« Je suis bien trop angoissée » : Aurélie Vantorre révèle que sa cadette Abigaëlle souffre du Covid

Révélée dans Familles Nombreuses : la vie en XXL, Aurélie Vantorre a donné des nouvelles de sa petite dernière, âgée de quelques jours.

© Instagram @famille_vantorre

Afficher Masquer les titres

En 2020, TF1 a eu du flair en lançant un nouveau docu réalité. Dans ce programme, le public suit le quotidien de plusieurs parents, ayant beaucoup d’enfants à charge. En trois ans d’existence, Familles Nombreuses a permis à plusieurs mamans de se faire connaître. À l’image d’Ambre Pons ou encore Souad Romero. Tout comme elles, Aurélie Vantorre peut compter sur des dizaines de milliers d’abonnés sur Instagram. Aussi, elle partage régulièrement des images de son quotidien. Or, le 5 novembre dernier, elle a donné le jour à une petite fille, prénommée Abigaëlle. Malheureusement, l’enfant a dû faire plusieurs passages aux urgences pédiatriques ces derniers jours. On vous explique tout !

Aurélie Vantorre s’est fait beaucoup de souci pour Abigaëlle

Lorsqu’un nouveau-né arrive au sein d’une famille, les parents se montrent souvent très vigilants. En effet, la santé d’un nourrisson reste fragile dans les premiers mois de sa vie. Aussi, quand elle a remarqué que sa fille semblait malade, Aurélie Vantorre n’a pas hésité à se rendre à l’hôpital. Le symptôme qui lui a mis la puce à l’oreille ? La température trop élevée d’Abigaëlle. Mais finalement, elle a découvert que la petite fille était positive à un virus, tristement célèbre depuis 2020. Sur Instagram, elle a donc publié deux photos du bébé, en détaillant ce moment éprouvant.

« Il y a des endroits où on n’aimerait jamais aller, encore moins aussi rapidement après la naissance d’un enfant. Abigaëlle ayant eu de la fièvre, nous avons été aux urgences pédiatriques. Il s’avère qu’elle a attrapé la covid. »

Aurélie Vantorre
La story postée par Aurélie Vantorre, le 28 novembre 2023 – Crédits Photos : Capture Instagram

Au départ, les soignants ont estimé que la fillette pouvait rentrer au domicile familial, avec un simple traitement.

« Elle gère bien sa fièvre, et a à peine le nez pris donc l’hôpital nous autorise à rentrer le lendemain. Avec en recommandation de lui donner du doliprane en cas de fièvre et de lui faire des nettoyages du nez avec du sérum physiologique. »

Malheureusement, les médecins avaient fait preuve d’un trop grand optimisme. Aussi, après quelques heures, les parents d’Abigaëlle ont vu son état se dégrader. De quoi alerter Aurélie Vantorre, et la conduire à repartir à l’hôpital avec son bébé.

« Elle refuse le sein et ne prend que des biberons, mais cela est normal, car la Covid 19 la fatigue beaucoup. D’ailleurs, elle prend des petites quantités. Mais elle mange. Malheureusement en début de soirée sa respiration devient difficile par moment. On appelle le Samu qui nous conseille de retourner aux urgences. Sur le trajet, cela empire et sincèrement, il était temps qu’on arrive aux urgences. C’est une image que je n’oublierai pas. »

La petite fille a finalement reçu des soins adaptés

En effet, malgré un premier passage à l’hôpital, les médecins n’avaient pas bien évalué l’état de santé du bébé En réalité, elle avait des difficultés respiratoires, en raison des sécrétions s’accumulant dans son nez. Pour soigner Abigaëlle, il a donc fallu avoir recours à une solution radicale.

« Rapidement prise en charge au vu de son âge et de la situation, Abigaëlle sera aspirée et il s’avère que ce sont les sécrétions nasales surtout qui la mettait en détresse respiratoire. Elle a à nouveau de la fièvre. Je suis tellement stressée. »

Forcément, cette mésaventure a beaucoup affecté Aurélie Vantorre, craignant pour sa fille. Heureusement, elle a pu compter sur le soutien de son mari.

« J’ai peur, elle est si fragile, si petite. Lors de ses difficultés respiratoires, alors qu’on est dans un box, c’est Mathieu qui la prend dans les bras, la rassure. J’avoue que je suis bien trop angoissée pour l’apaiser.
La nuit la situation s’améliore, elle gère à nouveau sa respiration et au petit matin Abigaël le va mieux. »

À présent, la fillette a l’air d’aller beaucoup mieux, même si elle reste un peu encombrée.

« Je préfère voir le verre à moitié plein : nous sommes à la maison, la situation s’améliore et je pense que le pic de la covid est derrière nous. », note Aurélie Vantorre

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :