SNCF : c’est la fin des machines à composter dans les gares françaises

Les 3 000 machines à composter se trouvant dans les gares vont être retirées en intégralité par la SNCF. On vous donne la raison.

SNCF : c’est la fin des machines à composter dans les gares françaises – Source : iStock

20 ans après leur installation, les composteurs de la SNCF vont disparaître définitivement. D’ici la fin de l’année, vous ne les verrez plus dans les gares.

SNCF : la fin des machines à composter

Les bornes jaunes électriques qui servent à composter les billets de train sont présentes dans les gares depuis les années 2000. À l’époque, elles ont été installées pour remplacer les bornes orange.

Aujourd’hui, la SNCF prévoit de les railler définitivement des gares. Ils vont en effet disparaître, car jugés moins utilisés que dans le temps. Il faut dire que de nos jours, les billets versions papier n’existent presque plus.

Près de 9 billets sur 10 sont désormais sous format numérique. Voilà pourquoi, la SNCF a pris la décision de retirer ses machines à composter.

« Plus de 99 % des titres de transport TGV-Intercités sont aujourd’hui digitalisés. Sur TER, seuls 4 % des titres nécessitent encore d’être compostés. En résumé, selon les lignes, 96 à 99 % des billets sont désormais numériques », indique la compagnie.

Une autre raison qui a également poussé la SNCF à faire disparaître ses machines, la durée de validité des billets de train. Dans le temps, les billets restaient, en effet, valables durant deux mois.

Il fallait donc avoir un composteur pour pouvoir tout suivre à la gare. Désormais, ce n’est plus le cas. Comme les billets sont aujourd’hui valables pour une date précise de voyage, le composteur n’est plus aussi sollicité.

« Nous avons donc décidé de retirer les composteurs de nos gares car l’immense majorité de nos clients n’ont plus à composter leurs billets (…) le retrait de cet équipement devient une évidence. Ils représentent une charge de maintenance importante chaque année », a expliqué un porte-parole de la SNCF.

Un parcours plus simple pour les clients

Comme annoncé par la SNCF, la disparition des composteurs s’accompagnera du retrait progressif des billets cartonnés. Des billets qui, depuis le 1er janvier 2023, n’ont même plus besoin d’être compostés.

Puisque ce changement risque de bouleverser les habitudes des voyageurs, la SNCF a décidé d’y aller en douceur. Elle prévoit ainsi de procéder étape par étape « afin d’éviter toute incompréhension ou effet de surprise ».

Par ailleurs, lorsque le compostage prendra définitivement fin, des autocollants seront placés sur les machines. Ces autocollants serviront à rappeler les nouvelles règles au cas où des usagers songeraient encore à utiliser les composteurs.

À ce moment-là, ceux qui ne seront pas munis d’e-billets suivront une autre procédure. Pour valider leur titre de passager, ils devront se présenter au chef de bord.

« Si le client ne se présente pas, le chef de bord lui rappellera la procédure lors du contrôle quand il passera dans la voiture du voyageur », informe également la SNCF.

La fin du compostage devrait rendre plus fluide le parcours des usagers dans les gares. Puisque, non seulement ils n’auront plus à trimballer leurs billets partout, mais en plus. Ils ne seront plus contraints de tourner et de retourner le sésame des composteurs.

Les billets vont coûter plus cher en 2023

Le coût d’un billet de train va considérablement augmenter très prochainement. En cause ? L’inflation qui a frappé le pays en 2022. À cause d’elle, de nombreuses compagnies ont enregistré d’immenses pertes, et malheureusement, la SNCF ne fait pas exception.

Pour combler les pertes enregistrées, cette dernière prévoit d’augmenter les tarifs. À partir du 10 janvier 2023, les voyageurs paieront donc plus cher leurs billets de train. En novembre dernier, la SNCF s’était déjà exprimée sur cette hausse.

Tout en faisant l’éloge de son bouclier tarifaire, elle avait expliqué qu’une augmentation des prix des billets était inévitable. Une augmentation qui devrait néanmoins être moyenne, comme l’a expliqué la compagnie.

En effet, la hausse de billets, si aucun changement majeur ne survient, ne devrait pas dépasser les 5 %.

« SNCF Voyageurs prendra à sa charge la majorité de l’effort et n’en fera porter qu’une part minorée dans le prix payé par les voyageurs », a fait savoir la compagnie.

Notons que cette augmentation qui s’appliquera à partir du 10 janvier ne concerne pas tous les tarifs. Si certains évolueront, d’autres resteront comme ils sont.

C’est par exemple le cas des prix minimum TGV Inoui et Ouigo. Contrairement aux tarifs pros et aux abonnements Max Actifs et forfait, leurs montants n’augmenteront pas.

Source : Ouest-France