Nemo (Eurovision 2024) sous le feu de l’homophobie ?

L'Eurovision, cette compétition censée prônée la paix divise sur la toile et notamment à cause des convictions de son vainqueur... Le chanteur non-binaire suisse Nemo.

© Getty Images

Vous n’avez pas pu passer à côté de l’information, que nous avons relayée en direct soit dit en passant… Mais ! La Suisse est la grande victorieuse de cette édition 2024 de l’Eurovision. Nemo avec son titre The Code, chanté en anglais, a remporté les faveurs du public et des juges. De notre côté, Slimane remporte une très belle 4ᵉ place. Grâce à une prestation puissante et a capella et qui n’a pas manqué de nous rendre fier.

Juste derrière la France, Israël signe une belle 5ᵉ place. Ce qui signifie une superbe remontada. En effet, le vote du jury ne l’avait placé qu’en 12ᵉ position. Autant dire que la symbolique derrière la chanteuse lui a plus que donné des ailes. Il est vrai que ce pays cristallise beaucoup de tensions. Que ce soit dans cette compétition ou sur la scène médiatique. Toutefois, cet Eurovision 2024 a plus que défrayé la chronique à bien des égards. Entre le racisme subi par Slimane, la chanteuse Israélienne huée lors de sa prestation et maintenant la victoire de la Suisse suintant l’homophobie. On vous fait le point

Nemo : Quand sa victoire fait débat

Bien entendu, chez les français, la défaite de Slimane fait grincer des dents. Cependant, sur Twitter, les internautes se déchaînent et utilisent toutes sortes de justifications pour dénigrer Nemo le candidat suisse. Ainsi, de nombreux internautes arguent que sa victoire viendrait de sa non-binarité assumée. Tout en sachant qu’en s’affichant de cette manière, l’artiste prend le risque de subir du harcèlement, des violences, voire la mort.

Il reste de bon ton que de savoir assumer sa défaite avec fierté. D’ailleurs, le discours de Slimane prônait la paix, le respect et l’acceptation. Autant lui faire honneur et garder notre ligne directrice du pays des droits de l’Homme. Pour rappel, la France a envoyé de nombreux chanteurs LGBTQ, sans gagner pour autant.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :