« Qui veut être mon associé ? » : comment les entrepreneurs sont-ils préparés avant leur passage ?

Il les aide à structurer leur projet et à capter l’attention des investisseurs. Voici le coach des candidats de Qui veut être mon associé ?.

© M6

Afficher Masquer les titres

Vous avez sûrement déjà regardé Qui veut être mon associé ? l’émission qui met en relation des entrepreneurs et des investisseurs. Mais savez-vous ce qui se passe avant le passage devant les caméras ? Les candidats bénéficient d’un coaching intensif pour peaufiner leur pitch et convaincre les investisseurs. Qui est vraiment ce coach ?

Un entrepreneur aguerri et un mentor expérimenté

Un bon business ne suffit pas pour réussir à Qui veut être mon associé ?. Il faut aussi convaincre les investisseurs avec un pitch efficace. Or, beaucoup de candidats dans Qui veut être mon associé ? se sentent mal à l’aise face aux caméras. Heureusement, Raphaël Girardin est là pour les coacher. Il a appris de ses propres erreurs et connaît les pièges à éviter.

Avec dix ans de création de start-up à son actif, Raphaël Girardin est un entrepreneur chevronné et un mentor avisé. À la tête de l’incubateur AgroVallée à Montpellier, il accompagne les candidats à Qui veut être mon associé ? dans leur préparation au pitch.

À lire Norbert Tarayre de retour sur M6 : cette nouvelle émission consacrée aux restaurants qu’il va animer

Il connaît les enjeux et les émotions de cet exercice, et il ne se contente pas de les guider sur le fond et la forme de leur projet. Il les soutient aussi sur le plan psychologique, en les rassurant et en les mettant en confiance.

Comment se présenter comme dans Qui veut être mon associé ?

Selon le coach, l’éloquence repose sur trois mots : toucher, convaincre et divertir.

« Le temps d’attention est rare, donc arriver à garder les gens focalisés sur ce que vous dites est un défi », confie le jeune homme.

Raphaël Girardin a identifié deux erreurs fréquentes lors des pitchs. La première est de se focaliser sur son produit ou service, alors que les investisseurs veulent connaître l’entreprise et sa vision, l’équipe fondatrice et sa motivation. La deuxième est de se cacher derrière son projet, au lieu de se mettre en avant.

« Le facteur principal d’investissement, c’est le capital humain », affirme l’entrepreneur. Et poursuis avec : « Il faut parler de son rêve et ne pas avoir peur de montrer qui on est. »

Raphaël Girardin conseille de conclure le pitch par une demande :

« comme vous le feriez pour une demande en mariage »

Mais avant cela, il doit convaincre les investisseurs de Qui veut être mon associé ? de la valeur du projet et de l’équipe. Le business coach souligne que le pitch n’est pas une simple présentation, mais le début d’une relation durable, essentielle pour votre réussite entrepreneuriale.

« Tout ça se fait bien en amont »

Raphaël Girardin consacre une à deux heures pour chaque candidat de Qui veut être mon associé ?, selon leur niveau. Il les aide à préparer leur pitch, en anticipant les questions des investisseurs et en trouvant les arguments les plus clairs.

« Tout ça se fait bien en amont. Le jour du tournage, les candidats sont tellement stressés qu’on ne peut plus leur donner de conseils », explique le Business coach spécialiste pitch.

Raphaël Girardin pense que pitcher dans Qui veut être mon associé ? ou dans la réalité est similaire :

« Ce sont les mêmes conseils, seul le timing n’est pas le même. Dans QVEMA, les investisseurs n’ont aucun mémo sur l’entreprise avant le pitch. Ils découvrent le projet en direct et c’est plus de pression, car ils sont filmés », confie le créateur de start-up.

Mais la plupart des candidats gèrent bien ce stress. En effet, Raphaël Girardin observe que le niveau a « monté d’un cran » avec des projets de haute qualité.

À lire « Qui veut être mon associé ? » : Claire Suco a finalement réussi à lever 500 000 euros pour « Meuf » !

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :