Humidité dans la maison : ces facteurs qui ne trompent pas

L'humidité demeure pour de nombreuses raisons un danger parfois mortel pour vous et votre habitation, découvrez ici comment lutter contre.

© iStock

Afficher Masquer les titres

C’est l’hiver, et les températures actuelles n’aident pas à dissiper ce qui peut être un fléau pour vos habitants et habitations : L’humidité. Cette dernière de manière excessive dans une maison peut engendrer une multitude de problèmes aux conséquences néfastes sur la santé. Aussi, votre confort et la structure du bâtiment peuvent en être impacté.

Par ailleurs, l’un des dangers majeurs réside dans la formation de moisissures, favorisée par un environnement humide. Ces petits champignons peuvent libérer des spores dans l’air, entraînant des problèmes respiratoires, des allergies et des irritations chez les occupants.

De même, à plus grande échelle, elle peut causer des dégâts importants. Notamment sur les matériaux de votre maison à l’instar du bois. Ainsi, ce dernier se met à pourrir, et perd sa résistance. De surcroît, l’humidité excessive peut affecter les équipements électriques, accroissant le risque de courts-circuits et d’incendies.

À lire Ma Prime Adapt : tout savoir pour bénéficier de l’aide destinée aux seniors pour adapter leur logement

Humidité
Présence d’humidité dans un mur autour des prises électriques – Crédits Photos : Getty Images

En somme, l’humidité dans une maison représente un risque global, impactant la santé physique des occupants et de leur habitat. Dans cette mesure, il s’avère crucial de maintenir un niveau d’humidité adéquat pour prévenir ces dangers et assurer un environnement sain et sûr. Nous allons ici repérer quels sont les indices qui permettent de déterminer si vous êtes en présence d’une humidité excessive.

Les indices d’une humidité excessive

De manière générale, l’humidité dans un logement doit idéalement se trouver entre 40 et 60%. Effectivement, un air trop sec peut aussi se révéler un problème pour la peau ou les muqueuses de votre corps. De l’autre côté du spectre, une présence trop importante laisse des traces très souvent visibles dans votre habitation. Ainsi, dans ce cas de figure, plusieurs pistes sont à prendre en compte :

  • Observez la condensation : effectivement, elle aura tendance à se produire au niveau des fenêtres ou de surfaces en contact avec une température inférieure.
  • Analysez vos murs : l’humidité se retrouve majoritairement sur ceux-ci. En effet, elle laisse des taches de couleur grisâtre, brune ou noire. Aussi, l’odeur qui s’en dégage demeure tout sauf ragoûtante. De plus, tout simplement la zone s’avère humide ou, voire mouillé au touché.

Pour une détection plus efficace, il existe des appareils capables de la mesurer dans une pièce. En outre, l’humidimètre va grâce à son système d’antenne mesurer l’humidité de la surface sélectionnée.

Comment prévenir son apparition ?

Pour prévenir l’humidité dans une maison, voici quelques conseils :

À lire HLM : découvrez les nouveaux plafonds de revenus en vigueur pour 2024

  • Ventilation adéquate : Assurez-vous d’avoir une ventilation suffisante dans toutes les pièces. Notamment, dans la cuisine et la salle de bains, où l’humidité est souvent plus élevée. Ainsi, utilisez des extracteurs d’air et ouvrez les fenêtres régulièrement.
  • Vérifiez l’isolation : Réparez toute infiltration d’eau, que ce soit au niveau du toit, des fenêtres, des portes ou des murs. Assurez-vous que l’isolation est en bon état.
  • Contrôlez de l’humidité : Utilisez des déshumidificateurs pour la réduire dans les zones particulièrement sensibles. Veillez à maintenir un niveau d’humidité relative entre 30% et 50%.

En adoptant ces pratiques, vous pouvez significativement réduire les risques liés à l’humidité et maintenir un environnement intérieur sain.

Sources : tf1info.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :