« Je n’ai pas été choquée » : Élisabeth Lévy prend la défense de Gérard Depardieu

Connue pour sa carrière de journaliste et de polémiste, Élisabeth Lévy a donné son avis après le scandale qui touche le célèbre acteur.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Née en 1964, cette essayiste dirige le journal Causeur, et apparaît régulièrement sur les plateaux de télé. Elle a grandi à Épinay-sur-Seine, avant de suivre des études à Sciences Po Paris, puis à l’ENA. Mais elle n’est pas connue pour ses mandats politiques ou sa carrière dans la haute fonction publique. En effet, on connaît surtout Élisabeth Lévy pour sa carrière médiatique. Ainsi que pour ses nombreux dérapages à l’antenne. Il y a une vingtaine d’années, elle avait déclenché un tollé en contestant le bilan des victimes exécutées par les forces Serbes au Kosovo. Plus récemment, elle a aussi fait parler en niant la réalité du réchauffement climatique. Mais, ce samedi 23 décembre, elle s’est attiré les foudres des internautes, en commentant l’affaire Gérard Depardieu. On vous explique tout !

Élisabeth Lévy ne se dit pas choquée par les propos de l’acteur

Depuis le 7 décembre dernier, et la diffusion d’un Complément d’Enquête consacré à l’interprète d’Obélix, beaucoup semblent encore sous le choc. En effet, l’acteur, chouchou des cinéphiles, en France comme à l’étranger, se trouve dans une tempête médiatique inédite. Et pour cause : les journalistes de France 2 ont mis en avant les témoignages de plusieurs femmes, l’accusant d’agressions et de viols. Bien sûr, Gérard Depardieu reste présumé innocent, tant que la justice n’a pas rendu sa décision après les plaintes déposées contre lui. Mais dans le reportage du service public, il y a aussi une séquence, où l’on entend les propos déplacés de la star envers une fillette, scandalise l’opinion.

Or, Élisabeth Lévy, elle, ne partage pas cette opinion. Pendant quelques jours, des rumeurs ont prétendu que les images présentées dans Complément d’enquête avaient été truquées. Emmanuel Macron lui-même avait l’air de douter de leur véracité. Mais France Télévisions n’a pas tardé à répliquer, en révélant un constat d’huissier, prouvant l’authenticité des extraits diffusés. Qu’à cela ne tienne : la polémiste, invitée ce 23 décembre sur CNews, persiste et signe. S’il s’agit bien des paroles de Gérard Depardieu, elle estime que ces mots n’ont pas grand-chose de grave.

« Je vais vous faire un aveu, horrible (…) je n’ai pas été choquée … »

Sur le plateau de CNews, le présentateur, Julien Pasquet, a pourtant tenté de recadrer le débat :

« Arrêtez… Vous êtes la seule, parce que c’est ignoble ce qui a été dit. », a-t-il lancé à Élisabeth Lévy

https://twitter.com/CourrierseQuenc/status/1738528982394417408

À lire Un si grand soleil (spoilers) : petit résumé des épisodes de la semaine du 26 février 2024

La polémiste invoque Freud pour étayer son argumentaire

Mais le journaliste n’a pas pu stopper la prise de parole d’Élisabeth Lévy.

« Mais j’ai le droit de finir ou pas ? (…) La fillette, en l’occurrence, ne l’entend pas et ne le comprend pas. »

La directrice de Causer n’a pas hésité à aller plus loin, en évoquant des réactions excessives. Mais aussi en partageant son analyse quant au développement de nos chères petites têtes blondes.

« On prononce cette phrase stupide ‘Il a sexualisé une enfant ‘, mais enfin, Freud a dit depuis fort longtemps que les enfants étaient des êtres sexuels et je trouve que ça commence à bien faire ! « 

Les propos d’Élisabeth Lévy ont donné lieu à de nombreux commentaires sur X (anciennement Twitter). La plupart l’accusent de relativiser la gravité des délits et des crimes visant les mineurs. Myriam Palomba fait d’ailleurs partie de celles et ceux qui n’ont pas laissé passer cette séquence.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :