Augmentation du SMIC : près de 409 000 agents publics de l’Etat sont aussi concernés

Alors que les Français attendent l’augmentation du SMIC, le gouvernement a annoncé la hausse des plus bas salaires de la fonction publique.

Augmentation du SMIC : près de 409 000 agents publics de l’Etat sont aussi concernés – Source : Istock

Au 1er janvier 2023, le salaire minimum de croissance va augmenter de 24 euros de plus. Le 22 décembre dernier, le gouvernement a indiqué que les fonctionnaires les moins bien payés verraient leur salaire augmenter de 1,8 %. Près de 409 000 agents publics vont bénéficier de cette hausse identique à la nouvelle augmentation du SMIC. Découvrez ce qui va changer au 1er janvier 2023.

Une quatrième hausse en 15 mois

Le ministère de la Fonction publique a détaillé dans un communiqué l’adoption d’un décret après la réunion du 22 décembre 2022.

« Le Conseil des ministres a adopté un projet de décret qui porte, à compter du 1er janvier 2023, le minimum de traitement dans la fonction publique à 1 712,06 € bruts mensuels. »

Selon le communiqué, la mesure « concernera près de 409 000 agents publics ». Ces derniers sont les employés de l’État, les collectivités territoriales et les établissements publics d’hospitalisation qui touchent les plus bas salaires.

Cette hausse est à la même hauteur que la nouvelle augmentation du SMIC pour les salariés du privé. Le salaire minimum va évoluer de 1,8 % soit 24 euros pour atteindre 1 353 euros nets en 2023. Cette revalorisation des plus bas salaires dans la fonction publique est la quatrième en 15 mois.

Les 5,7 millions d’agents publics ont vu leurs salaires augmenter de 3,5 % au mois de juillet dernier. Le niveau d’inflation qui a fait baisser le pouvoir d’achat des Français y a joué un très grand rôle. L’inflation actuelle qui a atteint plus de 6,2 % est à un niveau record depuis 1980.

Revalorisation automatique du SMIC

Pour les syndicats, les revalorisations successives des salaires sont insuffisantes vu l’inflation en France. Le ministère ne semble pas être ouvert à une nouvelle augmentation générale des salaires. Début 2023, le gouvernement pourrait lancer des discussions sur les parcours professionnels et la rémunération des fonctionnaires.

« Plus aucun indice inférieur au SMIC, c’est bien. Mais ça ne nous fait pas oublier l’indispensable travail sur les grilles [salariales], ni la revendication de mesures générales », a commenté la CFDT Fonctions publiques.

Pour rappel, le SMIC subit chaque année une revalorisation mécanique au 1er janvier. L’augmentation du SMIC dépend de la hausse des prix de consommations. Une hausse en cours d’année pourrait survenir si l’inflation dépasse les 2 %.

Les agents publics ne bénéficient pas d’un tel mécanisme. Selon Sens du service public, la rémunération des agents publics entre 2002 et 2022 n’aurait pas suivi le niveau d’inflation. Un problème qui diminue l’attractivité dans le secteur public.

L’augmentation du SMIC et la prime d’activité

La nouvelle hausse du SMIC va entraîner une légère baisse de la prime d’activité. Les Français touchant de petits salaires bénéficient de cette prime pour les aider à stabiliser leur pouvoir d’achat.

La CAF et la MSA se chargent de verser la prime d’activité aux :

  • Salariés ou indépendants
  • Stagiaires
  • Étudiants
  • Fonctionnaires
  • Les personnes en congé de tout genre (parental, sabbatique, sans solde, en disponibilité)

La prime d’activité dépend des revenus du bénéficiaire. Pour connaître le montant dont peut bénéficier une personne, le site du service public a donné une formule de calcul simple.

« Montant de la prime d’activité = (montant forfaitaire éventuellement majoré +61 % des revenus professionnels + bonifications individuelles) – les ressources prises en compte du foyer », explique le site officiel de l’administration française.

Il est possible de faire une simulation sur le site de la Caisse d’Allocation Familiale. Pour attribuer la prime d’activité à un salarié, la CAF prend en compte ses ressources durant les 3 derniers mois.

Une augmentation de 1 % au lieu de 1,8 %

Les personnes touchant la prime d’activité ne vont pas toucher 24 euros supplémentaires en 2023. L’augmentation du SMIC ne change pas le mode de calcul de la prime d’activité. Cela explique pourquoi cette prime va légèrement diminuer.

Pour mieux comprendre, voici un exemple :

En décembre 2022, Jean touche 1 329 euros de salaire minimum de croissance net. Dans son cas, Jean profite d’une prime d’activité de 237 euros mensuellement. Au total, il perçoit 1566 euros par mois en 2022.

Dès l’année prochaine, le SMIC atteindra 1 353 euros nets par mois. Avec cette augmentation, Jean n’aura plus que 228 euros de prime d’activité nets d’impôts. À partir de 2023, le montant des revenus de Jean sera de 1581 euros net mensuellement.

L’ensemble des revenus d’un smicard bénéficiaire de la prime d’activité n’augmentera donc que de 15 euros. Au lieu d’une hausse de revenus de 1,8 %, l’augmentation ne sera que de 1 %.

Source : Ouest-France