« Mon petit renne » : la série Netflix qui dérape dans le monde réel

Depuis quelques semaines, sur Netflix, Mon petit renne fait un carton. Mais cette série inspirée de faits réels a conduit certains fans à aller trop loin.

© Netflix

Les violences et le harcèlement font régulièrement la une des médias. Dans les familles, au travail, à l’école… Chacun peut être victime ou bourreau. Aussi, ces comportements problématiques ont toujours inspiré les scénaristes. Et sur Netflix, le sujet n’est pas tabou. Ainsi, il y a quelques années, la plateforme avait ravi le public avec 13 reasons why. Une fiction évoquant le destin tragique d’une adolescente qui met fin à ses jours. Le harcèlement peut prendre différentes formes. Mais avec l’avènement des réseaux sociaux, certains savent s’improviser détective. Et jouer les corbeaux en permanence. Voilà l’enfer que raconte Mon petit renne. Une fiction disponible depuis quelques jours sur Netflix. On y suit le cauchemar de Donny, un comique employé dans un bar, qui devient la cible d’une femme plus âgée, prénommée Martha. Malheureusement, le succès de la série a donné lieu à des comportements inacceptables.

Mon petit renne intrigue les internautes

Si vous aimez les épisodes haletants et les histoires horrifiques, on vous conseille d’y jeter un œil avant d’aller plus loin. Néanmoins, nous allons raconter cette affaire, en évitant soigneusement les spoilers. Disons simplement que les personnes ayant regardé Mon petit renne n’en sont pas sorties indemnes. Passionnés par la série, certains ont décidé de creuser, en faisant des recherches. Et ils ont pu remonter jusqu’à une femme écossaise. Ayant inspiré le personnage détestable, qui persécute Donny à l’écran.

Confrontée à une vague de haine, la vraie Martha a pris la parole. Pour dénoncer le harcèlement qu’elle subit. Elle a d’ailleurs accordé plusieurs interviews. Fustigeant les faits racontés dans Mon petit renne. Et se présentant comme la juste victime de cette affaire. Et pour cause : elle reçoit des messages injurieux et même des menaces de mort. Alors que la série mentionne également un homme qui abuse du personnage principal, d’autres internautes ont commencé à accuser un metteur en scène. Le créateur de cette fiction, Richard Gadd, a dû prendre la parole pour calmer les esprits. Il assure que certains détails ont bel et bien été modifiés dans son récit. Afin de protéger l’anonymat de tous.

 

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :