N’utilisez jamais cet insecticide contre les punaises de lit et les cafards

Les experts sanitaires vous alertent contre l’utilisation de l’insecticide Sniper 1000 EC DDVP. Pourquoi ? On vous répond dans cet article.

© IStock

Afficher Masquer les titres

Comme son nom l’indique, un insecticide est une substance chimique qui sert à éliminer les insectes nuisibles. Toutefois, ces produits peuvent aussi avoir des effets néfastes sur la santé humaine et l’environnement. Ce serait le cas du Sniper 1000 EC DDVP, qui contiendrait du dichlorvos, un produit interdit en France depuis 2013.

Malgré cette interdiction, certains particuliers l’utilisent de manière illégale pour éliminer les punaises de lit et les cafards. Face à cela, dans une étude de l’Anses publiée le 5 décembre dernier, les autorités sanitaires réitèrent leur alerte sur les dangers liés à l’emploi de cette substance. En quoi cette substance est-elle dangereuse ? Lisez la suite.

Un insecticide mortel pour les humains

Le dichlorvos, un insecticide de la famille des organophosphorés, est un produit dangereux pour la santé. Le site du ministère de la Santé le confirme en ces termes :

« Cette substance active de la famille des organophosphorés est classée comme mortelle par inhalation et toxique par contact avec la peau ou par ingestion. »

Si vous vous exposez à ce produit, vous pouvez ressentir les symptômes suivants :

À lire Punaises de lit : quelles astuces pour éviter d’en ramener chez vous ?

  • Des difficultés à respirer comme si vous aviez de l’asthme
  • Des irritations ou des brûlures aux yeux
  • Des perturbations du système nerveux pouvant entraîner un évanouissement
  • Une réaction allergique sur la peau

Ces symptômes sont si graves que le dichlorvos ou tout autre produit contenant cette substance est interdit en France depuis 2013. Cependant, attention, cet insecticide n’a pas disparu pour autant. De ce fait, on en trouve encore sur le territoire national.

Insecticide
Produits chimiques pour l’extermination des insectes et la désinfection – Crédits photos : iStock

Seulement, il se fait discret, car il se cache notamment sous d’autres noms. Parmi ces derniers, l’insecticide Sniper 1000 EC DDVP ou encore le Shooter 1000 EC DDVP. Ces produits se vendent illégalement sur certains marchés ou dans des boutiques de quartier.

Vous pouvez aussi tomber sur ce produit sur des sites de vente en ligne ou à travers des annonces de particuliers sur les réseaux sociaux. Quoi qu’il en soit, ne vous laissez pas tenter, car le dichlorvos est responsable de plus en plus d’intoxications depuis 2018.

Des taux d’intoxication en augmentation

En se référant aux chiffres, on constate que le dichlorvos fait de plus en plus de victimes en France depuis 2018. C’est ce que révèle l’Anses qui recense 206 cas d’intoxication entre le début de 2018 et la fin du premier semestre 2023.

À lire Cristina Cordula en détresse : son domicile est infesté de punaises de lit

D’ailleurs, plus de la moitié de ces personnes ont utilisé du dichlorvos cette année. La faute à qui ? Aux punaises de lit, ces petites bêtes qui envahissent nos matelas et nos draps. En effet, elles sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus résistantes.

Selon le site du ministère de la Santé :

« L’Anses estime que 11 % des ménages français ont été infestés par les punaises de lit entre 2017 et 2022. »

Ainsi, pour s’en débarrasser, certains n’hésitent pas à utiliser des insecticides interdits, comme le Sniper 1000 EC DDVP. Pourtant, sur les 104 personnes exposées ces 10 derniers mois, 10 % ont eu des symptômes modérés et 5,5 % des symptômes sévères.

Trois personnes ont même trouvé la mort à cause de l’utilisation de ce produit. Face à ce fléau, les autorités ont alors décidé de prendre des mesures concrètes. Pour ce faire, elles ont renforcé les contrôles et les sanctions.

« Depuis début 2023, la DGCCRF a contrôlé, sur l’ensemble du territoire, plus de 500 commerces, mais également les plateformes e-commerce et les réseaux sociaux », indique le ministère de la Santé, sur son site internet.

Bilan : l’organisme gouvernemental a saisi près de 400 flacons de Sniper 1000 EC DDVP ou Shooter 1000 EC DDVP dans 23 magasins.

Insecticide
Agent allongé sur le sol et pulvérisant des pesticides dans une chambre à coucher – Crédits photos : iStock

Comment se débarrasser des punaises de lit ?

Votre peau vous gratte ? Vous avez vu des points noirs sur vos draps ou votre matelas ? Restez sur vos gardes, car vous avez peut-être affaire à des punaises de lit. En effet, ces petites bêtes voraces se régalent de votre sang et peuvent vous causer des allergies.

À lire Punaises de lit : face à ce fléau, des escrocs profitent de votre détresse

Pour vous en débarrasser sans mettre votre santé en danger, les autorités sanitaires vous recommandent d’oublier les insecticides du commerce. La raison ? Tout simplement, car les punaises de lit résistent très bien à certains de ces produits auxquels elles se sont habitués.

Préférez plutôt des solutions naturelles, comme :

  • L’aspirateur
  • Le nettoyage à vapeur d’eau
  • Le passage au congélateur des objets infestés

C’est ce qu’on appelle la lutte physique qui est d’ailleurs plus respectueuse de l’environnement et plus efficace que la lutte chimique. En revanche, si malgré ces astuces, les punaises de lit persistent. Il faut contacter un professionnel compétent, qui a un certificat Certibiocide, délivré par le ministère de la Transition écologique.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :