« Le public ne veut plus de toi » : Christophe Dechavanne évoque les mots durs d’un ancien patron de TF1

Christophe Dechavanne ne se retient pas. L’animateur révèle les relations compliquées qu’il a eues avec ses anciens patrons de TF1.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Samedi 20 janvier dernier, Christophe Dechavanne s’était confié auprès du Parisien. Au cours de l’entretien, l’animateur est revenu sur l’époque où il travaillait pour TF1. Il a alors fait des révélations inattendues à propos de ses anciens patrons de la première chaîne.

Ses relations complexes avec Patrick Le Lay

Le nom de Christophe Dechavanne est bien connu du monde du petit écran. Après avoir été le maître de nombreux programmes, il est devenu un animateur emblématique de la télévision française.

Il y a 2 ans, l’animateur de 65 ans rejoint Léa Salamé dans l’émission Quelle époque ! sur France 2. Avant de signer avec le service public, Christophe Dechavanne a longtemps collaboré avec TF1.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par INPOWER 💥 (@inpowerpodcast)

À lire Christophe Dechavanne : après les accusations de son ex-fiancée, ses filles déballent tout

Dans une interview avec Le Parisien, il a accepté de revenir sur cette période de sa carrière. Au cours de celle-ci, il s’est permis de dézinguer quelques anciens dirigeants des programmes de la Une. Christophe Dechavanne a notamment évoqué sa relation complexe avec un ancien patron de TF1.

« C’était parfois très dur. S’il n’y avait pas d’engueulade avec Patrick Le Lay, il n’y avait pas de rapport. Il pouvait être sans pitié », a-t-il commencé avant de parler de l’arrêt de son émission Tout le toutim sur TF1.

Après l’arrêt soudain du programme, l’animateur aurait protesté, mais Patrick Le Lay lui a donné une réponse presque offensante.

Des révélations choquantes sur Étienne Mougeotte

En poursuivant ses révélations, Christophe Dechavanne s’est mis à parler du regretté Étienne Mougeotte. Il a révélé que l’ancien patron de TF1 qui a disparu en 2021, avait un tempérament pas toujours agréable.

Auprès du Parisien, Christophe Dechavanne a d’abord parlé de l’immense compétence professionnelle d’Étienne Mougeotte. Il a également évoqué le « sens populaire » incroyable de son ancien patron. Celui qui a dirigé les programmes de TF1 aurait cependant eu un comportement déplaisant.

« Humainement…, c’était un caillou, un silex même », a-t-il confié.

Le présentateur s’est alors rappelé des paroles vraiment dures à encaisser qu’il a pu entendre venant de son patron.

« Quand il m’a dit : ‘Le public ne veut plus de toi’, c’était violent », a confié Christophe Dechavanne.

Il n’était pourtant pas au bout de ses confidences concernant Étienne Mougeotte. Apparemment, ce dernier a refusé de laisser Charly Nestor, le présentateur de Hit Machine, à l’antenne. Et pour cause, il n’aurait pas voulu « de noir à la télé ».

« C’était un truc de fou. Il avait peur de perdre une partie du public », a-t-il expliqué.

Christophe Dechavanne et les stupéfiants

Le 24 janvier prochain, Christophe Dechavanne publiera son autobiographie Sans transition…. Dans ce livre, il se confie davantage sur sa carrière et son expérience avec certains anciens patrons de TF1. Cette autobiographie évoque aussi sa réputation de consommateur de produits illicites.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christophe Dechavanne (@cdechavanne_)

En effet, Christophe Dechavanne est bien conscient de cette étiquette qui lui colle à la peau. Auprès du Parisien, il a confié être au courant de sa réputation, sachant qui a fait courir la rumeur la première fois.

À lire Demain nous appartient (TF1) : Jordan hospitalisé… Voici ce qui vous attend dans la semaine du 26 février au 1er mars

Sans trop parler de poudre blanche, Christophe Dechavanne a par ailleurs fait quelques confidences sur la consommation d’herbes stupéfiantes. Il en aurait fumé pendant les pauses publicitaires à l’époque de Ciel, mon mardi.

« C’est un souvenir de l’époque. Ça nous permettait de nous désinhiber un peu et de nous marrer », a-t-il concédé.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :