Sécurité routière : plusieurs centaines de nouveaux radars vont débarquer en 2023

Pour renforcer la sécurité routière, des centaines de nouveaux radars seront implantés sur les routes cette année. On vous en dit plus.

Sécurité routière : plusieurs centaines de nouveaux radars vont débarquer en 2023 – Source : iStock

L’installation de radars est certainement la meilleure façon de renforcer la sécurité routière. Grâce à ces dispositifs, les accidents de la route ont considérablement diminué ces dernières années.

Plus de radars urbains sur les routes

Le gouvernement compte installer près de 200 radars d’ici à la fin de l’année. Ainsi, le nombre de dispositifs implantés passera de 4 400 et quelques à 4 600. Parmi les nouveaux radars bientôt installés se trouve le radar urbain.

Petit, mais à la pointe de la technologie, cette nouvelle invention aura un rôle important à jouer. Les radars urbains permettront en effet de renforcer la sécurité routière. Ils pourront, en plus de contrôler les vitesses des véhicules, surveiller le respect à l’arrêt au feu rouge.

Comme expliqué par le site Auto-moto, les radars urbains ont été expressément rendus plus petits par ses concepteurs. Le but ? Faire que le dispositif se fonde facilement dans la masse pour inciter les conducteurs à faire davantage attention.

Midi Libre précise que les radars urbains seront en fait « des boîtiers de 50 centimètres de côté ». Ils seront « positionnés en hauteur » et annoncés par des panneaux de taille moyenne. À souligner que ces radars ne font pas l’unanimité auprès des routiers.

Une jeune femme interrogée par TF1 avait notamment expliqué avoir du mal avec ces nouveaux dispositifs. Selon elle, ils sont maintenant tellement nombreux et efficaces qu’elle se sent en permanence frustrée lorsqu’elle conduit.

« Il le faut, mais c’est dommage parce qu’on ne peut plus rien faire, c’est pénible (…) C’est mieux pour la sécurité, mais si on se fait prendre, c’est dommage », pense la jeune femme.

Sachez-le, les radars urbains ne sont pas encore à 100 % opérationnels. Certains boîtiers installés dans les rues ne fonctionnent pas. Ils servent juste de leurre pour inciter les conducteurs à la prudence.

Pour un renforcement de la sécurité routière

Si les radars urbains sont encore en phase de test, ils devraient rapidement évoluer et gagner en efficacité.

Ces radars disposent en effet de plus de fonctionnalités dans un avenir proche. Ils devraient, après amélioration, pouvoir contrôler que les véhicules n’empiètent pas sur les pistes cyclables. Ces dispositifs seront également capables de vérifier le non-respect du sas vélo.

« Ils se baseront sur des algorithmes de reconnaissance d’infractions qui permettront à ces radars d’isoler des infractions potentielles qui seront ensuite vérifiées et validées par un agent de police municipale, par exemple, devant son ordinateur en isolant les cas manifestement positifs », note TF1.

En plus de ce qui a été dit, les radars urbains auront la capacité de vérifier que les conducteurs mettent bien leur ceinture de sécurité. L’intelligence artificielle dont ils seront munis devrait aussi leur permettre de verbaliser les conducteurs lorsqu’ils téléphonent au volant.

Évidemment, le projet plaît aux cyclistes. Se sentant souvent menacés par les véhicules, ils adhèrent complètement à ce renforcement de la sécurité routière.

« Il y a des gens qui roulent vraiment très vite (…) alors je pense que pour la sécurité des gens, on peut les utiliser », a commenté un adepte de trottinette lors d’une interview accordée à TF1.

Pour finir, sachez qu’un nouveau type de radar est testé dans l’Hexagone depuis le début de l’année 2022. Il s’agit du radar sonore. Comme son nom l’indique, l’appareil se charge de surveiller le niveau sonore émis par les véhicules en circulation.

Une initiative qui devrait rapporter à l’État

Contrairement aux autres dispositifs, les voitures radars et les radars mobiles ne deviendront pas plus nombreux cette année. Ils garderont le même effectif, tout comme les radars tronçons et les radars de passage à niveau.

En revanche, les voitures radars privatisées vont devenir plus actives. Certaines régions jusque-là épargnées verront le dispositif débarquer sur leurs routes et renforcer la sécurité routière. Ce sera notamment le cas en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France et Occitanie.

Selon les spécialistes, l’augmentation du nombre de radars aura un impact significatif sur les recettes de l’État. Grâce aux nouveaux dispositifs, les contraventions deviendront, en effet, plus nombreuses. Ce qui, mécaniquement, fera gonfler le « compte radar » du gouvernement.

Selon les estimations du gouvernement, l’installation de 200 nouveaux radars devrait rapporter plus d’un milliard d’euros de recettes. En 2021, les quelque 4 000 radars installés avaient rapporté environ 850 millions d’euros à l’État.

Source : Actu Orange