Réforme des retraites : sera-t-il possible de prendre votre retraite avant l’âge légal ?

La réforme des retraites va-t-elle permettre les départs anticipés si le salarié a suffisamment cotisé durant sa carrière ? Explications.

Réforme des retraites : sera-t-il possible de prendre votre retraite avant l’âge légal ? – Source : iStock

La discussion avec les syndicats sur la réforme des retraites a déjà commencé. Le 10 janvier prochain aura lieu la présentation officielle du texte. Le projet prévoit principalement le recul de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ou à 65 ans.

Actuellement, les salariés doivent avoir cotisé entre 41 et 43 ans pour percevoir une retraite à taux plein. Avec le report de l’âge légal, certains se demandent s’il est possible de partir plus tôt après avoir suffisamment cotisé.

Réforme des retraites : L’âge légal et la durée de cotisation

L’âge d’ouverture du droit à la retraite actuelle est à 62 ans. Avec la réforme des retraites, elle sera repoussée de 4 mois par an pour les actifs de la génération 1961. Dès 2028, l’âge légal du départ à la retraite sera à 64 ans pour atteindre 65 ans en 2031.

La durée de cotisations est le nombre de trimestres que le salarié doit cotiser pour obtenir une retraite complète. Même si un salarié a complété tous ses trimestres avant l’âge légal, il ne peut pas anticiper son départ à la retraite.

« La caractéristique de l’augmentation de l’âge de départ à la retraite, c’est que vous ne pouvez pas partir plus tôt. Si je n’ai pas 64 ans par exemple, je ne peux pas partir en retraite. En revanche, si on joue sur l’augmentation du nombre de trimestres, vous pouvez faire le choix de partir plus tôt et de supporter une décote », explique Bruno Chrétien, président de l’Institut de la protection sociale.

Selon ce dernier, un salarié pourrait partir à 64 ans, mais il faudra qu’il ait cotisé plus de trimestres. Seules les carrières longues et les métiers pénibles pourront permettre aux actifs de partir à la retraite avant l’âge légal. D’ailleurs, la réforme des retraites va élargir et améliorer les modalités de ces deux dispositifs.

Réforme des retraites : Plus de critères de pénibilité

Pour les syndicats, la pénibilité est un chapitre clé de la réforme des retraites. Selon le ministre du Travail, un départ à la retraite sur 6 serait anticipé à cause de l’usure professionnelle. 100 000 personnes partent chaque année à la retraite avant l’âge légal parce qu’elles ne sont plus aptes au travail.

Depuis 2017, deux critères de pénibilité n’étaient plus considérés comme des conditions permettant un départ à la retraite anticipée. La réforme des retraites comprend la réintégration de ces critères de pénibilité.

Les postures pénibles, le port de charges lourdes ou l’exposition aux vibrations seront de nouveau pris en compte. Le gouvernement prévoit même de créer un « fonds de prévention de l’usure professionnelle ».

Maintien des carrières longues

La Première ministre a déjà confirmé que même après la réforme des retraites, le gouvernement maintiendra les carrières longues. Il s’agit d’un système qui permet aux actifs ayant commencé à travailler tôt et cotisé longtemps de partir avant l’âge légal.

« Le principe sera maintenu et même assoupli pour ceux qui ont vraiment commencé à travailler très tôt », a assuré Élisabeth Borne au Parisien.

Le ministre du Travail a ensuite mentionné la création d’un dispositif « carrières très longues ». Ce dernier va permettre aux Français de partir 4 ans avant l’âge légal. À condition qu’ils soient rentrés dans le monde du travail avant l’âge de 18 ans.

Le gouvernement ne compte pas modifier l’âge du taux plein automatique. Quels que soient les changements sur l’âge de départ, l’âge d’annulation de la décote reste à 67 ans. Les retraités obtiendront une retraite à taux plein automatiquement après la fin de la décote de 1,25 %.

Améliorations de l’emploi des seniors

La réforme des retraites annonce la fin des régimes spéciaux, mais pas pour les actifs actuels. Ce sont les nouveaux entrants dans le marché du travail qui ne vont plus bénéficier de cet avantage. Par ailleurs, le gouvernement veut encourager l’emploi des seniors.

En France, le taux d’emploi des plus de 55 ans est encore faible par rapport à celui des autres pays. La création d’un « index seniors » à négocier dans chaque branche professionnelle est en vue. Chaque entreprise avec plus de 50 salariés doit publier l’index seniors sous peine de sanctions.

Le gouvernement prévoit aussi la mise en place d’une révision du cumul emploi-retraite. Enfin, les demandeurs d’emploi seniors pourraient aussi recevoir un « bonus ». Ceux qui acceptent un emploi avec un salaire inférieur à l’indemnisation chômage pourraient peut-être en bénéficier.

Source : Europe 1