Excès de vitesse : une liste des différentes marges de tolérance

En fonction de la limite autorisée, une marge de tolérance sera appliquée lorsque vous vous faites flasher pour un excès de vitesse.

© Crédit photos : IStock

Afficher Masquer le sommaire

Le nombre de radars ne cesse d’augmenter aux abords des routes de notre pays. Cela a pour effet d’augmenter le nombre de contraventions pour des excès de vitesse mineurs. Cela a conduit les autorités à appliquer une marge de tolérance.

Une marge d’erreur au bénéfice du conducteur

Les radars sont la grande hantise des conducteurs. Et ce, qu’ils conduisent une moto, une voiture ou un camion. Le fait d’avoir un pied un peu trop lourd sur l’accélérateur pourrait valoir une amende assez salée.

Le moyen le plus sûr d’éviter une amende reste de ne pas commettre d’excès de vitesse. Sachez tout de même qu’il y a une marge entre la vitesse affichée sur votre tableau de bord et celle enregistrée par les radars.

« Si vous roulez légèrement au-dessus de la vitesse autorisée et que vous passez devant un radar fixe, sachez qu’il n’est pas assuré que vous preniez une amende », indiquent nos confrères d’Autoplus.

En effet, il existe plusieurs marges d’erreur et celles-ci se feront toujours au bénéfice du conducteur. Cela dépend de la vitesse limite autorisée sur la route où se place le radar.

À lire PV : les départements dans lesquels les automobilistes commettent le plus d’infractions

Quelles sont les différentes marges ?

Selon AutoPlus, les radars « programment les marges et sanctionnent les vitesses trop élevées par rapport à la limitation en vigueur ». Cela se fait de deux manières différentes : en km/h ou en pourcentage.

Les radars acceptent une marge de 5 km/h sur les tronçons limités à 80 Km/h. Cela signifie qu’un automate retiendra 81 km/h lorsqu’un véhicule circule à 86 km/h.

Les radars commenceront à flasher à 96 km/h sur une départementale limitée à 90 km/h. Ainsi, si vous voyez 91 km/h sur votre PV, cela signifie que vous rouliez à 96 km/h.

La marge se fait en pourcentage sur les autoroutes. Elle est de 5 % sur un tronçon limité à 110 km/h. Ainsi, les radars commenceront à réagir à partir de 116 km/h sur ces zones-là. Ainsi, si on vous annonce 111 km/h sur votre PV, cela voudra dire que vous aviez dépassé la limite de 6 km/h.

À lire Leclerc : la hausse des prix ne sera pas récupérée tout de suite dans les magasins de l’enseigne

Quant aux tronçons limités à 130 km/h, les verbalisations commenceront à 137 km/h. Si vous roulez à cette vitesse, vous verrez 131 km/h sur votre PV.

Excès de vitesse et retrait de points

Vers la moitié de l’année 2022, le gouvernement a évoqué la fin des retraits des points pour les petits excès de vitesse. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a réitéré ce souhait du gouvernement le 19 février 2023.

« Supprimer les retraits de points pour les excès de vitesse de moins de 5km/h et ainsi être compréhensif avec ceux qui travaillent », déclarait le ministre d’État.

D’un autre côté, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, veut aussi rendre la loi plus sévère face aux autres délits routiers.

« Je veux retirer le permis de ceux qui conduisent sous drogue/alcool, car ils sont des dangers en puissance », avait-il conclu.

Moins d’excès de vitesse sur les réseaux sociaux

Les excès de vitesse font de nombreuses victimes en France, mais aussi dans les pays frontaliers. En Belgique, nos voisins réfléchissent à réduire la prolifération des vidéos qui font l’apologie de l’excès de vitesse sur la toile. Pour ce faire, le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, va soumettre un avant-projet de loi qui sanctionne ce type de contenu.

« La vitesse est, avec la distraction et la conduite sous influence, un des trois tueurs sur nos routes. Je ne peux accepter que certains utilisent nos routes comme des circuits de Formule 1 et s’en vantent ensuite sur les réseaux sociaux », a-t-il indiqué.

Si cette loi passe, les auteurs de vidéos faisant la promotion d’une conduite à une vitesse excessive ou dangereuse risqueront une amende. Le ministre belge promet d’être sévère. Il leur promet même une déchéance du droit de conduire d’un mois à un an.

« L’apologie de la vitesse ou d’autres comportements nuisant gravement à la sécurité sur nos routes et dans nos rues ne sont pas rares et sont extrêmement nuisibles en termes d’acceptation sociale de certaines déviances », a-t-il expliqué.

Avant d’ajouter :

« Il ne peut y avoir aucune tolérance pour celles et ceux qui entravent ouvertement et sans limite aucune les dispositions du Code de la route, parmi lesquelles celles relatives aux limitations de vitesse. »

Source : CentrePresse

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :