Jean-Pierre Bacri : 3 ans après son décès, Élie Semoun lui rend hommage

Connu pour ses talents d'acteur et de scénariste, Jean-Pierre Bacri a perdu la vie le 18 janvier 2021, au grand dam de ses amis et de ses fans.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Né le 24 mai 1951 à Castiglione (Algérie), il s’installe à Cannes avec ses parents au début des années 1960. Il se lance dans la vie active en travaillant à la Société Générale. Mais à 23 ans, il renonce à la banque, et part pour la capitale. Sur place, il travaille comme placeur et suit des cours de théâtre. Il commence également à écrire quelques pièces. On peut le voir dès 1979 dans Le Toubib. Mais Jean-Pierre Bacri a surtout connu la notoriété en jouant dans Le Grand Pardon, donnant ainsi la réplique à Roger Hanin et Gérard Darmon. Par la suite, il a su faire ses preuves comme comédien, dans des registres à la fois dramatiques et comiques. Il avait écrit plusieurs scénarios avec Agnès Jaoui. Sa disparition, survenue il y a 3 ans, laisse un grand vide pour ses proches comme pour le public. On fait le point !

Élie Semoun regrette l’absence de Jean-Pierre Bacri

Beaucoup se souviendront de l’acteur dans des comédies populaires comme Cuisine et Dépendances. Ou encore Didier (un tandem hilarant avec Alain Chabat). Mais il était aussi le patron de café grincheux dans Un air de famille. Cela dit, Jean-Pierre Bacri avait aussi osé se tourner vers des films plus atypiques, avec un propos social, notamment dans Adieu Gary. Ayant souvent collaboré avec Agnès Jaoui sur des scénarios, il assumait parfaitement ses convictions et ses valeurs.

« Si vous lisez attentivement nos scénarios, vous verrez qu’il est toujours question de politique. Dans Le goût des autres, il n’est question que de politique puisqu’il n’est question que de sectes, de clans et de chapelles, du bourdieusisme permanent qu’il y a dans ce mépris qu’ont les gens pour les autres qui ne sont pas de leurs sectes. C’est éminemment politique mais on n’appelle pas cela un film politique. Les opinions politiques des gens se voient dans ce qu’ils disent ou dans ce qu’ils font comme films même quand ils prétendent ne pas parler de politique. », déclarait l’acteur en 2015, lors d’un passage sur France 5.

Aussi, alors que nous traversons une époque trouble, sur le plan international comme en France, certains se demandent quelles auraient été ses prises de positions. Jean-Pierre Bacri ne mâchait pas ses mots. Et ce 18 janvier 2024, 3 ans après son dernier souffle, Élie Semoun aurait aimé avoir son avis sur l’actualité. Il a donc choisi de lui adresser un bel hommage sur Instagram.

« J’aurais tellement aimé l’entendre sur la folie de notre époque. »

Jean-Pierre Bacri
Élie Semoun revient sur la disparition de Jean-Pierre Bacri – Crédits Photos : Capture Instagram @eliesemounofficiel

Un artiste engagé, et largement regretté

Dans le milieu du cinéma, ce 18 janvier 2024, bien d’autres voix se sont élevées pour saluer la mémoire de l’acteur. Parmi elles, on retrouve celle de Stéphane Célérier, le producteur ayant lancé des films comme 8 femmes, Mon Idole ou encore Polisse. Lui-même ayant généralement pu côtoyer Jean-Pierre Bacri.

Ayons également une pensée pour l’actrice, scénariste et réalisatrice Agnès Jaoui. En effet, cette dernière a partagé la vie de Jean-Pierre Bacri de 1987 à 2012. Et même après leur rupture, le duo n’a jamais cessé de se fréquenter, notamment pour travailler sur des films.

À lire « Mon vieux ne sera pas dans la shortlist des César » : Élie Semoun prend la parole

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :