Gilles Verdez, pour l’interdiction des critiques sur le vaccin Covid-19 : « J’ai peur des gourous »

Connu pour sa carrière de journaliste, Gilles Verdez se dit en faveur d'une loi interdisant de critiquer les vaccins contre le coronavirus.

© C8

Afficher Masquer les titres

Né en 1964 à Saint-Germain en Laye, il a d’abord suivi des études Centre de formation des journalistes de Paris. Diplômé en 1988, Gilles Verdez fait d’abord carrière dans la presse écrite. Il évolue ainsi avec différentes rédactions comme Le Parisien, L’Équipe ou encore France Soir. Ses premiers passages sur le petit écran ont lieu dans les années 1990. Il intervient alors dans Ciel mon mardi ! Avec Christophe Dechavanne. Mais de nos jours, on le connaît surtout pour sa fonction de chroniqueur dans TPMP. Bien souvent, il a l’art et la manière de se mettre tous ses camarades à dos lors des débats. Et ce 9 février 2024, il a agacé Cyril Hanouna, en se prononçant sur la question des vaccins contre la COVID-19. On fait le point !

Gilles Verdez ravive les mauvais souvenirs de la pandémie

Entre 2020 et 2022, la France a vécu au rythme des confinements et des couvre-feux. En cause ? Le coronavirus, qui s’est répandu à travers le monde il y a maintenant 4 ans. La crise sanitaire a duré des mois, pénalisant de nombreux secteurs de notre économie. Pour y mettre un terme, le gouvernement a parié sur la vaccination. Un geste devenu quasi obligatoire avec la généralisation du pass sanitaire. Mais beaucoup de citoyens, sceptiques, ont refusé les injections. Mais Gilles Verdez, lui, semble largement convaincu.

De nos jours, les autorités ne demandent plus de QR code, ni de certificat médical concernant le virus. Mais on entend régulièrement des voix s’élever sur les réseaux sociaux. Pour pointer l’inefficacité des vaccins. Ou encore leurs effets secondaires. Pour l’heure, la communauté scientifique n’a pas validé ces théories. Ce 9 février, sur le plateau de TPMP, les chroniqueurs devaient discuter d’un projet loi bien spécifique. Qui pourrait déboucher sur l’interdiction de critiquer les vaccins contre la COVID-19. Gilles Verdez n’a pas tardé à le dire : il est pour.

« Je peux vous expliquer pourquoi… Derrière tout ça, Cyril, aussi, c’est pour que des gourous ne puissent plus arrêter des traitements. Que des gourous ne puissent plus prendre la parole, en disant n’importe quoi. C’est pour ça que j’ai dit oui. »

Le chroniqueur estime en revanche que la presse et les médias devraient encore pouvoir décrypter l’actualité autour des vaccins. Cyril Hanouna, lui, semble redouter que ce projet de loi ne complique le débat.

« J’espère que non, sinon je changerais d’avis. Mais pour l’instant j’ai peur des gourous. », déclare Gilles Verdez.

À lire TPMP : qui sont les chroniqueurs les plus populaires d’après Instagram ?

Le marginal de TPMP ?

En ce moment, l’émission se décline 7 jours /7. Avec le programme Face à Hanouna. Malheureusement, elle a aussi suscité de nouvelles polémiques. Notamment avec l’interview de Loana, moquée par Kelly Vedovelli sur le plateau. Mais aussi en raison des personnalités invitées par Cyril Hanouna. Julien Odoul, Juliette Briens ou encore Gauthier Le Bret… Il a donné la parole à de nombreux représentants des partis de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour. Dans un tel contexte, les positions progressistes de Gilles Verdez détonnent beaucoup. Dans TPMP, il joue souvent le rôle du chroniqueur seul contre tous, portant des opinions impopulaires auprès du grand public. Reste à savoir ce qui relève de ses convictions, et ce qui tient de la posture, pour créer des clashs à l’antenne. Et des réactions sur les réseaux sociaux…

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :