Chauffage collectif : leur chauffage est bloqué à 25 degrés, ils dorment fenêtres ouvertes

Le locataire d’un appartement dans une copropriété de Gagny se trouve victime d’un chauffage collectif bloqué à 25 °C.

Chauffage collectif : leur chauffage est bloqué à 25 degrés, ils dorment fenêtres ouvertes – Source : Istock

À présent, la France connaît une difficulté d’approvisionnement en énergie. Le gouvernement français demande alors aux Français de faire preuve de sobriété énergétique. Une demande qui se voit majoritairement respectée. Et ce, puisque le prix de l’énergie en ce moment handicape le portefeuille de ces derniers. Les factures d’énergie ne cessent d’augmenter donc les Français tentent de trouver d’autres moyens de chauffage. Malheureusement, pour les locataires d’une copropriété de Gagny, le chauffage semble devenu un réel problème. En effet, habitant dans une copropriété, il doit faire avec un chauffage collectif. Or, son appartement se retrouve désormais bloqué, contre son gré, à plus de 25 °C. À cause de cette chaleur, il doit dormir la fenêtre ouverte. Un véritable comble face à la demande de sobriété énergétique du gouvernement. On vous explique tout ici ! 

Une sobriété énergétique en France

Face à la hausse des prix de l’énergie, due aux difficultés d’approvisionnement en énergie sur le territoire, le gouvernement a demandé à ses habitants de faire preuve de sobriété énergétique. En effet, le gouvernement a demandé de faire attention à la consommation énergétique cet hiver. La température demandée par ces derniers se situe à 19 °C. Cette température permettrait alors de faire face à la crise énergétique et aux tensions sur les approvisionnements en gaz et en électricité sur le territoire. Or, dans les cas d’un chauffage collectif, cela peut paraitre plus difficile. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Harleyqueen Quern (@audrey.lemiere)

En effet, le chauffage collectif réduit la possibilité d’une sobriété énergétique. Cette demande se retrouve bien plus difficile à mettre en place. Sachez que dans certains HLM, les bailleurs ont retardé le chauffage. En effet, les bailleurs attendent, parfois jusqu’à l’excès, pour lancer du chauffage. Et ce, dans l’unique but de limiter la facture. Or, de temps en temps, il se peut que certains problèmes subsistent. On retrouve des îlots de résistance où le chauffage tourne à plein régime. Dans ce cas, on pourrait dire que cela se montre synonyme de jeter l’argent par les fenêtres. 

Le chauffage collectif : 25,4 degrés partout dans l’appartement

Dans le cas d’une copropriété de Gagny, en région parisienne, le chauffage collectif pose problèmes. En effet, une équipe de nos confrères de BFMTV s’est rendu sur place pour étudier le phénomène gênant. Sachez que dans les appartements de cette copropriété, les locataires ressortent les t-shirts. En effet, le chauffage collectif se retrouve bloqué à 25 °C. Et ce, contre le gré des habitants. Ces locataires n’ont donc d’autre choix que de subir les 25 °C imposés par leur bailleur

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Var Habitat (@varhabitat)

Rachid, l’un de ces locataires, a voulu expliquer la situation : « On voit qu’il fait 25,4 degrés, c’est énorme ! ». Malgré leurs essais, ils n’arrivent pas à baisser le chauffage collectif : « On a essayé de toucher le chauffage pour le dévisser un peu, mais ça ne change pas en fait. La chaleur ne baisse pas ». En plus d’être inconfortable au quotidien, cette situation tourne au grand n’importe quoi. La nuit devient de moins en moins supportable. Pour Rachid, il se trouve dans l’obligation de dormir le fenêtre ouverte ! « L’hiver, la nuit, je dors avec la fenêtre ouverte ». 

Les bailleurs ont des solutions pour le chauffage collectif

Évidemment, Rachid ne se trouve pas seul dans ce cauchemar insupportable. Les problèmes liés au chauffage collectif affectent beaucoup d’habitants de copropriétés. La société qui suit la température de milliers de bâtiments en France, Homeys, mène régulièrement des études. Ils ont trouvé, qu’en 2021, 32,1 % des immeubles étaient chauffés à plus de 22 °C. Cela ne s’arrête pas là ! 27,4 % entre 21 et 22 et enfin 35,7 entre 19 et 21 degrés. Des températures qui excèdent grandement les demandes faites par le gouvernement. 

En ce qui concerne la chaleur excessive dans les immeubles de France, 29 % des immeubles se trouvent chauffées grâce au chauffage collectif. Le cofondateur d’Homeys, Mathieu Anderhalt, a évoqué une solution pour les bailleurs. « Pour avoir une température homogène dans les différents étages, il faut faire ce qu’on appelle un équilibrage, c’est-à-dire mieux régler le système de distribution de l’eau chaude, qui sert les radiateurs, pour que la température soit homogène dans le bâtiment ». 

Source : France Live