« Pour inviter les ignorants à se taire » : Flavie Flament se livre avec un selfie après la douche

Connue pour sa carrière d'animatrice et d'autrice, Flavie Flament a pris la pose de façon audacieuse, pour répondre aux critiques.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Née en 1974 à Valognes, la belle a suivi des études de lettres et de langues étrangères appliquées. Avec un rêve : écrire. Mais Flavie Flament a aussi su se faire connaître grâce à son apparence. Repérée à l’aube de son adolescence, elle aura même la possibilité de jouer les modèles pour David Hamilton. Le célèbre photographe qui cartonnait dans les années 1980, pour ses portraits de très jeunes filles. Elle fera ainsi ses débuts sur le petit écran dès l’âge de 15 ans. Avec des émissions comme Boulevard des clips (M6)Ayant exercé des métiers d’image tout au long de sa vie, elle a longtemps eu des difficultés à accepter son physique. Or, à 49 ans, l’ancienne animatrice de Vis ma vie, a choisi de se libérer de ses complexes. Ce 5 janvier 2023, elle a donc publié une photo pour le moins audacieuse sur Instagram. Tout en y joignant un texte qui en dit long sur son parcours vers le bonheur. On fait le point !

Flavie Flament s’assume à 100 %

Généralement, le public se montre toujours moins clément avec une femme qui vieillit, qu’avec un homme qui prend de l’âge. Silhouette, rides, kilos en trop… Sur la Toile comme dans la presse, certains n’hésitent pas à pointer du doigt le moindre défaut des vedettes, jeunes ou moins jeunes. Flavie Flament, qui vit pour les appareils photos et les caméras, en sait quelque chose. D’ailleurs, dernièrement, sur les réseaux sociaux, la blonde est tombée sur une remarque plutôt déplacée à son égard. Taclée pour son évolution à l’aube de la cinquantaine, elle a choisi de répliquer en image. Presque entièrement dénudée, de dos, elle a immortalisé son corps au sortir de la douche. Après avoir ajouté un petit cœur pour censurer le minimum, elle a décidé de s’expliquer sur ce cliché.

« Ceci est une lune, un popotin, un pétard. Les fesses d’une femme qui, cette année, fêtera ses 50 ans.
Alors que mon entretien dans 50′ Inside est annoncé pour demain sur Instagram, je lis, dans un commentaire, que je suis “méconnaissable” depuis ma prise de poids. Ça tombe bien : je ne cherche pas à être reconnue, j’aspire juste à être connue. Pour ce que je suis depuis toujours. Pour ce que je deviens aussi. Ceci est ma lune. Mes fesses. »

À peine sortie de l’enfance, Flavie Flament a vécu les diktats de beauté comme un carcan. Dont elle est restée prisonnière pendant une bonne partie de sa vie d’adulte. Régimes, privations… Elle a longtemps forcé son corps, afin de garder une image parfaite. Mais à présent, elle n’a que faire de la validation des internautes.

« Celles d’une femme qui, quand elle était gamine, a vu son insouciance et son intégrité fauchées par un viol quand elle n’avait que 13 ans. Celle qui, quand elle était ado, était soumise à la pesée chaque matin et privée de sortie si elle prenait trop de poids. Heureusement pour moi, je n’ai pas grandi à l’heure des réseaux sociaux. Vous m’avez connue, perchée sur des talons, un pied dans l’anorexie, torturant mon corps pour être “couture” à la une des magazines ou sur les plateaux de télévision. Pour plaire et recueillir ce qui me paraissait un semblant d’affection. »

En postant cette photo, qui fera sans doute couler beaucoup d’encre, l’autrice a aussi voulu adresser un message à ses abonnés. Notamment celles et ceux qui ont du mal à s’accepter tels qu’ils sont.

« Alors aujourd’hui, je vous montre mes fesses. Rebondies de bonnes bouffes, de plaisirs enfin recouvrés, de vin et de caresses. Des fesses de joie ! Des fesses de vie ! Pour inviter les ignorants à se taire, mais surtout, surtout, pour vous dire de vous AIMER. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Flavie Flament (@flavieflamentoff)

Un traumatisme longtemps resté secret

Joviale et ravissante, Flavie Flament n’a pas toujours pu faire face aux abus vécus dans son adolescence. En 2011, elle avait sorti son premier roman Les Chardons, suivi d’un conte intitulé Lulu la mouette en 2015. Mais l’année suivante, la blonde a choisi de se confier sur un sombre souvenir qui a marqué sa jeunesse. En effet, son expérience en tant que modèle pour David Hamilton aurait tourné au drame. Selon elle, le photographe aurait profité d’elle avec des abus sexuels, alors qu’elle n’avait que 13 ans. Les adultes de son entourage, aveuglés par le prestige de cet homme, n’auraient rien vu venir. Elle raconte cette histoire dans La Consolation. Ce livre a fait l’objet d’une adaptation pour un téléfilm diffusé sur France 3.

À lire « Elle a eu raison » : Benjamin Castaldi donne son avis sur la photo osée dévoilée par son ex, Flavie Flament

 

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :