TikTok : « la cicatrice » la nouvelle mode dangereuse des ados sur le réseau social

Les adolescents s’essaient à une nouvelle tendance sur TikTok. Elle consiste à provoquer une cicatrice sur son visage. On fait le point.

© TikTok : « la cicatrice » la nouvelle mode dangereuse des ados sur le réseau social - Source : iStock

Afficher Masquer le sommaire

Provoquer une nouvelle « cicatrice » sur leur visage. Voilà le nouveau jeu en vogue auprès des collégiens sur TikTok. Cette nouvelle tendance est risquée. On vous dit tout dans cet article.

La « cicatrice » de TikTok

Les utilisateurs de TikTok ont plein d’imagination ! Ils ont inventé un nouveau jeu qu’ils appellent la « cicatrice ». Ce nouveau défi consiste à se pincer la joue de manière forte, pour y appliquer une torsion. Ce qui fait naître un bleu.

Les jeunes collégiens sont de plus en plus nombreux à s’essayer à cette activité sur leur réseau social favori. Ils arborent une « balafre » sur leur visage, façon pirate. De plus, il y a de nombreux tutoriels qui sont à disposition des utilisateurs sur le réseau social. Des tutoriels expliquent comment faire naître cette cicatrice.

À lire The Voice : un candidat éliminé fait un carton avec son titre sur TikTok et YouTube

Des risques non négligeables

Ce ne sont pas tous les collégiens qui se lancent dans ce nouveau défi. En effet, certains ne s’y essaient pas, car cette nouvelle tendance comporte des risques non négligeables. Cela étant, à en croire Marie Jourdan, cette manœuvre « provoque des dysfonctionnements de la microcirculation sanguine ». Citée par Le Parisien, elle est dermatologue.

La spécialiste, qui est également membre de la Société française de dermatologie (SFD), a cité un autre danger de cette pratique dans Le Parisien. Selon elle, les jeunes adeptes de cette pratique risquent « de se faire un angiome stellaire qui persiste, et d’en garder des séquelles esthétiques ».

En général, l’angiome stellaire part au bout de deux ans. Il arrive cependant que la dermatologue en traite au laser, mais pour certains, cela ne s’atténue pas. Cela étant dit, Marie Jourdan précise qu’elle n’a pas encore eu affaire à des cas liés à cette nouvelle tendance sur TikTok.

Un jeu TikTok « un peu bizarre »

Selma, une élève de 4e, a raconté son expérience :

À lire EnjoyPhoenix : pourquoi sa participation dans Pékin Express a été annulée ?

« J’ai fait ça la semaine dernière. Au début, ça fait un peu mal et ça gonfle. »

Elle a ensuite souligné qu’heureusement la douleur passe, mais elle a, selon elle, gardé la marque pendant quatre jours. Elle a dit à ses parents qu’elle avait la marque en se cognant. Il y en a certains qui tentent ce challenge pendant leurs heures de cours.

De ce fait, plusieurs établissements ont formellement interdit cette pratique. Un autre élève du nom de Abi affirme que sur TikTok, « un garçon l’avait fait sur toute sa joue, et ce n’était pas vraiment beau ». Abi trouve que ce jeu est « un peu bizarre ».

Un autre collégien abonde :

À lire Pékin Express : une vidéo de Angie et Laura en train de s’embrasser déchaîne les fans

« Ma peau, elle bien comme ça. De toute façon, sur TikTok, il y a plein de modes qui apparaissent et disparaissent aussi vite. »

La cascade de la mort sur TikTok

Il y a une autre pratique dangereuse qui est aussi devenue virale sur TikTok. Celle-ci nous vient de Norvège, on l’a baptisé « cascade de la mort ». Cette pratique, elle inquiète, mais elle fascine également. En effet, des personnes partagent des vidéos où l’on peut les voir plonger depuis des dizaines de mètres de hauteur.

Ces vidéos cumulent des millions de vues. Asbjorg Nesje est l’un des pratiquants de ces sauts spectaculaires. Il s’agit d’une jeune Norvégienne qui multiplie les sauts depuis des plateformes ou dans des milieux naturels. Et parfois, elle explique ses techniques.

Ce saut a pour principe de faire croire aux spectateurs qu’il est réalisé de manière aléatoire. Seulement, les techniques de réception sont minutieuses. La Norvégienne Asbjorg Nesje n’hésite pas à partager ses exploits depuis son compte TikTok.

À lire Double authentification Twitter : comment éviter de payer et rester en sécurité ?

Des professionnels ou amateurs

Les athlètes sont pour la plupart des professionnels ou amateurs qui s’entraînent au quotidien. La pratique se nomme le « dodsing » et reste sous le contrôle d’une fédération. Ce nom vient du mot norvégien dods (plongeon de la mort en français). Depuis 2018, un championnat du monde regroupe les meilleurs d’entre ces athlètes.

Comme pour le sport olympique, on note les participants sur la prise d’élan, l’envol et l’entrée dans l’eau. En 2021, les sportifs Norvégien Emil Lybekk et Américain Anders Rox avaient expliqué différentes méthodes pour bien se réceptionner dans l’eau. Des méthodes pas vraiment académiques. On a baptisé l’une des plus connues la « crevette ».

Le plongeur serre ses jambes et tend ses bras, de préférence au moment du contact avec l’eau. Ce qui fait le spectacle. Asbjorg Nesje, qui cartonne sur TikTok, a de son côté remporté le championnat féminin de dodsing. Elle l’a remporté à deux reprises, en 2021 et 2022, alors qu’elle a rejoint le sport en 2020.

Source : CNews

À lire Réseaux sociaux : comment passer à la double authentification ?

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :