », cette escroquerie de plus en plus répandue vise les contribuables.

Pour mettre en place cette arnaque, les arnaqueurs envoient un mail dans lequel ils promettent un remboursement de leurs impôts. Évidemment, rien de tout cela n’est vrai. En fait, le lien sur lequel ils veulent que vous cliquiez redirige vers un faux site.

À lire Impôts : piscine, abri de jardin, pergola, quand faut-il déclarer et combien ça coûte ?

Si vous avez le malheur de suivre leurs directives, vous risquez de vous faire voler vos informations personnelles. Mais alors, comment savoir s’il s’agit réellement d’une arnaque ? La réponse est simple, il suffit de s’attarder sur les détails figurant dans le mail.

En effet, ce genre de messages, si envoyés par des escrocs, contiennent souvent des fautes d’orthographe. En lisant attentivement, vous noterez quelques erreurs qui devraient vous mettre la puce à l’oreille. Ainsi, la DGFiP appelle à la prudence.

Elle rappelle en effet qu’elle ne réclamera jamais d’informations personnelles pour réaliser un remboursement d’impôts. D’autre part, il faut éviter de cliquer sur des liens reçus par mail ou SMS. Surtout si le message concerne une facture à régler, une amende ou des impôts.

Impôts
Photo d’une femme d’âge mûr, choquée, qui parle au téléphone – Crédits photos : iStock

Lorsque vous recevez un mail qui vous semble frauduleux, prenez vos précautions. Ne répondez pas tant que vous n’êtes pas sûr. Pour savoir s’il s’agit d’une escroquerie, vous pouvez appeler ce numéro non surtaxé : 08 09 40 14 01.

À lire Impôts : comment contester en cas de désaccord avec le fisc ?

Aussi, n’hésitez pas à demander confirmation auprès de la DGFiP pour savoir si le mail émane réellement d’elle.

Impôts : une fausse bonne nouvelle

En juillet dernier, alors que plusieurs millions de personnes allaient recevoir un remboursement de leurs impôts, une arnaque a fait des siennes. L’arnaque en question visait les contribuables. Sous forme de mail, elle promettait une somme d’argent relative à un trop-perçu d’impôts.

Voici le contenu du mail envoyé par les arnaqueurs :

« Après réévaluation des barèmes pour le calcul de votre impôt sur le revenu, nous avons déterminé que vous êtes admissible à recevoir un remboursement de notre part d’un montant de 158,40 euros. »

Vous l’avez sans doute compris, il s’agit d’une tentative d’hameçonnage. En fait, les escrocs utilisent ce mail pour récupérer les coordonnées bancaires de leurs cibles. Tout ce qui y est mentionné n’a pas de fondement.

À noter que, là encore, les escrocs se font passer pour la Direction générale des finances publiques. Afin d’avoir la confiance de leur cible, ils lui promettent un remboursement des impôts dans les plus brefs délais.

À lire Impôts : si vous êtes concernés par un remboursement, voici les dates de versement possibles

Par ailleurs, suivre les directives contenues dans le message ne vous apportera rien de bon. Ceux qui ont eu le malheur de le faire ont vu leurs coordonnées bancaires se faire voler. La DGFiP n’a de cesse de le marteler, il ne faut jamais transmettre ce genre d’information suite à un échange par mail ou par SMS.

Impôts
Un homme utilisant un téléphone intelligent avec ses mains – Crédits photos : iStock

Comment reconnaître cette arnaque ?

Si jamais vous recevez un mail qui vous semble douteux, réfléchissez-y à deux fois avant d’y répondre. En effet, il peut s’agir d’une escroquerie. Alors, pour éviter de se faire piéger, mieux vaut toujours confirmer la véracité des informations.

Notez que les mails vous demandant vos coordonnées bancaires et qui soi-disant émanent de la DGFiP sont souvent l’œuvre d’arnaqueurs. Si vous en recevez un, faites très attention. En effet, les impôts ne vous demanderont jamais ce genre d’informations, car ils les possèdent déjà.

Et si jamais, ils devaient le faire, les échanges se feraient sur impots.gouv.fr et non par mail. Autre indicateur, l’échéance de 48 heures. Dans la plupart des cas, les liens envoyés par les escrocs ne sont valables que 48 heures.

À lire Jobs d’été : vos revenus sont-ils imposables ? Ce qu’il faut savoir

Or, un tel délai n’existerait pas si vous échangiez réellement avec la DGFiP. En réalité, si un remboursement est bel et bien en cours, la DGFiP vous enverra un mail, mais pas pour vous demander directement vos informations.

Ce mail devrait seulement vous indiquer qu’une information est disponible sur votre espace personnel et qu’il faut que vous vous connectiez.

Sources : actu.fr, sudouest.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :