Électricité : une augmentation de 130 euros en moyenne pour 2024 ? Ce qu’il faut savoir

À cause d’une taxe votée par le gouvernement, les prix de l’électricité vont connaître un bond significatif en 2024. Découvrez les détails.

© IStock

Afficher Masquer les titres

Ce jeudi 14 décembre, le gouvernement a voté le retour d’une taxe. Cette mesure aura pour effet d’augmenter de 10 % les prix de l’électricité en 2024. Selon les estimations, cela équivaudrait à une hausse moyenne de 130 euros par an et par foyer. On fait le point dans cet article.

Électricité : la hausse s’explique par la TICFE

En recourant à un nouveau 49.3, le gouvernement a fait passer en force une mesure de son budget 2024. En effet, celle-ci consiste à relever la Taxe intérieure de consommation finale sur l’électricité (TICFE). Elle a été abaissée à son niveau le plus bas fin 2021.

Cette taxe, qui s’ajoute à la TVA, représente effectivement une part importante du prix de l’électricité payé par les consommateurs. Alors qu’elle était de 1 euro par mégawattheure (MWh) pour les particuliers, elle va grimper à 32 euros.

À lire EDF : les raisons de la très forte hausse des tarifs heures pleines/heures creuses et Tempo

Pour rappel, c’est le maximum autorisé par l’Union européenne. Cette hausse, censée survenir en 2025 selon le projet de loi de finances (PLF), va se traduire par une augmentation de la facture d’électricité des ménages français.

Électricité
Concept de consommation d’énergie et d’électricité chère – Crédits photos : iStock

Notons que cela survient alors que le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a assuré que la hausse des prix de l’électricité serait limitée à 10 % en 2024. Pourtant, selon Le Parisien, la facture pourrait s’alourdir de 130 euros en moyenne.

Un trou de 9 milliards d’euros par an pour l’État

En baissant la TICFE à son minimum fin 2021, le gouvernement a creusé un trou de 9 milliards d’euros par an dans les finances publiques. Face à ce manque à gagner, il a choisi de remonter la taxe, mais pas trop vite.

Les sénateurs, plus soucieux de l’équilibre budgétaire, voulaient revenir aux niveaux d’avant la crise dès le 1er janvier 2024. Cependant, le ministre des Comptes publics, Thomas Cazenave, a préféré une hausse progressive.

« Il me semble plus raisonnable d’augmenter progressivement la fiscalité sur l’électricité (de 1 à 15 euros par MWh donc, dans un premier temps), sans dépasser une hausse de 10 % des tarifs, conformément à l’engagement que nous avons pris », a ainsi suggéré le ministre aux sénateurs.

Ainsi, comment vont faire les Français pour régler leurs factures ? Le gouvernement a-t-il prévu des mesures de soutien pour les plus précaires ? Ce que l’on sait, c’est que les prix de l’électricité ont bondi de 26,5 % en 2023, malgré le bouclier tarifaire.

À lire Facture d’électricité : ces habitants ont trouvé une solution radicale pour payer deux fois moins cher

Pour éviter une hausse des tarifs d’environ 20 %

Sans doute pour éviter la grogne des consommateurs, le gouvernement français a opté pour une hausse modérée de la fiscalité sur l’électricité. Comme l’explique Thomas Cazenave, elle passera d’abord de 1 euro à 15 euros par MWh au lieu de 32 euros.

Électricité
Augmentation du prix de l’électricité – Crédits photos : iStock

En effet, un passage brutal à 32 euros aurait provoqué une hausse d’environ 20 % des tarifs de l’électricité. Cela aurait de ce fait alourdi la facture annuelle de 260 euros en moyenne pour les ménages français, déjà étranglés par l’inflation.

Ainsi, l’électricité française, autrefois réputée pour son faible coût et sa compétitivité, n’est plus qu’un produit moyen sur le marché européen…

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :