Pourquoi le calendrier de l’année 1996 se vend si cher sur internet ?

À cause des similitudes qu’ils partagent avec le calendrier 2024, les calendriers de l’année 1996 peuvent valoir très cher sur Internet.

© IStock

Afficher Masquer les titres

Vous avez certainement un calendrier 2024 chez vous ou dans votre bureau. Savez-vous qu’il a beaucoup de similitudes avec celui de l’année 1996 ? C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi certains exemplaires se vendent à prix d’or sur Internet. On vous dit tout dans cet article.

2024 et 1996, deux années similaires

Avez-vous encore un calendrier de l’année 1996 qui se niche dans votre placard ? Si oui, vous n’avez donc pas à acheter celui de 2024. En effet, ces deux calendriers se ressemblent. Seules les années diffèrent. 2024 a, par exemple, débuté un lundi. C’était aussi le cas pour l’année 1996.

Mais ce n’est pas tout ! Il se trouve aussi que comme l’année 1996, 2024 est une année bissextile. Autrement dit, le calendrier compte 366 jours au lieu de 365. Cela sous-entend donc que ceux ayant vu le jour le 29 février pourront fêter leur anniversaire cette année.

À lire ADSL : Orange va progressivement supprimer ce vieux réseau, les communes concernées

Cependant, les similitudes entre ces deux années ne se limitent pas aux dates et au nombre de jours. En effet, 2024 sera également le théâtre de grands évènements, tout comme l’année 1996.

Calendrier
Une marque rouge sur le calendrier en janvier 2024 – Crédits photos : iStock

Un calendrier 1996 vendu à 150 euros

Si les Jeux olympiques se sont tenus à Atlanta en 1996, en 2024, ils se passeront à Paris. En outre, pour nos amis américains, 2024 sera l’année de l’élection pestilentielle, tout comme c’était le cas en 1996.

En raison des similarités entre ces deux années, les calendriers de 1996 valent actuellement une fortune. Un exemplaire peut même valoir une centaine d’euros sur un célèbre site de commerce en ligne.

Par exemple, un calendrier avec Pamela Anderson, à l’affiche de Papa bricole ou encore d’Alerte à Malibu coûte 150 euros.

À lire Pourquoi 2024 compte-t-il 366 jours ? Tout savoir sur l’origine de l’année bissextile

Les calendriers rétro sont à la mode

Allez donc chercher dans le grenier pour voir si vous n’avez pas un de ces calendriers stocké quelque part. Cela pourrait vous rapporter quelques euros. Aux États-Unis, ces calendriers sont à la mode depuis quelques semaines.

Ainsi, sur les réseaux sociaux, les internautes partagent des photos de calendriers rétro, faisant des blagues en référence aux années 1990. Un calendrier avec l’acteur Jonathan Taylor Thomas enfant publié sur X a d’ailleurs récolté plus de deux millions de vues.

« Pour votre information si vous avez ce calendrier de 1996 avec Jonathan Taylor Thomas, les dates correspondent à celles de 2024, donc vous pouvez le réutiliser », écrit le compte SpaceMonkeyX.

L’acteur jouait dans la série Papa bricole, très populaire aux États-Unis dans les années 90.

Calendrier 2024, réutilisable en 2052

Un internaute a, quant à lui, partagé un calendrier de l’entreprise de location de vidéos, Blockbuster. Sur celui-ci figurent des films à succès de l’année 1995, disponibles en VHS en 1996. À savoir : Pocahontas, Batman Forever ou bien Casper.

Un autre a déterré un calendrier affichant Tom Cruise dans le premier Mission impossible. Il y en a qui affiche d’autres références des nineties, comme le film Matilda. En effet, les années 90 sont une mine de références diverses et variées.

À lire Allocations chômage 2024 : le calendrier complet des dates d’actualisation et de paiement

Cette portion de l’Histoire a marqué la naissance des produits tels que les Game boy et le Nokia 3310. Alors, détenez-vous un calendrier affichant l’un de ces produits ? S’il date de 1996, rappelez-vous que vous pouvez le réutiliser cette année.

En effet, tous les calendriers sont réutilisables tous les 28 ans. Ne jetez donc pas celui que vous avez actuellement, car vous pourrez le réutiliser en 2052 ! Qui sait, peut-être même qu’il vous rapportera une petite fortune à ce moment-là…

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :