Complémentaires santé : UFC-Que Choisir pointe du doigt une hausse à venir de 7,1% en 2023

Les cotisations pour les complémentaires santé vont augmenter de 7,1 % en 2023. Un phénomène alarmant selon UFC-Que Choisir. Le point.

Complémentaires santé : UFC-Que Choisir pointe du doigt une hausse à venir de 7,1% en 2023 – Source : iStock

En 2023, les tarifs des complémentaires santé vont fortement grimper de plus de 7 %. C’est ce que révèle UFC-Que Choisir qui parle d’un phénomène alarmant. L’association de consommateurs demande au gouvernement d’imposer davantage de transparence.

Les contrats individuels à 7,1 %

En 2023, se faire bien couvrir et se faire rembourser pour sa santé va coûter cher, voire très cher. À en croire l’UFC-Que Choisir, les tarifs des contrats individuels pour les complémentaires santé vont grimper de 7,1 % cette année.

L’association de consommateurs a passé au crible 594 contrats individuels qui portent sur 128 organismes. Entre 2022 et 2023, cette montée des tarifs va représenter une hausse médiane de 126 euros sur l’année. 20 % des clients vont même faire face à une hausse supérieure à 240 euros.

Les complémentaires santé ont grimpé de 23 % depuis 2019

D’une mutuelle à l’autre, les évolutions de tarifs ne sont pas les mêmes. Cela dit, l’augmentation la plus forte est celle des trois leaders du marché :

  • Pour Harmonie mutuelle : + 9,1 %
  • Pour Malakoff Humanis : + 7,2 %
  • Pour Axa France : + 9,7 %

Cela étant, on constate aussi une différence d’évolutions de tarifs entre les familles de complémentaires santé. En effet, ces évolutions de tarifs sont plus importantes chez les assureurs et les institutions de prévoyance par rapport à celles des mutuelles.

Cependant, les chiffres sont encore plus effarants quand on regarde l’évolution des tarifs sur plusieurs années. En effet, depuis 2019, les tarifs des complémentaires santé ont augmenté de 23 %. Ce qui représente le double du niveau d’inflation. En effet, celui-ci est de 10,6 % sur la même période.

Le 100 % santé mis en cause

Pourquoi ces tarifs sont-ils si élevés ? L’UFC-Que Choisir parle d’un « mauvais pilotage du 100 % santé ». Pour une partie des patients pour l’optique, le dentaire et l’audioprothèse, le 100 % santé est un ensemble de soins sans reste à charge.

L’UFC indique que l’équilibre en termes de cotisations payées par les usagers reposait sur une prévision de baisse des dépenses sur l’optique. Ainsi, les cotisations montent et le reste à charge moyen sur l’optique a même grimpé de 18 euros depuis 2019. Les complémentaires santé ont de leur côté récemment attribué leurs hausses de tarifs au 100 % santé.

Il y a aussi le transfert par le Parlement de 300 millions d’euros de charges supplémentaires de l’Assurance-maladie vers les complémentaires santé. À en croire la Mutualité Française, en vingt ans, la taxation des mutuelles s’est fait multiplier par huit. Ce sont les assurés qui paient la facture.

Davantage de transparence aux complémentaires santé

L’UFC-Que Choisir demande à ce que le gouvernement impose davantage de transparence aux complémentaires santé dans leurs avis d’échéance. Ce qui permettrait aux assurés de mieux comparer les offres. La quasi-totalité des complémentaires ne montre pas les informations capitales.

Ce qui empêche les clients de faire jouer la concurrence. Il n’y a pas de hausse indiquée en général ni en euros ni en pourcentage. Depuis 2015, les frais de gestion des complémentaires santé n’ont quasiment pas diminué. Ils sont en moyenne de 21 %.

Les mutuelles vont aussi augmenter

Les mutuelles aussi vont coûter plus cher en 2023. En moyenne, les tarifs vont augmenter de 4,7 %. La Mutualité Française a sondé 35 mutuelles qui représentent 18 millions de Françaises et de Français.

Cette hausse va fortement impacter les contrats collectifs obligatoires puisque la hausse va atteindre 5,7 % en 2023. Pour les contrats particuliers, la hausse sera de 4,1 %. Les mutuelles affirment avoir déboursé 10 % de plus de soins qu’en 2019.

Les assurés ont, durant la période des deux confinements, moins fréquenté les cabinets médicaux. Mais par la suite, ils se sont rattrapés. Cela étant, pendant les deux années de Covid-19, les mutuelles ont fait des économies en remboursant moins de soins sans baisser leurs cotisations. Ce qu’elles ne disent pas.

En outre, il y a aussi la mise en place du 100 % santé. Le remboursement de la totalité des lunettes, des soins dentaires et des audioprothèses pour les moins favorisés a un coût important. Elles (les mutuelles) ont réglé une facture globale de 890 millions d’euros.

Enfin, il y a la taxe Covid que les mutuelles vont devoir régler en 2023. Elles vont devoir prendre en charge un budget de 300 millions d’euros à la place de la Sécurité Sociale. En 2022, les tarifs des mutuelles avaient monté de 3,4 % et de 2,6 % en 2021.

Source : La Dépêche