Chèques-cadeaux : bénéficiaires, obligations, plafond, tout ce qu’il faut savoir sur ce coup de pouce

Montant, bénéficiaires, obligation, utilisation… découvrez tous les points essentiels concernant les chèques cadeaux de Noël.

© Istock

Afficher Masquer les titres

Les fêtes de fin d’année approchent et vous vous demandez si votre employeur va offrir des chèques-cadeaux cette année ? En effet, leur distribution n’est pas systématique. Toutefois, si une entreprise choisit d’en offrir, il y a certaines règles à suivre. On vous dit tout dans cet article.

Qui peut avoir droit aux chèques-cadeaux ?

Peu importe le nombre de personnes qui travaillent avec vous, vous pouvez tous recevoir un chèque-cadeaux de la part de votre employeur. C’est un geste généreux qui ne dépend pas de votre ancienneté, de votre rang, de votre genre, ni même de votre fonction.

En effet, ces chèques sont distribués de façon équitable à tous les salariés. Que vous soyez à la tête de l’entreprise, sur le terrain ou en stage, vous pouvez être en droit. De plus, cela concerne aussi bien le secteur privé que le secteur public.

À lire Compte personnel de formation (CPF) : qui va devoir payer pour bénéficier d’une formation ?

Bref, tous les salariés qui ont signé un contrat de travail peuvent profiter d’un chèque-cadeaux. Cependant, sachez que les employeurs peuvent ne pas en distribuer.

Chèque cadeau
Les mains des femmes sur le clavier d’un ordinateur portable tenant une carte cadeau – Crédits photos : iStock

Quel est le montant d’un chèque-cadeau ?

Un chèque-cadeau, c’est un geste de générosité. En principe, il n’a pas de plafond sur sa valeur. Tout dépend de la bonne volonté de l’employeur. Cela dit, il y a une limite sur le montant des bons d’achat qu’on peut offrir comme chèques-cadeaux. La raison ?

Comme les chèques-cadeaux sont des avantages que l’employeur octroie à un salarié, des prélèvements sociaux doivent se faire. Heureusement, pour encourager et renforcer la solidarité, il existe des seuils qui permettent de libérer ces bons d’achat de toute imposition.

Ainsi, selon le site du ministère de l’Économie :

« Lorsque le montant global de l’ensemble des bons d’achat et cadeaux attribué à un salarié au cours d’une année civile n’excède pas 5 % du plafond mensuel de la sécurité sociale (soit 183 € en 2023), ce montant est exonéré de cotisations de sécurité sociale. »

En d’autres termes, si le montant total des chèques-cadeaux reçu par un salarié pour cette année dépasse 189 euros, l’exonération d’impôt disparaît.

À lire RSA conditionné à 15 heures d’activité : départements pilotes, activités, sanctions… Ce qu’il faut savoir

Comment utiliser un chèque cadeau ?

Rappelons que ce sont les employeurs ou les comités sociaux et économiques (CSE) qui sont en droit d’offrir ces chèques aux salariés. Comment les utiliser efficacement ? Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe plusieurs types de chèques-cadeaux.

Voici 3 des plus courants offerts à l’occasion des fêtes de fin d’année :

Les chèques papier

Les chèques-cadeaux papier sont les plus classiques. Il suffit de le présenter à la caisse d’un magasin partenaire pour payer vos achats.

Chèques-cadeaux
Une femme dans l’allée d’un supermarché avec des coupons de réduction – Crédits photos : iStock

Les cartes-cadeaux

Elles fonctionnent comme une carte bancaire. Ainsi, vous pouvez utiliser les cartes-cadeaux en une ou plusieurs fois dans les magasins partenaires. Vous pouvez également consulter le solde de vos cartes sur internet ou par téléphone.

À lire Prime d’activité : quel montant pour les bénéficiaires selon la composition de votre foyer en 2024 ?

Les chèques digitaux

C’est une sorte de code envoyé par mail. Vous pouvez l’imprimer pour l’utiliser en magasin ou le saisir sur une boutique en ligne. C’est le plus pratique si vous souhaitez faire un cadeau à distance.

Pour terminer, n’oubliez pas de vérifier la date de validité de vos chèques-cadeaux. Ils ont généralement une durée de vie limitée. D’ailleurs, si vous avez des chèques périmés, vous pouvez tenter de les échanger auprès du CSE ou du prestataire qui les a émis. Cela dit, il n’y a pas de garantie.

Sources : ladepeche.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :