RMC Sport déclenche un tollé avec une vidéo de l’équipe de France : « Supprimez ! »

L'Euro 2024 bat son plein ! Et tout comme l'actualité politique, la compétition cristallise beaucoup d'émotion. Dans ce contexte, RMC Sport aurait fait une étrange bourde.

© TF1

Vous aimez le football ? Vous n’êtes pas le seul ! Ce samedi 6 juillet 2024, des milliers de personnes suivent le match qui oppose les Pays-Bas à la Turquie. Bien-sûr, les supporters français se réjouissent encore de la qualification des bleus en demi-finale. L’équipe, après plusieurs prises de position sur les élections législatives, joue dans une ambiance électrique. Néanmoins, c’est RMC Sport qui a mis le feu aux poudres en relayant une vidéo controversée.

On y voit l’équipe de France en plein entraînement en vue d’un éventuel Penalty. Sur les images, les footballeurs se succèdent devant les cages. Or, à quelques heures du face-à-face avec l’Espagne, cette séquence ne passe pas. Sur la Toile, de nombreux internautes estiment que RMC Sport a commis un grave impair, en dévoilant des détails aussi stratégiques. Sur X, le hashtag #Supprimez réunit des cohortes de supporters déchaînés contre la chaîne. On fait le point !

RMC Sport : pourquoi un tel scandale ?

Aux alentours de 19 h 22, ce 6 juillet, la chaîne a posté cet extrait d’une durée de 76 secondes. Mais sous ce tweet, les réactions n’ont pas tardé à exploser. Certains redoutent déjà que la stratégie des bleus soit révélée aux espagnols à travers cette courte vidéo partagée par RMC Sport. À commencer par Antoine Griezmann. L’attaquant français n’a pas du tout apprécié que ces images aient fuité. Et il n’a pas hésité à le dire sur X (ex-Twitter), sans prendre de pincettes :

« Bah super ! Merci pour l’info ! », ironise le footballeur, un peu amer.

Dans la foulée, de nombreux twittos ont soutenu la réaction du joueur. Beaucoup ont exigé que RMC Sport retire immédiatement les images.

« CSC [NDLR : Contre son camp], » commente Matt Pokora. « Supprimez, non ? », renchérit un autre.

De son côté, la chaîne a préféré laisser le post en ligne, en ajoutant des explications :

« La séquence a été tournée pendant une séance ouverte à la presse (et donc aux Espagnols). Aucun huis clos n’a été craqué. »

Pas sûre que cette réponse suffise à apaiser la polémique…

 

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :