Vacances scolaires : pourquoi tant de retard avec le calendrier 2023-2024 ?

Les dates des vacances scolaires 2023-2024 n’ont pas encore été dévoilées alors que cela aurait dû être fait cet été. Pourquoi ? La réponse.

Vacances scolaires : pourquoi tant de retard avec le calendrier 2023-2024 ? – Source : Istock

Les professionnels du tourisme s’impatientent. Alors que les dates des vacances scolaires 2023-2024 auraient dû être dévoilées depuis longtemps, rien n’a encore été publié. Quelle en est la raison ? À quand la sortie officielle du calendrier ? On vous répond.

Vacances scolaires : Le calendrier scolaire 2023-2024

En France, les vacances scolaires varient selon les zones. Ce système existe depuis 1960. S’il semble marcher jusqu’à présent, sachez qu’il y a une raison précise derrière cette organisation. C’est équilibrer le nombre d’élèves de chaque zone.

Pour information, c’est le ministère de l’Éducation nationale qui établit le calendrier scolaire. Celui-ci détermine les périodes de travail et de pause. Ce dernier s’en occupe depuis des années durant et a pour tâche de bien délimiter les périodes.

Il faut choisir les dates et répartir les zones en tenant compte des événements extra-scolaires qui se déroulent pendant l’année. En ce qui concerne la période des vacances scolaires, elle doit généralement être révélée durant l’été.

Ce qui est étonnant, c’est que cette année a fait exception, car jusqu’à présent, aucune date n’a été choisie. Quelle en est la raison ? On vous l’explique de suite. Ce retard peut poser des problèmes non seulement aux parents, mais aussi aux acteurs du tourisme.

Pourquoi ? Parce qu’il impacte directement sur le secteur touristique. C’est pour cette raison que la Confédération des acteurs du tourisme a alerté le ministère en octobre dernier. Voulant éviter tout problème lié à ce retard, la CAT a fait savoir qu’il faut le plus tôt possible, choisir une date.

« Cette décision entraînera des conséquences majeures sur de nombreux pans d’activités, au premier rang desquels la dimension touristique. C’est pourquoi, il nous semble important que cette décision fasse l’objet d’une discussion, voire un arbitrage interministériel », peut-on lire dans la lettre envoyée par la CAT à Olivia Grégoire.

Vacances scolaires : À quand la sortie officielle ?

La Confédération des acteurs du tourisme le sait, il faut fixer au plus vite la date des vacances scolaires. Sinon, le secteur touristique risque d’en faire les frais, et cela aura alors un impact considérable sur l’économie. Évidemment, personne ne veut cela. Voilà pourquoi il faut agir.

L’Éducation nationale devra, dans les prochaines semaines, sortir un calendrier. Ainsi, ces discussions n’auront plus lieu d’être, et on évitera la catastrophe. Notons que pour la CAT, la date idéale à laquelle on doit fixer les vacances scolaires, c’est le 4 septembre.

« Tout autre choix réduirait les vacances estivales de 8 à 7 semaines pleines, ce qui aurait pour conséquence de concentrer la demande sur moins de semaines, et donc de renchérir les prix acquittés par les familles en plus de réduire la durée de la saison », explique-t-elle dans son courrier.

En ce qui concerne les vacances scolaires de février et de printemps, la CAT veut maintenir l’étalement sur quatre semaines. Les vacances de printemps devront donc avoir lieu entièrement en avril. Ce qui, selon les professionnels, conviendrait le mieux. Dans son courrier, la CAT explique aussi pourquoi il est important de sortir le calendrier en été.

Voici ce qu’elle a écrit :

« Nous rappelons notre attachement au caractère annuel glissant de la publication du calendrier des vacances scolaires, idéalement sur une période de trois ans, afin d’anticiper l’offre de vacances proposée par les professionnels du tourisme et permettre la programmation des événements professionnels, scientifiques, culturels, commerciaux, sportifs le plus en amont possible. »

La raison de ce gros retard

L’Éducation nationale, pour établir son calendrier, échange avec les représentants du monde éducatif. Elle se concerte également avec les acteurs du monde économique et du tourisme, car ils sont tout aussi concernés.

Lors de ces échanges, le ministère cherche un point d’équilibre sur lequel son calendrier peut reposer. Ce point d’équilibre doit permettre l’alternance de 7 semaines de cours et 2 semaines de pause.

Ce qui, il va de soi, n’est pas toujours évident. C’est pour cette raison que le calendrier de cette année tarde autant. À cause des événements sportifs prévus pour 2024, l’Éducation nationale a du mal à se décider.

Toutefois, cela ne devrait plus tarder. Le cabinet de la ministre déléguée au Tourisme a en effet révélé que le calendrier est en cours d’élaboration. Selon eux, les dates devraient être officialisées au mois de décembre au plus tard.

Source : Le Figaro