Anne-Sophie Lapix : pourquoi la journaliste a du mal à se faire accepter ?

Un journaliste ne doit pas faire plaisir, mais chercher la vérité. Cela dit, le ton d'Anne-Sophie Lapix n'a pas plus à tout le monde

Anne-Sophie Lapix : pourquoi la journaliste a du mal à se faire accepter ? – Source : Getty Images

Dans une démocratie, on aurait pu croire que les journalistes avaient une grande liberté. Pourtant, à France 2 comme ailleurs, certains politiciens n’aiment pas qu’on les cuisine trop. Anne-Sophie Lapix l’a appris à ses dépens. Elle a animé plusieurs interviews avec des figures incontournables du monde politique. Mais désormais, certains grands noms n’hésitent plus à bouder son plateau. Ainsi, lors de la dernière élection présidentielle, Marine Le Pen comme Emmanuel Macron ont refusé qu’elle anime le débat. Or cette discussion, menée dans l’entre-deux-tours, a une importance cruciale. Découvrez ce qui a déclenché la mise à l’écart d’Anne-Sophie Lapix.

Exactitude et pugnacité : la journaliste agace la classe politique

On pourrait croire qu’un bon journaliste ne doit jamais rien lâcher. Les questions dérangeantes doivent donc faire partie intégrante de son répertoire. Or, la popularité joue aussi un rôle lorsqu’on s’intéresse à l’actualité politique. Jugée trop directe, et pas assez complaisante, Anne-Sophie Lapix a perdu la confiance des politiques. Ainsi, Xavier Bertrand garde une dent contre la jolie blonde, depuis 2021. À l’époque, il était venu défendre sa candidature pour la présidentielle 2022.

Lancé dans un monologue détaillant ses chances de gagner, il a subi une interruption magistrale. Anne-Sophie Lapix avait alors précisé « Enfin pour l’instant, vous n’êtes même pas au second tour dans les sondages ». Silence de mort sur le plateau…  L’ancien candidat des Républicains n’a jamais pardonné cet affront.

Plus tôt encore, tandis qu’elle animait C à vous, Anne-Sophie Lapix avait aussi eu affaire à Florian Philippot. Une discussion animée opposera l’élu du Front National à la journaliste. Plus tard, il n’hésitera pas à se plaindre publiquement, lors d’un passage sur CNEWS. D’après lui, la journaliste a eu un regard moqueur à son égard. Il estime avoir subi un traitement injuste sur France 2.

Si l’on remonte à la campagne présentielle de 2012, Anne-Sophie Lapix avait aussi eu un accrochage avec Marine Le Pen. Interrogée sur son programme économique, elle avait paru mise en difficulté par la journaliste de Dimanche+. Depuis, la jeune femme reste persona non grata pour la fille de Jean-Marie Le Pen.

Anne-Sophie Lapix, écartée par les équipes de campagnes

Parce qu’elle ne loupe aucun détail, et aucune occasion d’intervenir, la journaliste peut faire peur. En effet, les personnalités politiques et leurs conseillers attendent davantage de complaisance. Anne-Sophie Lapix et ses questions qui dérangent, posent donc problèmes pour les élus qui souhaitent défendre leur image et leur réputation. Ainsi, de fil en aiguilles, sa rigueur a fini par effrayer ceux-là même qu’elle devait faire parler.

Il s’agit d’une belle victoire sur le fond. Mais dans les faits, cela se traduit surtout par un manque d’opportunités professionnelles pour Anne-Sophie Lapix. Aussi, l’émission Élysée 2022 avait finalement été confiée à Léa Salamé. La jeune femme sévit, elle aussi, sur France 2 et Radio France. Mais il semble que les personnalités politiques la juge plus consensuelle et inoffensive.

Anne-Sophie Lapix, quant à elle, réfute tout positionnement radical.
« Je ne suis pas non plus le Che Guevara de l’info, mais le fait de poser des questions un petit peu incisives, gêne les politiques, et finalement aujourd’hui, c’est une espèce de protection. »

Source : Gala