Trimestres retraite : les meilleurs moyens pour en gagner sans travailler plus

Au régime général et dans les régimes alignés (salariés agricoles, Sécurité sociale des indépendants), la pension de retraite que vous toucherez sera d'autant plus importante que vous aurez cotisé pendant un nombre de trimestres et sur des sommes importantes. Ainsi, ces 2 paramètres, trimestres et revenus, affectent la pension de différentes manières. Voici quelques rouages pour gagner des trimestres.

Les meilleurs moyens pour gagner des trimestres de retraite sans travailler plus – Source : iStock

Dès votre premier jour d’activité professionnelle, l’Assurance retraite a ouvert un compte à votre nom sous votre numéro de sécurité sociale. Toutes vos activités qui ont été déclarées, même si elles étaient saisonnières voire dans le cadre de vos études, sont reportées sur votre relevé de carrière en trimestres retraite. Ainsi, vous pouvez valider jusqu’à 4 trimestres par année civile.

Ce relevé de carrière vous permet de toujours avoir une vision globale des droits que vous avez acquis pour votre future retraite. Il récapitule les éléments comme la durée d’assurance, qui s’exprime en trimestres, et qui permet le calcul et le montant de votre future retraite de base. Évidemment, plus l’âge de prendre sa retraite approche, plus on compte le nombre des trimestres retraite à notre actif. Ainsi, dans certains cas, il en manque à peine quelques-uns. Vous approchez de l’âge de la retraite ? Des techniques aident à augmenter le nombre de trimestres sans travailler plus afin de doper vos futurs revenus de retraité.

Les âges légaux de départ à la retraite varient selon les régimes

62 ans est l’âge légal de départ à la retraite et voilà bien un sujet qui occupe l’esprit de nombreuses personnes.

  • Pour les salariés et les non-salariés du secteur privé, l’âge d’ouverture des droits à la retraite fixée à 62 ans.
    • Dans la fonction publique, l’âge d’ouverture des droits à la retraite est variable. 62 ans pour les agents des catégories « sédentaires » (métiers de bureau), qui sont mis d’office à la retraite à 67 ans. Et de 52 ou 57 ans pour les agents des catégories « actives » (métiers de terrain pénibles ou dangereux), mis d’office à la retraite à 57 ou 62 ans.
  • Dans les régimes spéciaux, l’âge d’ouverture des droits est variable (de 40 à 62 ans) et diffère selon le métier exercé et l’ancienneté. Notez tout de même que, depuis la réforme des retraites de 2010 et après une série de décrets, la majorité de ces régimes s’alignent progressivement sur l’âge légal de droit commun, à 62 ans.

Deux conditions : âge légal + nombre de trimestres

L’âge auquel vous cessez votre activité à un impact sur le montant de votre retraite. Pour pouvoir prendre votre retraite, vous devez atteindre un âge minimum légal. Celui-ci dépend du régime auquel vous appartenez. Toutefois, en cas de carrière longue et pénible, il vous sera possible de la prendre avant cet âge légal.

Si vous n’avez pas accumulé tous les trimestres requis, partir à l’âge légal ne garantit pas d’obtenir une pension de retraite à taux plein. Cependant, dès lors que vous atteindrez l’âge de 67 ans, cette condition de trimestres sera annulée. En effet, 67 ans, est l’âge du taux plein automatique. Même si vous n’avez pas le nombre de trimestres d’assurance retraite exigé.

En France, pour pouvoir prétendre à une pension de retraite, il faut donc atteindre l’âge légal et un nombre de trimestres retraite doit être validé. Si vous ne remplissez pas l’une ou l’autre de ces 2 conditions, vous ne pourrez pas prétendre à une retraite à taux plein.

La date de naissance

Ce chiffre varie en fonction de la date de naissance du futur retraité. En effet, il a évolué au cours des années et pourrait encore changer dans les années à venir du fait du projet houleux de réforme des retraites. En 2022, pour les personnes salariées dans une entreprise privée et nées après 1973, le nombre de trimestres cotisés est de 172.

Pour les personnes nées entre 1970 et 1972, il est de 171. Pour calculer simplement, il suffit de retirer un trimestre pour chaque tranche de deux ans (ordre décroissant). Une fois ce chiffre atteint, il est possible de prendre sa retraite à taux plein et ainsi obtenir le montant maximum possible. Ce montant varie en fonction de l’emploi que vous avez occupé et des revenus que vous avez perçus pendant votre vie active. Certaines professions bénéficient d’un nombre de trimestres moindre, en raison des risques et de la pénibilité de leur métier.

Les dates et les chiffres à retenir concrètement

S’il y a une date à retenir pour le passage à la retraite, c’est 62 ans. En effet, l’âge minimum pour prendre sa retraite est désormais fixé à 62 ans depuis 2010 pour l’ensemble des régimes de retraite pour les personnes nées après 1955, sauf cas particuliers que nous verrons après.

Ainsi, vous pourrez donc, à partir de 62 ans partir à la retraite quand vous le souhaitez, mais pas forcément avec une retraite à taux plein.

– Pour les personnes nées avant 1955 :

Date de naissance

Age minimum de départ en retraite

Avant le 1er juillet 1951

60 ans

Du 1er juillet au 31 décembre 1951

60 ans et 4 mois

Année 1952

60 ans et 9 mois

Année 1953

61 ans et 2 mois

Année 1954

61 ans et 7 mois

Année 1955

62 ans

 

– Néanmoins afin de pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein (sans décote), en plus d’avoir atteint l’âge minimum, vous devrez avoir cotisé un certain nombre de trimestres.

Année de naissance

Durée de cotisation

1948 ou avant

160 trimestres (40 ans)

1949

161 trimestres (40 ans et un trimestre)

1950

162 trimestres (40 ans et deux trimestres)

1951

163 trimestres (40 ans et trois trimestres)

1952

164 trimestres (41 ans)

1953 – 1954

165 trimestres (41 ans et un trimestre)

1955 -1957

166 trimestres ( 41 ans et deux trimestres)

1958 – 1960

167 trimestres (41 ans et trois trimestres)

1961 – 1963

168 trimestres (42 ans)

1964 – 1966

169 trimestres (42 ans et un trimestre)

1967 – 1969

170 trimestres (42 ans et deux trimestres)

1970 – 1972

171 trimestres (42 ans et trois trimestres)

À partir de 1973

172 trimestres (43 ans)

 

Le calcul des trimestres

Chaque personne peut valider un maximum de quatre trimestres par an. L’obtention d’un trimestre dépend des montants cotisés et non pas des heures réellement travaillées. Ainsi, un salarié qui perçoit des salaires élevés voit ses trimestres augmenter plus rapidement qu’un salarié payé au Smic.

En 2022, un trimestre validé correspond à un revenu brut de 1.585,50 euros. Ainsi, pour arriver à ce chiffre, l’organisme de gestion des retraites fait le calcul suivant : 150 X le Smic horaire brut.

Les périodes chômées sont prises en compte dans le calcul des trimestres d’une manière différente des périodes travaillées.

Ainsi, certaines périodes de chômage peuvent en effet être validés, à certaines conditions.

  • Dans le cas du chômage indemnisé, vous obtenez un trimestre par période de 50 jours chômés. En outre, vous bénéficiez de points pour le régime complémentaire.
  • Pour le chômage non indemnisé, certaines périodes peuvent être validées, sous conditions, mais elles ne donnent aucun point pour la retraite complémentaire.

Ainsi, en cas d’arrêt maladie de longue durée, un trimestre est validé tous les 60 jours d’indemnisation par l’Assurance Maladie.

En revanche, lors d’un congé sabbatique, il est impossible de valider un trimestre pour la retraite. Ainsi, décompte reprend après cette période et la reprise du travail.

Comment augmenter le nombre de trimestres retraite sans travailler plus ?

Aussi, d’autres moyens permettent d’obtenir des trimestres sans travailler. Une mère ou un père de famille qui a eu plusieurs enfants peut se voir attribuer des trimestres supplémentaires.

En effet, si vous avez des enfants, ils vous donnent droit à des trimestres supplémentaires d’assurance retraite. On parle de majoration (de durée d’assurance) pour enfant.

Les enfants donnent droit à des trimestres supplémentaires pour différents motifs. Des trimestres supplémentaires sont accordés en contrepartie de l’incidence sur la vie professionnelle de la maternité ou de l’accueil d’un enfant adopté et des démarches préalables à cet accueil. Et des trimestres supplémentaires sont aussi accordés en contrepartie de l’éducation de l’enfant. On parle de majoration maternité, de majoration d’adoption et de majoration d’éducation.

Pour tout enfant né ou adopté avant 2010, les trimestres supplémentaires sont attribués à la mère sauf situation particulière.

Ainsi, pour tout enfant né depuis 2010, les parents peuvent se répartir les trimestres supplémentaires accordés en contrepartie de l’éducation. Et, en cas d’adoption, les trimestres supplémentaires peuvent aussi être répartis entre les parents.

Comment racheter des trimestres ?

La loi Fillon accorde à tous les salariés des secteurs public et privé le droit de racheter des trimestres qui seront alors assimilés.

Ainsi, est possible de racheter jusqu’à 12 trimestres maximum pour améliorer soit le taux pris en compte pour le calcul de la retraite, soit le taux et la durée d’assurance.

Le site du service publique vous renseignera sur toutes les conditions à remplir.