« J’étais vraiment fort… » : ce métier que Booder rêvait d’exercer loin des projecteurs

Booder est un humoriste connu pour son physique atypique. Mais saviez-vous qu’il avait failli embrasser une tout autre carrière ?

© Canal +

Afficher Masquer les titres

Booder a été invité à l’émission Clique sur Canal+ ce mercredi 6 décembre avant d’entamer sa tournée avec son one-man-show. Bien qu’il soit désormais un pilier du stand-up, il avait initialement envisagé une carrière différente dans le milieu administratif. Cette révélation sur son parcours montre la diversité de ses talents et la portée de ses choix professionnels.

Booder : « J’avais cette envie-là »

Booder était convaincu autrefois que son avenir était prédéterminé. L’artiste s’apprête maintenant à émerveiller son public partout en France avec son nouveau one-man-show. À 45 ans, cet humoriste s’est établi comme une icône du rire. Le quadragénaire n’a jamais anticipé un tel succès dans sa carrière de comédien et de père de famille.

Ce mercredi 6 décembre 2023, Booder a été invité à l’émission Clique, diffusée sur Canal+. Il a confié un secret étonnant : son rêve de devenir comptable.

À lire Le Nounou : Booder bientôt de retour sur TF1 pour de nouveaux épisodes ?

Avec son sens de l’humour, l’artiste explique :

« J’avais cette envie-là. J’avais envie de travailler dans un travail qui n’est pas loin d’un chauffage, dans un bureau, être bien. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Paname Art-Café (@panameartcafe)

Puis, il continue avec :

« Je voulais que mes parents soient fiers de moi et que je puisse les aider. »

Pour réaliser son ambition professionnelle, celui ayant triomphé d’un sérieux problème de santé durant son enfance a poursuivi des études. Il a alors obtenu un DEUG AES, spécialité de gestion. En outre, le jeune homme a affirmé à Pauline Clavière, la journaliste, qu’il était doué en compta. Il avait obtenu un diplôme, mais n’a jamais, hélas, trouvé de travail.

En toute franchise, le comédien confie :

« J’étais compétent à l’époque mais mon nom de famille, mon prénom, ma tête peut-être et mes origines, le quartier où j’ai grandi, ça devenait des tards pour eux et ça devenait compliqué. »

Par ailleurs, Booder ne leur en veut pas de ne pas lui avoir donné sa chance. Il a fait confiance à son destin.

« Je les remercie tous les gens qui ne m’ont pas pris et qui ne m’ont pas accepté dans leur société (…) grâce à eux je suis ici devant vous ce soir », termine l’acteur.

Son mentor a changé sa vie

Toujours dans l’émission Clique, le comédien évoque son guide. Booder considère Mouss Diouf comme son « papa artistique » et lui attribue une grande part de sa reconnaissance en tant qu’humoriste.

En effet, c’est Mouss Diouf qui a enseigné à l’artiste le professionnalisme et le sérieux. Malgré le décès de son mentor le 7 juillet 2012, l’influence et les leçons du comédien continuent de le guider.

« C’est le seul, quand j’ai commencé, qui m’a tendu la main. Il m’a mis le pied à l’étrier », confie l’humoriste à la présentatrice.

Après quoi, cette aide précieuse a été un tremplin pour Booder. Elle l’a aidé à s’épanouir dans l’humour. Sur le plateau, l’acteur connu pour son rôle dans Neuilly sa mère ! a rendu un hommage émouvant à la personne qui a été son mentor.

À lire « J’ai une complicité énorme avec lui » : Booder évoque sa relation très complice avec son fils

Le père de famille affirme très touché :

« J’ai vraiment été avec lui jusqu’à son dernier souffle. J’espère que là où il est est fier de moi. C’est vraiment lui qui a cru en moi ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Booder (@booder_officiel)

Ensuite, Booder se remémore souvent une phrase de son mentor, qui continue de résonner dans sa tête :

« Il m’a dit : “Je n’ai pas beaucoup d’argent pour te produire mais si ça marche, on rigole. Et si ça ne marche pas, on rigole.” (…) J’étais fasciné par ce mec avec un cœur énorme. »

Ce soutien infaillible a eu un grand impact sur l’acteur. Il lui a permis de faire face aux épreuves.

Sources : gala.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :