Harcèlement scolaire : les nouvelles mesures à la rentrée 2023

Plusieurs enfants sont victimes de harcèlement scolaire. Le programme pHARe a pris des mesures contre le phénomène dès la rentrée 2023.

© Crédit photos : IStock

Afficher Masquer le sommaire

Le harcèlement scolaire est un fléau qui touche de nombreux enfants chaque année en France. Selon les dernières données du service statistique du ministère, environ 700 000 enfants sont victimes de harcèlement à l’école. Malheureusement, la majorité d’entre eux le passent sous silence. La politique de prévention contre le harcèlement et le cyber-harcèlement s’intégre dans le programme pHARe. Déployée en 2021, celle-ci inclura les lycées dès la rentrée 2023 selon une annonce du ministère de l’Éducation nationale. On fait le point dans cet article.

Une réforme pour la rentrée 2023

À ce jour, 60 % des écoles et 86 % des collèges font partie du programme pHARe. Le ministère a l’ambition vise une implication des établissements à 100 %, d’ici la rentrée 2023.

Harcèlement scolaire
Petits enfants écoliers élèves étudiants courant se dépêcher vers le bâtiment de l’école pour les cours – Crédits photos : iStock

La communication des numéros d’urgence du programme est une priorité. Les numéros d’urgence (3018 et 3020) seront donc inscrits systématiquement dans les carnets de correspondance et les supports numériques des établissements scolaires.

À lire Harcèlement scolaire : les parents de la petite Lindsay témoignent dans TPMP

Le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, a relevé une mesure pour les cas graves de harcèlement scolaire. Celle-ci a pour objet de transférer l’élève harceleur d’être scolarisé dans un autre établissement.

Le ministre souligne l’importance de séparer les élèves harcelés et leurs harceleurs dans certains cas. Une équipe d’intervention pourra aussi être envoyée sur place pour aider à résoudre le problème. Il se peut que les psychologues de l’Éducation nationale et les professionnels de santé soient même sollicités.

C’est « un dernier recours » qui peut se dérouler sans l’accord des parents, si le maire le décide.

« Dans les écoles primaires il n’y a pas de conseil de discipline et dans le cas où il faut séparer l’élève harceleur de l’élève harcelé on en arrive à une situation qui n’est pas normale par laquelle c’est l’élève harcelé qui doit partir », évoque le ministre.

À lire Lidl : ces produits cosmétiques à risque selon l’UFC-Que Choisir

En revanche, pour les collèges et lycées, la procédure disciplinaire dépend des départements et des régions.

Harcèlement scolaire
Écolière qui pleure – Crédits photos : iStock

Le programme pHARe contre le harcèlement scolaire

Le programme de prévention contre le harcèlement scolaire nommé pHARe se base sur différents axes. Il s’agit de :

  • Évaluer le climat de l’école pour mesurer les risques de harcèlement ;
  • Prévenir les comportements de harcèlement avant qu’ils ne se produisent ;
  • Créer une communauté protectrice, composée de professionnels et de personnels de l’éducation, pour assurer la sécurité et le bien-être des élèves ;
  • Intervenir efficacement sur les cas de harcèlement pour y mettre un terme rapidement ;
  • Associer les parents et communiquer avec eux sur le programme de prévention ;
  • Mobiliser les instances de démocratie scolaire, comme les Conseils de la Vie Collégienne et Lycéenne, pour impliquer les élèves dans la lutte contre le harcèlement ;
  • Évaluer l’impact des actions mises en place pour ajuster le programme de prévention ;
  • Mettre à disposition des ressources sur une plateforme dédiée pour aider les équipes éducatives à prévenir et gérer les cas de harcèlement scolaire.

Des actions concrètes se placent tout au long de l’année pour prévenir le harcèlement scolaire. Parmi celles-ci, une communauté protectrice se forme autour des élèves avec un minimum de cinq personnels ressources par collège et circonscription du 1er degré.

De plus, dix heures d’apprentissage annuelles, du CP à la 3ème, sont dédiées à la prévention du harcèlement et au développement des compétences psychosociales des élèves. Ces actions incluent la sensibilisation des familles et des personnels, ainsi que la formation d’élèves ambassadeurs dans les collèges.

À lire Les 12 coups de midi : Céline la championne sur le départ ?

Une réponse aux cas récents de harcèlement scolaire

Pour lutter contre le harcèlement scolaire, des annonces gouvernementales ont été faites. C’est le cas de la mise en application de la loi du 2 mars 2022 qui impose une formation systémique pour les professeurs stagiaires et les personnels de l’éducation afin de mieux lutter contre le harcèlement scolaire. Les Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE) et les Écoles académiques de la formation continue (EAFC) intègreront cette formation.

Harcèlement scolaire
Élève du primaire cache son visage tout en étant de harcèlement moral – Crédits photos : iStock

Le renforcement de ces mesures est une réponse aux cas de harcèlement médiatisés. Comme celui de Lucas, 13 ans, qui a mis fin  sa vie après avoir été harcelé dans son collège en raison de son orientation sexuelle. Il y a aussi le cas de Maël, un élève de Saône-et-Loire harcelé pendant un an par un autre élève, obligeant le jeune garçon à arrêter de se rendre à l’école pendant trois mois.

Pour aider les victimes et les témoins de harcèlement, il existe plusieurs numéros à contacter. Le 3020 est un numéro d’écoute et de prise en charge pour les familles et les victimes de harcèlement scolaire. Le 3018 est la ligne d’appel nationale anonyme, confidentielle et gratuite pour les situations de cyberharcèlement. Enfin, l’application 3018 permet de signaler les cas de cyberharcèlement pour une prise en charge rapide.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :