Élie Kakou : le comique aurait dû fêter son 64ᵉ anniversaire ce vendredi

Célèbre pour ses sketchs inoubliables, l’humoriste Élie Kakou nous a quittés le 10 juin 1999, âgé de 32 ans seulement.

© Getty Images

Afficher Masquer les titres

Né le 12 janvier 1960, à Nabeul, en Tunisie, ce virtuose de la scène fait encore rire les internautes, plus de 24 ans après son dernier souffle. Habitué des one-man shows, mais aussi de comédies, Élie Kakou avait trouvé son public. Explorant toute une galerie de personnages, tantôt tendres, tantôt cruels, il se riait de tout et de tous. Après avoir grandi à Marseille, il avait travaillé au Club Med, avant de se produire dans des petites scènes de la cité Phocéenne. Installé à Paris au début des années 1990, il avait rapidement connu un succès étourdissant. Zoom sur le destin tragique d’un comique de légende

Les meilleurs sketchs d’Élie Kakou

En 1992, l’humoriste a l’opportunité de jouer au théâtre du Point-Virgule, et se fait rapidement remarquer par Marie-Caroline Burnat. Dans ce premier spectacle, on retrouve déjà tous les personnages cultes incarnés par Élie Kakou. Comme l’attachée de presse, une battante, éternelle célibataire. Ou encore Madame Sarfati, une dame âgée, cherchant à marier sa fille, Fortunée, âgée de 35 ans déjà. Sans oublier les profs de philo, d’histoire, ou d’italien, prenant toujours un malin plaisir à tacler les élèves et à organiser des contrôles surprises. 

Dans ses spectacles suivants, de 1994 à 1997, le comique développe son univers, en creusant certains de ses personnages fétiches. Mais aussi en s’autorisant des rôles absurdes ou fantastiques. Comme la fée, la fourmi, et même en incluant dès numéros de mime. En 1997, Élie Kakou fait aussi ses débuts au cinéma dans la comédie La vérité si je mens ! Il y incarne un vendeur en prêt-à-porter, trompé par sa femme (Aure Atika). 

À lire Qui est Marc Simoncini, investisseur dans « Qui veut être mon associé ? » sur M6 ?

La vie privée de l’humoriste

En plus de sa carrière sur scène, Élie Kakou avait aussi tendance à s’engager. Il a d’ailleurs fait partie des Enfoirés pendant quelques années. De son vivant, l’artiste est resté très secret concernant ses proches et sa vie personnelle. Souffrant du sida, il a préféré cacher cette maladie à son entourage comme aux médias. Jusqu’à son décès, survenu en 1999. Le comique a succombé des suites d’un cancer du poumon

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :