Frelons asiatiques : comment réagir si vous trouvez un nid ?

Il se peut qu’avec l’automne bien installé, et les feuilles tombant, vous trouviez des nids de frelons asiatiques dans vos arbres.

Frelons asiatiques : comment réagir si vous trouvez un nid ? – Source : iStock

Alors que le mois d’octobre de cette année a paru particulièrement chaud, le froid semble enfin s’arriver. Désormais, l’hiver approche à grands pas. Et de plus en plus, les arbres paraissent sans feuilles. Et, découverts, on peut parfois voir des nids de frelons asiatiques, mais pas de panique, ils restent bien moins dangereux. En effet, ces insectes invasifs restent bien moins actifs avec le froid. Ce dernier les engourdis et les rend bien moins virulents. Mais, si jamais vous trouvez un nid, on vous explique quoi faire. 

Les nids de frelons asiatiques

En effet, il se peut qu’avec les feuilles des arbres qui tombent, on voit apparaitre des nids de frelons asiatiques. Mais pas de panique. En théorie, ils paraissent bien vides. Et si des larves persistaient, elles se verraient mangées par des oiseaux. Le patron de “Allô frelons”, Guillaume Castagné, déclare à nos confrères d’Actu fr que “les oiseaux, qui vont venir manger les larves qui auraient pu survivre”. 

Il ajoute également que “En début de saison, aux premiers beaux jours, quand l’air commence à se réchauffer, les femelles fécondées, appelées gynes, commencent à sortir de leur hibernation. C’est à ce moment-là qu’elles se regroupent en petits paquets (de 2 à 15 individus environ). Elles commencent à fabriquer un petit nid primaire, de la taille d’une orange ou d’un petit melon. Quand les températures baissent, les femelles fécondées commencent à quitter le nid. Cela dure pendant plusieurs semaines et l’amplitude de cette période dépend de la météo (surtout des températures). Elles vont se mettre en dormance, à l’abri du froid (dans un tronc creux, un trou dans la terre, un tas de feuilles mortes, un grenier, une paire de gants de jardinage ou de bottes, un abri de jardin ou encore un local de piscine, etc…)”. 

Quand choisir la destruction 

Ainsi, les nids ne représentent plus de réels dangers une fois le froid arrivé. De cette façon, le spécialiste avoue que détruire un nid en hiver semble inutile. Il en vient même à recommander de les laisser durant l’hiver. Il déclare “Et il est même recommandé de laisser les nids l’hiver pour adapter l’équilibre alimentaire. Les spécialistes s’accordent à penser que l’on ne pourra pas éradiquer le frelon asiatique, mais avec le temps, certaines espèces d’oiseaux permettront d’équilibrer l’écosystème”. 

Les mesures à prendre en toutes saisons

Pour éviter tout problème avec les frelons asiatiques et surtout leurs piqures, il y a des gestes à garder en tête. Tout d’abord, vérifier qu’il n’y en ait pas dans les endroits que vous souhaitez toucher (jardin, garage, arbre). Si jamais il y a un nid, vous devez toujours rester à cinq mètres de ce dernier. Cela insinue ne pas entrer en contact avec, le détruire ou même le toucher. Il faut savoir qu’un seul frelon ne vous fera rien. Sauf si vous lui faites peur

En cas de piqure de frelons asiatiques

Si malgré les précautions vous vous faites piquer par un ou plusieurs frelons asiatiques, pas de panique. La plupart du temps, cela fait mal, ou désagréable, mais rien de trop grave. En revanche, cela va gonfler. Alors, il vaut mieux retirer tout ce qui pourrait serrer comme les bagues, bracelets, etc. Pour vous soulager, appliquez du chaud sur la piqure désinfectée préalablement. Si jamais la piqure dégénère et que vous faites une réaction allergique, il faut appeler le 15. Ces derniers vous renseigneront sûrs que faire. En revanche, si vous avez de nombreuses piqures ou sur des zones dangereuses comme cou, gorge, bouche, alors il faut consulter au plus vite

Ainsi, si vous avez un nid de frelons asiatiques, restez bien à distance. Mais avec le froid, il n’y a normalement plus de frelons asiatiques, ou pas en état de bouger de trop. Il faut savoir qu’après le 25 novembre, la destruction d’un nid par un professionnel reste payante. Il vaut donc mieux le laisser. “Si de nombreux nids seront sans doute découverts dans les chênes en décembre à la chute des feuilles, d’un point de vue technique ou environnemental, il n’y aura plus de raison valable d’engager des dépenses publiques supplémentaires sur le traitement de ces nids”. 

Sources : Actu.fr