Médicaments : après 65 ans, il est conseillé d’éviter ces médicaments contre le vomissement

Faire appel à des médicaments antiémétiques en cas de nausée ou de vomissements n’est pas une bonne idée pour les personnes âgées.

Médicaments : après 65 ans, il est conseillé d’éviter ces médicaments contre le vomissement – Source : iStock

De nombreux Français ont pris l’habitude de prendre des médicaments antiémétiques pour faire face aux vomissements et à la nausée. Le magazine UFC-Que Choisir a récemment publié un article déconseillant cette pratique aux personnes ayant plus de 65 ans. On vous dit dans cet article pourquoi.

Les médicaments à éviter pour les personnes âgées

Les chercheurs tirent la sonnette d’alarme. Ils déconseillent de prendre ce type de médicaments même s’ils sont parfois disponibles sans ordonnance. On parle ici de produits tels que la dompéridone (Motilium), le métoclopramide (Primpéran) et la métopimazine (Vogalène, Vogalib, etc.).

Même s’ils sont souvent prescrits pour soigner ou prévenir les vomissements, ils présentent un certain danger. Et ce, surtout pour les personnes âgées. Ces médicaments antiémétiques peuvent causer de l’arythmie cardiaque, une mort subite cardiaque ou des troubles neurologiques sévères.

Le magazine rappelle que les professionnels de la santé sont au courant de ces risques depuis plusieurs années. L’efficacité de ces molécules est très limitée, alors que les risques encourus sont énormes. Cela explique, en partie, le fait que l’assurance maladie ne couvre plus ce type de médicaments en ce qui concerne les enfants.

Des alternatives aux médicaments contre les vomissements

La Haute Autorité de santé (HAS) a attiré l’attention du grand public à travers un document dédié. L’organisme estime qu’il ne faut pas prendre ces médicaments sauf dans le cas où les vomissements risquent eux-mêmes d’engendrer de graves complications.

La dompéridone (Motilium) est proscrite en ce qui concerne les enfants dont l’âge est inférieur à 12 ans. Et cela en raison de leur inefficacité. Quant aux personnes âgées de plus de 65 ans, ils devraient éviter toutes les références. Oubliez les métopimazine (Vogalène), métoclopramide (Primpéran) et dompéridone (Motilium).

L’interaction entre les molécules antiémétiques et les médicaments que les personnes âgées prennent au quotidien peut s’avérer particulièrement dangereux. En plus de cela, les sujets qui suivent un traitement pour des troubles rénaux risquent un surdosage.

Si vous en ressentez le besoin, optez plutôt pour des solutés oraux de réhydratation. Si vous avez des nausées, prenez du gingembre. Cela sera beaucoup moins risqué que les médicaments cités plus haut.

Des médicaments antinauséeux associés à un risque d’AVC

Les médicaments pris pour soigner la nausée et les vomissements pourraient augmenter les risques d’AVC. De nombreuses personnes ont l’habitude de prendre de la métopimazine (Vogalène, Vogalib), du métoclopramide (Primpéran, Prokinyl) ou de la dompéridone (Motilium et génériques) dans ces cas-là. Ce qui est fortement déconseillé.

Des chercheurs français disent que ces médicaments favorisent les accidents vasculaires cérébraux. Ces spécialistes ont analysé la base de remboursement nationale des Français et en ont tiré une conclusion. La prise de ces médicaments triple le risque d’AVC. La métopimazine semble plus dangereuse que les autres molécules. Surtout durant les premiers jours de traitement.

Jusqu’ici, les études s’étaient basées sur des constats. Cela ne permet pas de déterminer la culpabilité de ces médicaments contre la nausée. Il se peut qu’une personne se tourne vers un médicament contre les vomissements parce qu’il ressent les symptômes de l’AVC.

La manière dont agissent ces médicaments antinauséeux inquiète les chercheurs. Ils ont un effet que l’on qualifie de « antidopaminergique ». Et ce, alors qu’il a été constaté que d’autres médicaments comme les antipsychotiques provoquent l’AVC.

Le plus inquiétant, c’est que les antipsychotiques et les antinauséeux sont tous des « antidopaminergiques ». Autant de constats qui poussent les chercheurs à enquêter sur le lien qui pourrait subsister entre les antinauséeux et les AVC.

Des suspicions d’effets indésirables qui datent

La suspicion d’effets indésirables augmente la méfiance que l’on a sur les médicaments anti-vomissements. La Haute Autorité de santé (HAS) a déjà commencé à tirer la sonnette d’alarme en 2019. Et ce, en ce qui concerne les enfants et les personnes âgées.

L’efficacité de ces médicaments s’avère être très modeste alors que les effets indésirables peuvent être désastreux. Ces médicaments peuvent entraîner des troubles neurologiques et, pour la dompéridone, à des troubles cardiaques rares, mais tout aussi graves.

Le risque est trop élevé par rapport au malaise bénin que représente la nausée ou le désagrément d’un vomissement. Il est actuellement difficile de recommander des médicaments contre les vomissements et la nausée. Et ce, encore moins pour des usages de confort tels que des gastro-entérites.

Source : UFC-Que Choisir