Allocation de soutien familial : l’aide revalorisée de 50%, voici les concernés

Bonne nouvelle, rapportée par Midi Libre, le 1er novembre 2022, l’allocation de soutien familial va être revalorisée de 50 % en novembre.

Allocation de soutien familial : l’aide revalorisée de 50%, voici les concernés ! – Source : iStock

La France est le pays le plus généreux en termes d’aide sociale. Vu la courbe de l’inflation actuelle, plusieurs allocations sociales sont revalorisées. Parmi eux, il y a la revalorisation de 4 % de la pension de retraite générale. D’autres sont déjà actés, mais pas encore effectués.

À Propos de ces derniers, la revalorisation de l’allocation de soutien familial a été actée ce 1er novembre. C’est sûrement l’augmentation la plus importante cette année. Ce n’est pas une majoration de 4 ou 5 %, mais de 50 %. Êtes-vous bénéficiaires ? Quel est le nouveau montant ? On vous répond dans cet article.

Une revalorisation de 50 % pour l’allocation de soutien familial

Plusieurs aides financières marquent cette année 2022. Les pensions de retraite de base étaient revalorisées de 4 %, les retraites complémentaires majorées à plus de 5 %. Il y avait aussi la prime exceptionnelle de rentrée et la prime Macron. Relayé par TF1 Info le 27 octobre 2022 :

« Comme annoncé le mois dernier par le gouvernement, l’allocation de soutien familial sera revalorisée de 50 % dès le mois de novembre 2022. »

C’est quoi l’allocation de soutien familial ? Qui peut y prétendre ? Quel sera le nouveau montant ? Y a-t-il une démarche à faire pour l’avoir ? Toutes ces questions, on vous répond dans la suite de cet article.

Qu’est-ce l’allocation de soutien familial ?

Le site gouvernemental Service-Public a rassemblé tous les éléments qui peuvent le définir.

« L’allocation de soutien familial (ASF) est versée par la caisse d’allocations familiales (Caf) ou la Mutualité sociale agricole (MSA) à la personne qui élève seule son enfant privé de l’aide de l’un de ses parents, sous conditions. »

Sur cette définition, on peut distinguer les organismes chargés du paiement de l’allocation. C’est soit la CAF, soit la MSA. Il est indiqué aussi, la condition clé de son obtention. On rappelle qu’il faut avant tout avoir un enfant. Un ou plusieurs enfants que vous élevez seule. Ainsi, la statue du foyer est une famille monoparentale.

Cette aide, en tant qu’allocation et non pas prime exceptionnelle, est versée tous les mois. Mensuellement, mais pas pour toujours non plus. Comme cela concerne les enfants, l’allocation de soutien familial prendra fin le mois du 20ᵉ anniversaire de l’enfant.

Selon les chiffres, rapportés par Money Vox le 26 octobre 2022, plus de 800 000 familles monoparentales bénéficient de cette allocation à ce jour.

Quelles sont les conditions d’octroi ?

Contrairement à la plupart des aides sociales, l’allocation de soutien familial n’exige pas des conditions de ressources. Voici trois conditions justifiant l’octroi de cette allocation.

1. Vivre seul(e)

Cela voudrait dire que vous n’êtes plus en couple. Il est possible qu’il n’y ait pas encore de divorce, mais vous ne partagez plus la même maison. D’ailleurs, le site gouvernemental Service-Public a fait un rappel :

« L’ASF (l’allocation de soutien familial) est supprimée si vous vivez en couple »

2. Vous résidez en France

Cette condition concerne la plupart des aides sociales allouées en France. En une phrase, cela voudrait dire que vous êtes français et que vous habitez en France. Vous voyagez beaucoup ? Voici les conditions exactes :

  • Vous avez une résidence habituelle en France
  • Vous séjournez en France pendant plus de 6 mois de l’année (consécutifs ou non)

Le site d’information TF1 Info apporte une précision :

« Si le ou les enfants dont vous avez la charge sont nés à l’étranger, il faudra, bien évidemment, justifier de leur entrée régulière en France. »

3. Avoir au moins 1 enfant à la charge dont vous vous en occupez seul

Si vous remplissez les deux premières conditions facilement, soyez bien attentif à celui-ci. Il ne suffit pas d’être le seul parent domicilié en France. Il faudrait aussi que l’autre parent ne participe plus à l’entretien de l’enfant. Aux yeux de la loi, il faut être deux pour faire un enfant.

Soit celui-ci est déjà mort, soit pour une raison ou une autre, il ou elle ne paye pas de pension alimentaire. D’ailleurs, si la pension alimentaire versée par l’autre parent est inférieure à 184,41 euros, l’allocation de soutien familial vous concerne toujours.

Le montant de l’allocation de soutien familial

Pour les parents qui élèvent son enfant seul, l’allocation de soutien familial est de 122,93 euros par mois et par enfant à charge. Du moins, c’est la somme avant la revalorisation de 50 %. Après le 1er novembre, la valeur de l’allocation pour un foyer monoparental serait de 184,41 euros par mois et par enfant.

Comme susmentionné, le paiement sera coupé lorsque l’enfant aura atteint 20 ans. En guise de précision, sachez que la revalorisation de 50 % a été actée au mois de novembre. Le site d’information Midi Libre, publié le 1er novembre 2022, précise que cette revalorisation ne sera effective qu’à partir du 5 décembre.

Y a-t-il des démarches particulières à faire ?

Vous remplissez toutes les conditions d’octroi précité ? Pour recevoir l’allocation de soutien familial, y a-t-il une démarche à faire ? La réponse est oui. Si vous êtes alloué à la CAF, vous devez remplir et envoyer à votre CAF le formulaire cerfa n° 12038 de demande d’ASF. En fonction de votre situation, envoyez les pièces justificatives. Ce formulaire, vous pouvez le trouver sur le site officiel de la CAF.

D’ailleurs, sur ce même site, vous pouvez aussi faire des simulations. C’est le même procédé pour la MSA. En revanche, concernant la revalorisation de 50 %, si vous êtes déjà alloué à l’allocation de soutien familial, il n’y a aucune démarche à faire. Le montant augmentera automatiquement à partir de décembre.

TF1 Info, publiée le 27 octobre 2022, précise que :

« Pour un enfant orphelin, l’allocation de soutien familial est versée automatiquement si vous avez déclaré le décès du parent concerné. »

Voilà, tout ce que vous devez savoir concernant l’allocation de soutien familial. Toujours pour les parents monoparentaux, le projet de loi de financement de la sécurité sociale prévoit d’étendre le complément de libre-choix du mode de garde (CMG). Cette nouvelle mesure devrait être appliquée en 2023.