Retraites : qui sont les Français épargnés par la réforme du gouvernement ?

Il semblerait que les ministres et les syndicats planchent actuellement sur un consensus pour 2023. Cela vous concernera-t-il ? Le point.

Retraites : qui sont les Français épargnés par la réforme du gouvernement ? – Source : iStock

Le 10 janvier prochain, Élisabeth Borne va prendre la parole pour la présentation officielle du projet de réforme des retraites du gouvernement. Dans l’immédiat, cette réforme ne concernera pas certains. De ce fait, pour qui rien ne va-t-il changer et pourquoi ?

Les catégories de personnes et de métiers non concernés

Initialement, la présentation de la réforme devait intervenir à la fin de l’année 2022. Finalement, cela va se faire le 10 janvier prochain. Il s’agit d’un sujet particulièrement sensible sur lequel Élisabeth Borne et son gouvernement misent actuellement.

En effet, les travaux sont en cours, mais il y a déjà un vent de panique qui souffle. Les Français redoutent de devoir travailler plus longtemps dans des conditions parfois très difficiles. Cela étant, cette réforme ne concernera pas un certain nombre de catégories de personnes et de métiers. Qui sont ces personnes et pourquoi ?

Voici les trois catégories de personnes non concernées par cette réforme des retraites :

Les travailleurs nés avant 1961

Notons que la réforme des retraites consistera à repousser l’âge légal du départ à la retraite de 62 à 64 ou à 65 ans d’ici à 2023. Cela dit, elle ne s’appliquera qu’aux personnes nées à partir de 1961.

Si vous êtes né avant cette date, rien ne va changer pour vous. Il vous suffira alors de cotiser les nombres de trimestres demandés actuellement pour profiter de vos vieux jours. Par ailleurs, cela ne vous concerne pas non plus si vous êtes déjà à la retraite.

Les travailleurs handicapés et inaptes

Le gouvernement n’a pas l’intention de modifier la date de départ à la retraite pour les travailleurs les plus fragiles. De ce fait, les retraites dites « par inaptitude » ne changeront pas. Le mécanisme d’inscription deviendra même plus simple.

Partiront donc à la retraite à 62 ans :

  • Les bénéficiaires d’une pension d’invalidité
  • Les bénéficiaires de l’allocation adultes handicapés
  • Les bénéficiaires pouvant attester d’une inaptitude à travailler d’au moins 50 %

Les métiers pénibles avec des conditions particulières

Cette réforme des retraites épargnera également les métiers pénibles et ceux exercés dans des conditions particulières. C’est par exemple le cas des marins pêcheurs ou bien des danseurs de l’Opéra de Paris.

Ces catégories garderont a priori leur régime spécial et les avantages inhérents. On doit l’admettre, il y a bien des métiers qui demandent beaucoup de sacrifices quotidiens et qui ne permettent pas de longues carrières.

Autres exceptions à la réforme des retraites

Puisqu’on parle de longues carrières, voici encore des personnes qui n’auraient pas à repousser leur départ à la retraite. Selon ce que prévoit la réforme, les employés de ces régimes particuliers doivent dorénavant être au régime général.

Cela étant, le gouvernement privilégie la « clause de Grand-père » et n’impose ces règles qu’aux nouveaux salariés. Pour la plupart de ces régimes, les salariés nés avant le 1er janvier 1975 conservent ainsi leurs avantages.

Cette limite est au 1er janvier 1980, en particulier pour les employés de la SNCF et de la RATP. Cela dit, ils seront nombreux à ne pas avoir à s’inquiéter de ne pas pouvoir partir à la retraite à 62 ans en 2023. Il n’est pas certain que cela soit le cas dans les années à venir puisque la réforme est progressive.

À préciser que l’on ne dispose pas encore de toutes les informations sur cette réforme. On en saura plus à partir du 10 janvier, on pourra alors avancer des certitudes.

Les syndicats, contre tout report de l’âge légal de départ

Après la présentation du projet le 10 janvier prochain, la réforme des retraites doit encore être présentée en Conseil des ministres le 23 janvier. Ensuite, l’Assemblée nationale devra l’examiner au début du mois de février. Rappelons que l’exécutif souhaite une mise en œuvre du projet dès la fin de l’été 2023.

Sur la forme, le gouvernement n’a toutefois pas encore tranché sur la méthode. L’exécutif, semblerait-il, penche déjà pour une adoption du texte en l’intégrant à un projet de loi de financement de la sécurité sociale rectificatif.

Cette solution a pour avantage de pouvoir avoir recours à l’article 49.3 de la constitution. Celui-ci permet en effet de faire passer une loi sans vote du Parlement. Cela étant, la réforme des retraites fait déjà l’objet d’une opposition vive.

Les syndicats sont contre tout report de l’âge légal de départ à la retraite. D’ailleurs, ils ont déjà prévu une mobilisation si cette mesure venait à se confirmer. Dans un entretien au quotidien Le Parisien, Olivier Dussopt a déclaré que :

« Les Français sont plus raisonnables que certains responsables syndicaux et politiques. Personne ne souhaite un blocage. »

Il ajoute qu’il ne faut pas prendre les gens pour « des imbéciles ». Parce que selon lui, « les Français comprennent parfaitement ce qu’on doit faire ».

Source : Vie Pratique