Emploi : attention à cette arnaque au faux recrutement

De nos jours, on peut tomber sur une arnaque à tout moment. Qu'on lise ses SMS ou qu'on cherche un emploi.

Emploi : attention à cette arnaque au faux recrutement – Source : iStock

Depuis quelques mois, les temps deviennent de plus en plus dur. Pour joindre les deux bouts, il existe plusieurs options. Certains ont recours à la prudence ou aux économies. Mais d’autres se servent directement dans le portefeuille des autres. Aussi, alors que l’inflation n’en finit plus de durer, une arnaque d’un nouveau a déjà fait de nombreuses victimes. Comble de l’injustice ? Elle cible spécifiquement des demandeurs d’emploi. Voici l’histoire étonnante, d’un escroc qui se fait passer pour un recruteur. Entre fausses promesses d’embauche et vol de données personnelles, cette arnaque n’a rien d’ordinaire.

Arnaque : restez vigilants en toutes circonstances

Avec le temps, on remarque que les meilleurs escrocs ont tous recours à l’usurpation pour duper leur victime. Depuis notre porte d’entrée jusqu’à l’écran de nos smartphones, les pièges restent toujours à l’horizon.

Ces derniers mois, certains grands classiques en matière d’arnaque ont déjà fait leur grand retour. Parmi les escroqueries les plus connues, on retrouve les faux techniciens Enedis, ou encore la technique du faux voisin. Dans ce genre de cas, les malfaiteurs agissent en duo, pour distraire leur proie et lui dérober ses biens.

Mais l’arnaque peut aussi très bien se faire par SMS. Ainsi, certains escrocs n’hésitent pas à envoyer des messages, en se faisant passer pour des proches en détresse. Ces tentatives plutôt grossières leur permettent pourtant d’obtenir des versements. Ils utilisent l’inquiétude pour extorquer de l’argent sans aucun scrupule.

De manière générale, internet a su devenir un vrai terrain de jeu pour les rois de l’arnaque. En effet, ils n’hésitent plus à mener de grandes campagnes de phising pour remplir leur poche. Les escrocs envoient ainsi de l’email, imitant ceux de grandes entreprises ou administrations. De nos jours, demander un paiement n’est plus vraiment nécessaire. De plus en plus, l’arnaque cible les données personnelles des internautes. En effet, ces informations permettent de piller facilement les économies des victimes.

Une agence de développement web, impliquée dans une étrange escroquerie

Parmi tous les prétextes ayant déjà servi à monter une arnaque, celui-ci paraît inédit. En effet, l’escroc a fait miroiter un emploi à ses victimes. Il a ainsi fait paraître des offres d’emploi, en se présentant comme le recruteur de l’agence Kwantic. Or, du côté de cette entreprise, la direction réfute cette information. D’après elle, il s’agirait d’un usurpateur.

Stéphane, qui dirige Kwantic, a découvert cette étrange situation en rencontrant l’une des victimes de cette arnaque. Depuis, il passe son temps à répondre à tous ceux qui ont vécu cette mésaventure.

Pour rendre son arnaque crédible, l’escroc n’a pas hésité à utiliser le nom d’une société. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Ainsi, il a publié une annonce sur le site Indeed. La fiche évoque un poste d’UX-designer, en CDI. Une offre d’emploi alléchante, à laquelle près de 130 candidats postuleront.

Arnaque : une promesse de CDI douteuse

Après avoir soumis leur CV, l’escroc faisait passer un entretien téléphonique, en laissant espérer une embauche en CDI à la clé. Dans certains cas, les victimes ont même reçu un mail officialisant. L’arnaque s’appuyait sur l’espoir des candidats en recherche d’emploi.

Peu de temps après avoir promis une embauche imminente, le recruteur demande alors qu’on lui transmette des données personnelles. Le prétexte ? Préparez le contrat de travail, et une prochaine arrivée dans l’entreprise. Sans flairer les arnaques, certains candidats ont ainsi transmis leur carte vitale, relevé d’identité bancaire et autres documents officiels. « En cas d’acceptation de notre part, vous transmettrez dans les plus brefs délais la liste des documents suivants : un justificatif de domicile de moins de trois mois, un RIB à votre nom, votre attestation de Sécurité sociale, un scan de votre pièce d’identité en cours de validité (en résolution 600 DPI). »

Dans la foulée, les victimes ont aussi une convocation au siège de l’entreprise Kwantic, pour signer leur contrat de travail. À ce stade, la plupart des candidats ont donc eu l’impression d’avoir enfin trouvé le poste idéal. Cependant, ils vont vite déchanter.

En effet, à la veille du rendez-vous, l’escroc rappelle les candidats pour décommander l’entretien. Par la suite, ces derniers reçoivent un mail, annulant finalement leur embauche. Sans se douter de l’arnaque, certains avaient parfois acheté des billets de train pour venir voir le recruteur. Ce dernier leur a d’ailleurs indiqué que ces frais ne feraient l’objet d’aucun remboursement.

Les données personnelles au centre de cette manœuvre

Cette arnaque ne visait pas directement à collecter de l’argent. Mais sa cible reste aussi précieuse. Puisqu’il s’agit de données personnelles, extorquées aux candidats. En exploitant ces informations, on peut facilement accéder à ses comptes ou utiliser son identité de façon frauduleuse.

Le problème reste qu’à ce jour, on ne connaît pas toutes les personnes qui ont subi cette arnaque. D’après les vrais dirigeants de Kwantic, des victimes peuvent venir se présentent chaque jour au siège de l’entreprise.
« Malheureusement, il nous reste encore une centaine de personnes qui ne sont pas au courant de l’arnaque, et qui risquent de se rendre au rendez-vous. Une des candidates allait même démissionner de son travail. »

Pôle emploi : des conseils pour éviter cette arnaque

Comme dans toute arnaque, il faut déjà se méfier des propositions trop tentantes. Si les conditions de travail et la rémunération semble idéale dans l’annonce, cela peut cacher de vilains défauts.

Du côté de Pôle Emploi, dont le rôle consiste à remettre les Français au travail, les agents donnent l’alerte. En effet, d’après l’agence, plusieurs histoires de ce genre ont eu lieu depuis qu’elle a lancé sa plateforme d’annonces en 2012. Cette arnaque, très spécifique, n’a donc rien de nouveau.

Pour lutter contre cette arnaque, Pôle Emploi fait désormais appelle à des algorithmes pour débusquer les offres suspectes. Mais le site mise aussi sur la prévention. Ainsi, les demandeurs d’emploi peuvent aussi s’informer via une rubrique dédiée aux risques de faux recrutements. « Méfiez-vous d’une offre trop attractive, voire hors norme ; des annonces contenant des fautes d’orthographe ou qui demandent de répondre à une adresse de messagerie « publique » ; ne transmettez jamais à un recruteur vos données personnelles tant que vous ne l’avez pas rencontré ; ne versez aucune somme d’argent à un employeur potentiel ; Assurez-vous de l’existence juridique (SIRET) de l’entreprise à l’origine de l’offre d’emploi »

 

 

Source : Le Figaro