Salaire des enseignants : Macron promet une hausse, à quoi s’attendre ?

En pleine tournée pour apaiser la colère des Français, le président a annoncé un augmentation pour salaire des enseignants.

© Crédits photos : IStock

Afficher Masquer le sommaire

Ces derniers mois, la France connaît un vent de révolte, avec une mobilisation intense contre la réforme des retraites. Après bien des péripéties et des polémiques, Emmanuel Macron a toutefois adopté ce texte, largement décrié par la population. Pour le gouvernement, il faut désormais tourner la page et avancer sur d’autres dossiers pour résoudre les problèmes du pays. Après un bain de foule plutôt mouvementé en Alsace hier, le chef de l’État, en déplacement dans un collège de l’Hérault, à Ganges, a promis de faire grimper le salaire des enseignants…

Éducation nationale : des métiers en perte de vitesse ?

Conditions de travail dégradées, faits divers parfois très sombres, et rémunération insuffisante… Les professeurs, qui accompagnent les élèves français chaque jour, indiquèrent souvent leur agacement ces derniers mois. D’ailleurs, lors de la rentrée 2022, les académies avaient dû faire face à une vague de démission.  Il faut dire que malgré un niveau d’études élevé, le salaire des enseignants dans l’hexagone n’a pas vraiment de quoi faire rêver.

Salaire des enseignants
Le président promet une hausse du salaire des enseignants – Crédits Photos : iStock

Ainsi, lors de l’année scolaire 2020/2021, les professeurs en poste dans les établissements français, touchaient en moyenne 29 382 euros brut par an. Des revenus peu attractifs, si on les compare à ceux de leurs homologues européens. Aussi, à titre d’exemple, le salaire annuel des enseignants, sur la même période, s’élevait à 60 163 euros en Allemagne, ou encore 34 619 euros en Espagne. Dans ces conditions, la France fait figure de mauvais élève. En conséquence, dans son projet de loi finances 2023, le gouvernement avait déjà prévu des hausses de l’ordre de 10 % pour les professeurs. Le texte prévoyait aussi des augmentations en plus, pour les enseignants acceptant des missions supplémentaires, à côté de leurs heures de cours.

À lire TPMP : ces célébrités qui pourraient débarquer dans la prochaine saison

Salaire des enseignants : le président tente de convaincre les professeurs

Ce jeudi 20 avril, la visite d’Emmanuel Macron dans ce collège de Ganges (34) n’a pas été de tout repos. Accueilli par un concert de casseroles, et d’invectives, le chef de l’État, accompagné du Ministre de l’Éducation Nationale, n’a pas caché son agacement. Une fois entré dans l’établissement, il a néanmoins dû faire face à une nouvelle déconvenue, car une panne de courant a perturbé le programme. Ainsi, il a fini par assurer la fameuse table ronde, dans la cour de récréation. En plein air, il a décidé de revenir sur l’épineuse question du salaire des enseignants. Sa promesse ? Des hausses, comprises entre 100 et 230 euros nets par mois. Cette revalorisation concernera la rémunération dite « socle » sans condition de statut ni de missions particulières.

 

 

Il a également rappelé une autre mesure, déjà évoquée à l’automne dernier dans sa lettre à l’Éducation Nationale. À savoir qu’aucun professeur ne pourrait plus exercer à moins de 2000 euros par mois. Une évolution très attendue, dans un contexte où l’inflation pénalise tous les Français. Pour autant, le président a de nouveau mentionné des hausses du salaire des enseignants, conditionnées à certaines tâches, sur la base du volontariat. Dans ce cas, les professeurs pourront s’attendre à gagner jusqu’à 500 euros par mois en plus. Cette annonce suffira-t-elle à ramener le calme au sein des personnels de l’Éducation nationale ? En tout cas, les syndicats semblent plus remontés que jamais. Sur les réseaux sociaux, de nombreux militants appellent à se mobiliser, pour mener des actions, partout où le chef d’État passera.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :