Arcom : le Conseil d’État valide l’amende de 3,5 millions d’euros pour C8

Après les injures de Cyril Hanouna à Louis Boyard, l'Arcom a infligé une pénalité de 3,5 millions d'euros à C8. Une mesure contestée par la chaîne, que le Conseil d'État vient de légitimer.

© C8

Entre l’Arcom et les médias du groupe Vivendi (détenu par Vincent Bolloré), le torchon brûle ! À force de multiplier les dérapages et les excès, Cyril Hanouna est passé de trublion de la TNT à bête noire du PAF. Ces dernières années, C8 a écopé de nombreuses sanctions. Et même lorsque le présentateur s’en va sur Europe 1, le gendarme de l’audiovisuel l’a toujours à l’œil.

Le présentateur de TPMP et de OMSLT (On marche sur la tête) crie à l’injustice. Lors de la campagne des législatives, son émission de radio a fait couler beaucoup d’encre. Et pour cause : à quelques jours du scrutin, l’Arcom estimait que le programme ne traitait pas l’information de façon honnête et impartiale. Mais ce 10 juillet, c’est une affaire un peu plus ancienne qui fait la une. Il y a quelques mois, le gendarme de l’audiovisuel a sanctionné C8 à régler une amende colossale. Cette pénalité correspond à une séquence de 2022, où Cyril Hanouna insulte le député Louis Boyard. La chaîne a tenté de contester cette mesure… En vain !

Le Conseil d’État se range du côté de l’Arcom

Autrefois, c’est le CSA qui veillait sur les émissions de télé et de radio. L’entité a fait peau neuve il y a deux ans, devenant ainsi l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique. L’objectif ? Surveiller les programmes, pour empêcher la violence, la vulgarité et les fake news. Aussi, face à l’Arcom, certains crient à la censure. Mais d’autres y voient un arbitre bienvenu dans un paysage médiatique parfois chaotique. Et si C8 a tout tenté pour éviter l’amende de 3,5 millions, le Conseil d’État vient de trancher pour de bon.

Rappelons que cette juridiction est la plus haute en droit administratif. Ce qui signifie que la chaîne n’a plus de recours pour échapper à cette sanction de l’Arcom. Précisons que Cyril Hanouna devra passer devant le juge le 5 septembre prochain, pour « injure envers une personne chargée d’une mission de service public ». Là encore, il s’agit toujours de lui demander des comptes sur ses insultes à Louis Boyard, député LFI fraîchement réélu dans le Val-de-Marne.

Sources : ozap.com

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :