Laurie Delhostal continue son combat face au cancer, elle donne de ses nouvelles

Depuis le mois de novembre dernier, Laurie Delhostal, journaliste, a fait une bien triste annonce. Elle souffre d’un cancer.

© Crédit photos : Getty Images

Afficher Masquer le sommaire

Depuis le mois de novembre dernier, Laurie Delhostal a pu annoncer qu’elle souffrait d’un cancer. Une nouvelle épreuve dans sa vie qu’elle aurait préféré ne pas connaître. Mais face à la maladie, elle essaie de rester forte. Et bien souvent, elle fait des points sur sa santé par le biais de son compte Instagram. Mais, à cause du traitement, la journaliste a perdu ses cheveux, de quoi lui mettre un sacré coup au moral. Pourtant, elle semble bien avoir trouvé le moyen d’aller mieux mentalement, les perruques. On vous explique tout ici. 

Laurie Delhostal
Laurie Delhostal à Roland Garros le 30/05/2017 à Paris pour le troisième jour – Crédits Photos : Getty Images

Laurie Delhostal, l’annonce de son cancer

La journaliste bien connue pour son sourire communicatif et sa positivité. Cependant, l’annonce qu’elle a faite au mois de novembre n’avait rien de réjouissant. Il se trouve qu’à cette date, elle a avoué souffrir d’un cancer. Sur Instagram, elle déclarait donc :

Il y a un mois tout juste on m’a dit : « Vous avez un cancer ». Paf. Il fallait ‘faire vite, car vous avez un enfant jeune’. ‘La totale’, le max des traitements. (…) J’ai découvert les IRM, Pet Scan, le Pac. Plein de médicaments pour ne pas vomir. Le bonnet de water-polo glacé pendant la chimio. J’ai tout de suite trouvé des avantages, comme le « Une chimio = Un cadeau ». Le premier c’était un bonnet. Pragmatisme”. 

À lire Laurie Delhostal en lutte contre un cancer : la journaliste dévoile sa méthode pour passer le temps

Mais, Laurie Delhostal ne semble pas le genre de femme à baisser les bras. Après des mois de combat contre la maladie, elle a pu obtenir une première victoire au début du mois de mars. Le 7 mars précisément, elle fait son retour à la télévision dans l’émission L’Équipe de Greg. Finalement, une semaine plus tard, elle annonce une autre bonne nouvelle.

Après quatre mois de chimio, j’attaque aujourd’hui ma première semaine sans aller à l’hôpital. Même pas une IRM, une petite prise de sang, un patch anesthésiant de rien du tout à mettre. Le mot d’ordre de cette pénible série est sur la photo (je vous aide : patienceee) et avant la saison 2. (Et courage à celles/ceux qui sont encore en pleine saison 1)”. 

Laurie Delhostal
Laurie Delhostal et Pierre Rabadan a EHF ligue des champions le 07/04/2022 à Paris – Crédits Photos : Getty Images

La vérité d’ailleurs son quotidien 

Laurie Delhostal reste bien souvent terre à terre. Même si elle fait de son mieux pour s’en sortir, elle avoue ne pas être plus forte que les autres. Sa petite fille de sept ans, Anne-Rose, reste une excellente motivation pour ne pas baisser les bras et montrer l’image d’une femme forte. Pourtant, elle l’assure, elle n’a rien d’une “superwoman”. Si elle tient temps à avoir une activité et à travailler, cela reste aussi pour s’occuper l’esprit et ne pas penser qu’à la maladie et les conséquences qui en suivent

Auprès de ses presque 20 000 abonnés sur ses réseaux sociaux, Laurie Delhostal montre une photo d’elle où elle a de longs cheveux blonds. Elle explique en description de cela que

À lire TPMP : ces célébrités qui pourraient débarquer dans la prochaine saison

Je n’ai pas l’air sur la photo, mais je suis un peu gênée, parce qu’en arrêtant jamais de travailler notamment, j’ai parfois l’impression malgré moi de glorifier une histoire de superwoman qui n’existe pas. En vrai, je suis flemmarde et si je fais plein de trucs, c’est juste que je n’ai pas envie de rester chez moi à compter mes petits points de suture ou les cheveux qui tombent”. 

Visiblement, Laurie Delhostal a trouvé quelque chose qui l’amuse tout de même dans tout ce négatif.

Je préfère par exemple aller essayer des perruques rigolotes”.

À lire Les 12 coups de midi : Céline la championne sur le départ ?

Elle conclut aussi son message par

C’est pas positif, c’est pas négatif, c’est juste comme ça. Et si ça peut donner un autre récit de la maladie – autre que ‘t’as un cancer, soit tu meurs, soit ta vie est fichue’ – et bien tant mieux”. 

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :