Euromillions : deux retraités en situation de handicap dépouillés d’une partie de leurs gains

En Dordogne, deux handicapés accusent un banquier et sa femme de les avoir dépouillés. Et ce, après qu’ils aient gagné l’EuroMillions.

Euromillions : deux retraités en situation de handicap dépouillés d’une partie de leurs gains – Source : Istock

Le mercredi 4 janvier 2023, une affaire d’abus de faiblesse a fait grand bruit. Ce jour-là, le tribunal a jugé un couple pour avoir arnaqué une femme et son mari handicapés. Et ce, après que ces deux derniers ont gagné plus de 500 000 euros à l’EuroMillions.

513 136,70 euros de gain à l’EuroMillions

Il était aveugle et sa compagne était handicapée à 80 %. Ils avaient pour habitude de jouer tout le temps les mêmes numéros à l’EuroMillions. La bonne étoile leur a souri le 12 août 2014. Le ticket gagnant était celui qu’ils avaient acheté dans un tabac de Montignac en Dordogne.

Ce jour-là, ils ont gagné la coquette somme de 513 136,70 euros. À cette époque, ils avaient 59 et 61 ans et ils n’avaient pas encore eu d’enfants. Selon Me Éric Barateau, leur avocat, cet événement les a « totalement dépassés ». Ils en sont alors remis à leurs proches.

C’est à partir de là qu’ils ont demandé l’aide d’une de leur nièce et de son conjoint qui était, lui-même, banquier. Le 4 janvier 2023, le tribunal correctionnel de Périgueux traite le l’affaire qui concerne le directeur d’agence bancaire et sa compagne de 54 ans.

Ces deux derniers sont accusés d’abus de faiblesse sur des personnes vulnérables. Le différend entre le membre de cette famille repose sur un contrat moral noué entre les deux parties. Le banquier et sa compagne auraient persuadé le couple d’handicapés à mentir à la Française des Jeux.

Le plan était de prétendre qu’ils avaient tous les quatre payé le ticket gagnant ensemble. Cela leur aurait permis de se partager l’argent gagné à l’EuroMillions.

Le couple s’octroie 80 % du gâteau

La nièce et son conjoint ont pris 80 % du gain en laissant peu de choses aux gagnants légitimes de l’EuroMillions. En contrepartie, ils ont construit une maison pour le couple qui était à la fois handicapé et âgé. En plus de cette bâtisse située à Beauregard-de-Terrasson, le banquier et la nièce leur ont aussi fait une promesse.

Ils se sont engagés à subvenir à leurs besoins. La construction de la maison s’est achevée au mois de mai 2017. Bien que ce soit les gagnants du loto qui habitent les lieux, ce sont les Toulousains qui en sont les propriétaires attitrés. Jusque-là, personne ne se doutait que la situation allait tourner au vinaigre.

En 2020, les deux gagnants du loto découvrent avec stupeur que l’argent était parti en fumée. Il ne restait plus rien des 500 000 euros gagnés à l’EuroMillions. Ils commencèrent alors à soupçonner leur nièce et le banquier d’avoir remboursé leurs propres dettes avec ce qu’ils ont gagné. Ces derniers en auraient également profité pour investir dans un appartement à Toulouse.

Le pire, c’est que les Toulousains faisaient payer un loyer au couple de personnes âgées. Et ce, alors que c’est avec l’argent de ces derniers qu’ils ont construit la maison. Lorsqu’ils ont refusé de payer ledit loyer, la nièce et son conjoint leur ont intenté une procédure d’expulsion.

La nièce et son conjoint se défendent

Le couple ayant gagné l’EuroMillions décide de s’en remettre à la justice. Ils ont déposé une plainte auprès de la brigade de recherches de la gendarmerie de Sarlat. Le couple toulousain « contestent intégralement » toute forme d’abus.

Leur avocat, Me Clément Rouger, estime qu’il s’agit d’une affaire « rocambolesque ». Le couple toulousain conteste la situation de faiblesse des deux personnes âgées. Ils affirment que les deux sexagénaires étaient totalement responsables de leurs actes.

Pour eux, le conflit venait d’un désaccord à propos de la réparation d’une chaudière au sein de la maison nouvellement bâtie. L’affaire est actuellement entre les mains de la justice. Cette dernière a déjà effectué d’importantes saisies pénales à titre conservatoire sur le patrimoine des deux accusés. Et ce, jusqu’à ce que le verdict soit rendu.

Les biens concernés sont la maison du couple handicapé ainsi que deux appartements acquis par les Toulousains. Ces biens saisis ont une valeur d’environ de 500 000 euros. Si le tribunal estime que la nièce et son mari sont coupables d’abus, les biens seront confisqués afin de réparer le préjudice.

Source : La Dépêche