Jobs d’été : les conseils et les pièges à éviter

Vous avez des projets ou vous rêver simplement d'autonomie ? Les jobs d'été peuvent vous aider à gagner de l'argent et de l'expérience.

© Crédits photos : iStock

Afficher Masquer le sommaire

Vous avez envie de financer votre permis de conduire, d’acheter une voiture ou simplement d’avoir un petit pécule pour réaliser vos projets ? Passé un certain âge, il faut comprendre que les parents ne peuvent pas assurer toutes ces dépenses. Surtout par les temps qui courent. Mais pas de panique : durant les vacances scolaires, les lycéens et étudiants peuvent tout à fait avoir recours aux jobs d’été. Mais comment faire pour obtenir le précieux sésame ? Pas d’inquiétude, des générations de jeunes l’ont fait avant vous. Et vous avez de la chance : le marché du travail cherche à recruter dans de nombreux secteurs. On vous explique tout !

Première étape pour les jobs d’été : le CV

Si vous avez 14 ou 15 ans, vous n’avez sans doute jamais rédigé un tel document. Et cela n’a rien de grave, il faut bien commencer quelque part. L’important ? Avoir un curriculum vitae clair et bien structuré, qui permet à votre futur employeur de comprendre qui vous êtes, et les jobs d’été que l’on peut vous confier

De quoi parle-t-on ?

Un CV doit lister différentes informations, sur une seule page :

À lire Emploi : ces mots et expressions à éviter dans votre CV

  • Vos coordonnées (nom, prénom, numéro de téléphone, adresse…)
  • Vos expériences passées : vous pouvez inclure les stages, les services civiques, les activités menées en bénévolats ou encore les emplois d’appoint comme le baby-sitting. Par exemple, si vous avez déjà tondu la pelouse de vos voisins contre de l’argent, ce détail a sa place dans votre CV, pour rechercher vos premiers jobs d’été.
  • Votre formation : collèges, lycées, CFA … vous devez indiquer votre cursus et les diplômes que vous avez déjà obtenus à ce stade.
  • Vos compétences : si vous savez utiliser un logiciel, ou que vous parlez une langue étrangère, il s’agit d’une donnée précieuse pour les recruteurs.
  • Vos centres d’intérêts : musique, sports, histoire, arts… tous ces aspects ont de l’importance pour aider le lecteur à vous connaître.

Pour réaliser un CV, vous pouvez passer par un outil de traitement de texte, comme Word ou encore Google Docs. La plupart de temps, ces logiciels contiennent déjà de nombreux modèles de curriculum vitae. Si vous souhaitez avoir un rendu plus esthétique, vous pouvez aussi utiliser le site Canva.

Les restaurants embauchent souvent en jobs d'été
Les restaurants embauchent souvent en jobs d’été – Crédits Photos : iStock

Préparer sa recherche de jobs d’été

Tout dépend de l’endroit où vous résidez et où vous souhaitez travailler. Dans tous les cas, vous pouvez commencer votre recherche en poussant la porte d’un point info jeune (PIJ). On les trouve dans toute la France, et ils ont pour mission d’accompagner les plus jeunes vers l’emploi. En effet, selon la région ou la commune dans laquelle vous vous trouvez, les opportunités de jobs d’été peuvent varier. Les conseillers pourront donc vous aiguiller au mieux. Mais aussi, vous aidez à rédiger une lettre de motivation ou simuler un entretien pour vous entraîner.

Ce suivi vous permettra aussi de perfectionner votre CV ou de savoir à quelles adresses vous pouvez postuler en priorité. Idem, sachez que de nombreux forums de l’emploi saisonnier se déroulent aux printemps, dans toute la France. Ces évènements constituent une belle occasion de rencontrer des entreprises ou même de se voir proposer un entretien d’embauche.

Aller se confronter au milieu du travail

Le secteur alimentaire offre de nombreux jobs d'été
Le secteur alimentaire offre de nombreux jobs d’été – Crédits Photos : iStock

Souvent, les jobs d’été représentent une première opportunité de faire ses preuves, tout en gagnant de l’argent. Mais ils recouvrent une large variété de postes, dans différents secteurs :

À lire L’UNEF alerte sur l’explosion du coût de la vie des étudiants dans une étude

  • La restauration : avec des missions de serveurs, livreurs ou plongeur
  • L’hôtellerie : avec des fonctions comme réceptionniste, agent d’entretien, veilleur….
  • La vente : des boulangeries aux magasins de textiles, en passant par les glaciers, tous ces établissements peuvent avoir besoin de recruter via les jobs d’été.
  • La culture : tenir la caisse d’un musée, d’un festival…

Jobs d’été : comment les dénicher ?

De nos jours, vous pouvez entamer vos recherches de différentes façons :

  • En consultant les offres sur le net pour postuler.
  • En envoyant des candidatures spontanées par email à l’entreprise qui vous intéresse.
  • Vous pouvez aussi téléphoner directement à une société, pour savoir si elle recrute.
  • Vous pouvez aussi vous munir d’une pile de CV, et aller faire le tour des professionnels autour de chez vous.
  • Enfin, vous pouvez rencontrer des recruteurs lors de salons et forums, dédiés aux jobs d’été.

La nature des emplois proposés reflète directement la vie du territoire où vous vous trouvez. Ainsi, des régions touristiques pourront proposer des missions liées aux loisirs, à la culture ou encore à l’accueil des publics. Mais si vous souhaitez travailler dans une région rurale, vous pourrez aussi trouver opportunités, notamment dans le milieu agricole.

Mais gardez bien ceci en tête : il vaut mieux anticiper pour trouver des jobs d’été. Votre recherche doit donc commencer dès le mois de mars ou avril, de façon à ce que vous puissiez travailler au plus tôt, dès le début de vos vacances.

Que dit la loi ?

Les jeunes peuvent occuper des jobs d’été dès 14 ans. Néanmoins, selon les tranches d’âges, différentes contraintes s’appliquent à l’employeur. La loi prévoit, par exemple, un temps de travail moins long :

À lire Emploi : 9 compétences que les recruteurs observent le plus

  • Un jeune de 14 à 16 ans ne peut pas faire plus 7 heures par jour.
  • De 16 à 18 ans, cette limite passe à 8 heures par jour.

Les jobs d’été doivent aussi prévoir des temps de repos suffisants, selon l’âge des employés :

  • Au moins 14 heures de repos consécutif pour les moins de 16 ans.
  • Au moins 12 heures d’affilée pour les personnes ayant plus de 16 ans.

En clair, si vous avez 14 ans, et que vous finissez votre journée de travail à 20 h, vous ne pouvez pas reprendre avant 10 h le lendemain.

Il était une pub est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Suivez-nous :