Salaire : la prime de partage de la valeur (Prime Macron) doit-elle figurer sur votre fiche de paie ?

Face aux prix qui grimpent, de nombreux travailleurs rêvent d'un meilleur salaire. Mais les primes comptent aussi.

Salaire : la prime de partage de la valeur (Prime Macron) doit-elle figurer sur votre fiche de paie ? – Source : IStock

Depuis des mois, l’inflation grignote le pouvoir d’achat des Français. Les tarifs des matières premières ont aussi vécu de fortes hausses. L’électricité coûte donc de plus en plus cher.  Dans ce contexte, le constat reste pourtant simple : pour payer plus cher, il faut avoir un plus gros salaire. Malheureusement, certains ménages voient leurs revenus stagner. Pire, ils doivent abaisser leur niveau de vie. Si pour certains, la crise actuelle entraînent de petits sacrifices, elle pousse aussi de nombreux foyers dans la précarité. Aussi, si vous travaillez, vous avez désormais droit à la nouvelle prime Macron. Mais doit-elle figurer sur votre bulletin de paie ?

Salaire et Prime Macron : quelles différences ?

Dans le cadre d’un contrat de travail, le salaire désigne votre rémunération. Mais selon votre situation, vous avez aussi droit à des primes selon vos performances. Pour aider les travailleurs à joindre les deux bouts, les Français ont ainsi droit à un nouveau coup de pouce.

Il s’agit de la Prime Macron. Depuis cet été, on la désigne en tant que Prime de Partage de Valeur. Avec ce dispositif, le gouvernement incite les entreprises à verser plus d’argent à leurs employés. Cela dit, les travailleurs du secteur publics font aussi partie des personnes éligibles. Et contrairement au salaire, il s’agit d’argent net d’impôts. Dans la limite de 3 000 euros, voire 6 000 euros dans certaines structures, cette somme ne donne lieu à aucune cotisation sociale. Un geste en faveur des entreprises pour les convaincre de se montrer généreuse.

La Prime Macron ne doit pas passer sous les radars de la comptabilité

L’attribution de cette prime, ainsi que son montant, restent au bon vouloir des employeurs. Elle n’a donc rien d’une aide obligatoire, ni gagnée d’avance. Ces derniers mois, des milliers de Français ont complété leur salaire annuel avec ce coup de pouce des entreprises.

Cela dit, en réalité, elle atteint 710 euros, en moyenne. Et même si cette somme demeure exonérées d’impôts et de cotisation, son versement doit figurer sur votre fiche de paie. En effet, ce revenu, tout comme le salaire, doit pouvoir se déclarer. Par exemple, auprès des services de la CAF, si vous faites partie des allocataires (APL, Prime d’activité…).

En effet, l’administration fiscale considère que la prime Macron compte dans le calcul de votre RFR. De quoi parle-t-on ? Il s’agit de votre revenu fiscal de référence. Or ce chiffre peut conditionner votre accès à certaines aides l’état. Par exemple, le chèque énergie et l’indemnité carburant dépendent de vos ressources, et donc de votre RFR.

Toutes ces raisons expliquent pourquoi la prime Macron doit être mentionnée, à travers une ligne, sur votre fiche de paie. Par ailleurs, sachez que si la prime reçue dépasse le plafond de 3 000 à 6 000 euros, elle deviendra sujette aux impôts et cotisations.

Pour l’heure, les employeurs ont encore jusqu’au 31 décembre 2022 pour vous envoyer cette prime, en plus de votre salaire. Cela dit, le dispositif continuera à exister en 2023. Cette mesure correspond aux choix du gouvernement, qui encourage l’intéressement des travailleurs, plutôt qu’une hausse générale du salaire des Français. Sur le sujet, le Ministre de l’Économie a donné sa position. « Je souhaite qu’avec les partenaires sociaux, nous avancions plus rapidement sur notre proposition de dividende salarié, qui doit donner rapidement des résultats concrets. Une entreprise qui distribue des résultats à ses actionnaires doit aussi distribuer à ses employés. »

Source : MoneyVox