Pôle Emploi devient France Travail : ce qui va changer pour les demandeurs d’emploi

Au 1er janvier 2024, Pôle emploi cèdera sa place à France Travail. Voici les conséquences de ce changement pour les demandeurs d’emploi.

© IStock

Afficher Masquer les titres

Une réforme a eu lieu dans le milieu de la recherche d’un emploi. Ainsi, oubliez Pôle emploi et préparez-vous à accueillir France Travail. Cela va bien évidemment changer beaucoup de choses pour les demandeurs d’emploi. On vous explique tout dans cet article.

L’objectif du remplacement de Pôle emploi

France Travail vise le plein-emploi. Ce nouveau dispositif, qui succède à Pôle emploi, devrait en effet mieux coordonner les acteurs du service public de l’emploi. Le gouvernement va s’en servir pour abaisser le taux de chômage autour de 5 % en 2027, contre 7,4 % actuellement.

Par ailleurs, les demandeurs d’emploi peuvent se rassurer sur certaines questions. Les démarches pour obtenir les allocations restent les mêmes malgré la disparition de Pôle emploi. Ils recevront toujours leurs dus

« dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui ».

Par conséquent, comme d’habitude, ils devront aller sur leur espace personnel sur le site de Pôle emploi pour actualiser leur situation. Seulement voilà, à partir du 1er janvier prochain, le nom du site deviendra France Travail.

À lire Compte personnel de formation (CPF) : qui va devoir payer pour bénéficier d’une formation ?

Ainsi, pour mieux éclairer les demandeurs d’emploi, Le Point nous détaille les nombreux changements après le lancement de France Travail. Il est temps de les étudier pour mieux comprendre le fonctionnement du dispositif.

Pôle emploi
Le logo Pôle emploi sur un panneau d’affichage – Crédits photos : iStock

Une inscription automatique à Pôle emploi

Aujourd’hui, seuls 40 % des bénéficiaires du revenu de solidarité active sont inscrits à Pôle emploi. Au plus tard le 1er janvier 2025, l’inscription à France Travail sera automatique pour toute personne demandant un RSA à la CAF.

Cela va aussi concerner les jeunes accompagnés par les missions locales et les personnes en handicap de chez Cap emploi. Ainsi, le successeur de Pôle emploi aura la charge de près de 2 millions d’allocataires du RSA. Et ce, en plus des chômeurs déjà inscrits.

15 heures d’activité minimum par semaine

Quand un demandeur d’emploi s’inscrit, il faudra qu’il signe un contrat d’engagement. Celui-ci stipule que la personne touchant le RSA doit obligatoirement effectuer au moins 15 heures d’activité par semaine.

À lire Allocations chômage : vers un allongement de la durée d’indemnisation ? Ce qu’il faut savoir

Il peut s’agir d’une activité en lien avec une formation ou une insertion : immersions, remises à niveau, rédaction de CV, etc. La durée de l’activité obligatoire peut varier selon la situation personnelle et familiale du bénéficiaire.

Comme le rapporte Le Point, 18 départements expérimentent actuellement cet accompagnement.

Un suivi mutualisé après Pôle emploi

France Travail va améliorer le suivi des demandeurs d’emploi et des individus en difficulté d’insertion. Pour ce faire, le dispositif va regrouper tous les acteurs de l’emploi pour qu’ils fonctionnent ensemble en réseau.

Il continuera toujours d’assurer les missions de Pôle emploi, mais en outre, il s’intégrera à un réseau pour l’emploi. Ce réseau sera constitué d’autres acteurs tels que :

À lire RSA conditionné à 15 heures d’activité : départements pilotes, activités, sanctions… Ce qu’il faut savoir

  • Les missions locales
  • Cap emploi
  • L’interlocuteur des travailleurs handicapés
  • Les services de l’État et des collectivités territoriales

Des sanctions et des contrôles plus stricts

France Travail s’annonce plus strict pour les allocataires qui ne respectent pas le contrat d’engagement ou refusent de le signer. Avant la radiation, un manquement pourrait désormais engendrer la suspension du versement du RSA.

Exception faite en cas d’opposition du président du conseil départemental pourrait éviter cette suspension au bénéficiaire. Quand la personne respectera à nouveau ses engagements, une régularisation rétroactive du RSA lui sera accordée.

Il y aura toutefois une limite sur le montant versé rétroactivement. Enfin, les contrôles chez France Travail augmenteront par rapport à l’époque de Pôle emploi. En effet, jusque-là, ils étaient à 500 000 par an, mais le gouvernement veut doubler ce nombre.

À lire RSA et heures d’activité : ce qu’il faut savoir sur cette mesure qui va se généraliser

Sources : lepoint.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :