Radio : attention à cette arnaque téléphonique qui peut vous coûter cher

Une nouvelle arnaque fait rage. Elle met en avant une radio inexistante que les arnaqueurs ont nommée Super FM. Les détails dans cet article.

Radio : attention à cette arnaque téléphonique qui peut vous coûter cher – Source : Istock

Attention à cette arnaque à la radio. Très efficace, elle a déjà fait de nombreuses victimes. Découvrez comment les arnaqueurs la mettent en place.

Arnaque à la radio, c’est quoi ?

Depuis plusieurs semaines maintenant, des arnaqueurs qui se font passer pour des employés de la radio escroquent les gens. Pour mener à bien leur supercherie, ils utilisent une stratégie efficace qui consiste à gagner la confiance de leur cible.

Voici comment ils procèdent. L’arnaqueur commence par appeler sa cible. Quand celle-ci décroche, il se présente en tant que chargé de marketing d’une nouvelle radio. Une radio qui porte le nom de Super FM et qui serait accessible via la fréquence 98,5.

Évidemment, rien de cela n’est vrai. La radio Super FM n’existe pas et la fréquence 98,5 n’est attribuée à aucune radio. Sauf dans certaines régions où elle est attribuée à RTL. Dans le but de susciter la curiosité de sa cible, l’arnaqueur va lui parler de lots à gagner.

Des gains de 300 à 600 euros qui lui permettront d’acquérir différents produits. Il va lui expliquer que ces cadeaux peuvent lui revenir. À condition qu’elle fasse exactement ce qu’il dit. Désireux d’obtenir les gains, la plupart des gens qui se font appeler sont tout de suite enthousiastes.

Ils acceptent, sans chercher à vérifier la véracité des informations, de suivre les directives de l’escroc. Après avoir mis sa victime en confiance, l’arnaqueur lui dit de joindre le 0 973 421 156.

En contactant ce numéro, elle tombe sur un autre escroc qui, cette fois-ci, n’a qu’un seul but. Récolter ses données personnelles pour ensuite la dépouiller de tous ses biens en piratant son compte bancaire.

Comment identifier l’arnaque à la radio ?

Si vous recevez ce type d’appel, restez sur vos gardes. Derrière ce genre de démarchage se cache souvent une arnaque. Sachez-le, une radio qui organise un jeu-concours, procède rarement de cette façon. Elle n’appelle pas un candidat au hasard.

C’est le candidat qui doit la contacter par appel ou SMS avant le tirage pour être éligible. Sachez aussi qu’il n’est pas nécessaire de communiquer ses données personnelles pour obtenir les gains d’un jeu. Normalement, le nom et l’adresse suffisent.

Si la personne vous demande d’autres informations, c’est qu’il s’agit sûrement d’une arnaque. Alors, prenez garde, et essayez de ne jamais divulguer d’informations qui pourraient vous compromettre au téléphone. Par ailleurs, plusieurs choix s’offrent à vous pour contre-attaquer après être victime d’arnaque.

Vous pouvez pour tenter de récupérer ce qui vous a été volé, signaler le numéro. Transmettez-le à l’Arcep ou à la DGCCRF pour qu’elles puissent traiter au plus vite vos dossiers. Soyez réactif, car plus vous perdez de temps, et plus l’arnaqueur risque de s’en sortir.

Outre le fait de signaler le numéro, vous pouvez aussi porter plainte pour escroquerie contre X. Cette démarche est également efficace, car elle accélère le traitement de votre dossier par les organismes responsables. De plus, vous aurez plus de chance d’obtenir un remboursement auprès de votre opérateur.

Les règles du démarchage téléphonique ont changé

Depuis le 1er janvier 2023, le gouvernement a renforcé les mesures pour éradiquer les arnaques au téléphone. Voici tout ce qui a changé depuis :

  • L’ARCEP a réservé les numéros commençant par 06 ou 07 aux échanges interpersonnels
  • Les numéros commençant par 09 sont réservés aux organismes qui veulent mettre en relation leurs clients avec les plateformes techniques

D’autres mesures viendront renforcer celles déjà établies. Par exemple, à partir du mois du mars, les centres d’appel n’auront plus le droit d’appeler qu’à des créneaux précis. Soit de 10 h à 13 h et de 14 h à 20 h en semaine.

Ceci a été fait pour limiter le démarchage intempestif et « renforcer la protection des utilisateurs contre les fraudes et abus ». Les démarcheurs qui ne respectent pas les règles seront pénalisés. Ils risquent une amende allant de 75 000 à 375 000 euros.

Pour finir, sachez que le gouvernement compte aussi limiter le démarchage. C’est-à-dire, faire que les consommateurs ne soient pas en permanence contactés. Pour cela, il prévoit d’instaurer la règle suivante. Un consommateur ne peut être sollicité plus de quatre fois.

Dans le cas où il refuserait de décrocher, son interlocuteur doit s’abstenir de le contacter. Et ce, durant une période de soixante jours.

Source : CNews