Pouvoir d’achat : selon la BCE, les salaires vont augmenter fortement

Les salariés de la zone euro vont-ils enfin gagner en pouvoir d’achat ? Après une année difficile, une augmentation de revenus est prévue.

Pouvoir d’achat : selon la BCE, les salaires vont augmenter fortement – Source : Istock

Selon un article de la BCE, les salaires des employés de la zone euro vont connaître une « très forte » augmentation. Le but ? Réduire l’écart entre les salaires et le prix, et permettre à ces salariés de gagner en pouvoir d’achat.

Vers une augmentation des salaires

Après une année 2022 compliquée, les salaires des employés de la zone euro vont finalement être revalorisés. La Banque centrale européenne prévoit en effet une augmentation des salaires pour rattraper en partie l’inflation. Une augmentation qui sera « très forte » si l’on en croit les informations partagées par l’institution monétaire.

« La croissance des salaires au cours des prochains trimestres devrait être très forte par rapport aux tendances historiques », annonce l’institut monétaire dans son bulletin publié le 9 janvier.

Une lueur d’espoir pour le pouvoir d’achat des salariés. Puisque, grâce à cette hausse, ils pourront enfin réduire l’écart entre les salaires et les taux élevés d’inflation. Notons qu’en Europe, la crise a été des plus sévères.

Augmentation des prix des produits, flambée des prix de l’énergie, pénurie… Tout cela a contribué à la diminution du pouvoir d’achat des consommateurs. Un pouvoir d’achat qui était déjà assez bas à cause de la pandémie et des périodes de confinement.

Cette augmentation des salaires tombe donc à pic. Espérons que grâce à elle, les consommateurs ressentiront moins l’inflation de cette année. À souligner que le taux d’évolution annuel réel des salaires était négatif vers le deuxième trimestre de l’année 2022. Il était à -5,2 %.

Ce déficit pour les salariés pourrait donc amener les syndicats à exiger des hausses plus importantes lors des prochaines négociations. Surtout que l’inflation de cette année risque d’être encore plus forte que celle de l’année dernière. Ce qui n’améliore pas le pouvoir d’achat des Français et des Européens.

En Allemagne, les syndicats des services Verdi sont déjà en pleine négociation. Ils réclament entre autres une augmentation des salaires pour les employées de deux secteurs. Ceux de Deutsche Post, le géant du courrier, et ceux officiant en tant que fonctionnaires de l’État fédéral et des communes.

Pouvoir d’achat : ce qui inquiète la BCE

Lors d’une interview accordée au Monde, Luis de Guindos, le vice-président de la BCE, s’est exprimé au sujet de l’inflation. Il a ainsi confié s’attendre à un rattrapage « normal » dépourvu de spirale « salaire-prix ».

Rappelons qu’en novembre dernier, Philip Lane, le chef économiste de la BCE, s’était, lui aussi, exprimé là-dessus. Sur le site de la Banque centrale européenne, il avait fait part de ces doutes concernant les bienfaits d’une hausse des salaires.

Philip Lane avait en effet expliqué qu’une augmentation des salaires aussi forte soit-elle risquerait de nuire plutôt que d’aider. Elle pourrait même contribuer à faire baisser le pouvoir d’achat des consommateurs.

« La hausse des salaires sera le principal moteur de la hausse des prix au cours des prochaines années », affirmait-il.

Pour faire simple, la BCE redoute qu’une augmentation des salaires ne crée une boucle qui nuirait fortement à l’économie. Puisque, si les salaires augmentent, les entreprises pourraient répercuter cette hausse sur les coûts de production. Ce qui entraînera alors une flambée des prix des produits.

Cette théorie, qui semble pourtant logique, est contestée par une étude publiée par des économistes du Fonds monétaire international. D’après ces économistes, l’augmentation des salaires n’induira pas forcément à une spirale inflationniste.

Une inflation plus forte à partir de mars

L’année 2022 n’a pas été facile. Sur le plan économique, de grosses pertes ont été enregistrées. Ce qui a placé le pouvoir d’achat des consommateurs dans un gouffre sans fin. La situation a cependant commencé à s’améliorer vers la fin de l’année 2022.

Grâce aux mesures prises par le gouvernement, l’inflation a pu se stabiliser. Les prix des produits ont baissé de même que ceux de l’énergie. Une question se pose à présent : cette période d’accalmie va-t-elle durer ?

Si l’on en croit les prévisions de certains experts, il se peut que non. En effet, certains prévoient une inflation encore plus forte cette année. Une inflation qui, selon eux, commencera à croître à partir du mois de mars.

Lors d’une interview, l’expert de la grande distribution, Olivier Dauvers avait prédit :

« L’inflation n’est pas que passagère (…) Mes collaborateurs me rapportent qu’il n’y a aucune demande de hausse inférieure à deux chiffres (…) On va vers un tsunami d’inflation. »

Reste à voir comment les choses vont évoluer en matière de pouvoir d’achat. En tout cas, si ces prévisions venaient à se réaliser, les consommateurs en seraient énormément affectés. Pourquoi ? Parce que les industriels ont négocié une augmentation des prix d’environ 10 à 25 %.

Source : 20 Minutes