Rokhaya Diallo face au harcèlement : « Honnêtement ça me passe au dessus »

Depuis toujours, Rokhaya Diallo se dresse face aux injustices. Et notamment celles que subissent les femmes. Toutefois, ses prises de positions lui valent souvent un déferlement de haine.

© Getty Images

Femme d’un talent évident, Rokhaya Diallo possède un nombre incalculable de casquettes. Journaliste, militante, essayiste, réalisatrice… La liste est non exhaustive, mais elle montre bien ses capacités. Rokhaya Diallo surprend, et repousse les limites de la bien-pensance. Avec un vocabulaire faisant pâlir ses détracteurs. Figure engagée contre le racisme et féministe convaincue, Rokhaya Diallo dénonce les injustices de ce monde. Le tout à des heures de grande écoute.

Qu’on soit d’accord ou pas avec ses propos, force est de constater qu’ils sont étayés et méritent une écoute approfondie. Cependant, un revers de la médaille accompagne ses prises de positions. En effet, Rokhaya Diallo fait souvent l’objet de vagues de haine sur les réseaux sociaux. Au point que même la communauté internationale s’en inquiète. Mary Lawlor, rapporteuse spéciale des Nations unies pour les défenseurs des droits humains, a indiqué chez Mediapart :

« Elle est l’une des rares femmes noires et musulmanes françaises visibles et la seule journaliste qui aborde la race et le genre à un niveau grand public (…) En raison de son travail, elle a été confrontée à la discrimination et à des menaces pour sa sécurité. »

En dépit de cette alerte, la haine continue à déferler sur la journaliste, sur Twitter, ce jeudi 16 mai. On vous explique.

Rokhaya Diallo : raillée, mais jamais brisée

Vous n’avez pas pu passer à côté de cette affaire, traitée par nos soins. Judith Godrèche a mis un gros coup de pied dans la fourmilière du cinéma français. En effet, elle a redonné vie au mouvement Metoo en France. Portant ce combat, l’actrice a présenté à Cannes un court métrage édifiant. Moi aussi, raconte l’histoire de centaines de victimes d’agressions.

En pleine lutte contre les abus sexuels, Judith Godrèche a invité Rokhaya Diallo à la projection. D’ailleurs, l’essayiste a fièrement posé aux côtés de l’actrice. Les mains sur la bouche. Toutefois, après l’ovation à Cannes, la journaliste a encore essuyé une vague de harcèlement sur Twitter. Ainsi, sous son dernier post, on peut lire :

« Super, au moins vous la fermez !! »

« Du coup tu subis le racisme systémique ? Moi j’suis blanc j’ai jamais participé à des cérémonies de bourgeois comme ça ? »

Ou encore :

« Vous êtes un peu trop habillée à l’occidentale. N’est-ce pas un moyen de perpétuer le colonialisme, ainsi que de véhiculer le patriarcat oppressif ? »

Dénoncer les oppressions n’attire pas que la sympathie. Et ses détracteurs n’hésitent pas à tenter de la décrédibiliser. Néanmoins, la journaliste fait preuve d’une résilience à toute épreuve. Qui force l’admiration de ses followers :

« Je ne sais même pas comment vous faite pour supporter toute la haine sous vos tweets … énorme respect pour vous et votre voix si utile dans le paysage français. », commente une internaute.

Rokhaya Diallo a donc pris le temps d’expliquer sa patience hors norme :

« Merci infiniment ! Honnêtement ça me passe au dessus, la haine concerne les auteurs de ces tweets, pendant qu’ils ragent j’avance. Et les messages comme le votre me donnent du baume au cœur. »

Sources : mediapart.fr

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :