Le pouvoir d’achat devrait baisser en France durant 2 années consécutives

La baisse du pouvoir d’achat pour cette année pourrait continuer jusqu’à l’année suivante. L’OFCE a dévoilé ses prévisions mercredi dernier.

Depuis maintenant quelques mois, l’inflation a chamboulé l’économie et le social de plusieurs pays dans le monde. La France en fait partie, le pouvoir d’achat des Français est au plus bas. Selon les prévisions de L’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), cette situation ne va pas s’arranger en 2023. De nombreux organismes gouvernementaux et non gouvernementaux ont fait des pronostics. Ils sont tous d’accord que pour 2023 le déficit budgétaire de l’État avoisine le 5 %. Voici les chiffres exacts.

Année 2023 : un pouvoir d’achat qui recule

La règle est simple, quand l’inflation augmente et le pouvoir d’achat diminue. Selon les chiffres publiés par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), l’inflation en septembre était de 5,6 % sur un an. Ce mercredi, l’OFCE a publié ses prévisions du pouvoir d’achat pour 2023.

Selon l’observatoire, malgré les différentes mesures de protection instaurées par l’État, le pouvoir d’achat des Français va reculer cette année et l’année prochaine. D’après les prévisions de l’unité de consommation (UC), le pouvoir d’achat baisserait de 1,4 %.

Cela effacera le progrès de 1,9 % enregistré en 2021. Le niveau de vie des Français serait alors au même niveau qu’en 2019. On parle de 2019, car avec la crise sanitaire, 2020 est considéré comme une année « quasi blanche ».

Des prévisions plus pessimistes que celles de l’exécutif

Pour l’exécutif, en 2023, le pouvoir d’achat des Français devrait augmenter de 0,9 %. L’OFCE est plus pessimiste. Déjà, pour cette année, selon l’observatoire, le pouvoir d’achat baissera de 0,1 %. Pour l’UC, le recul serait de 0,6 %.

Les différentes mesures prises depuis cet été (prestations sociales, point d’indice des fonctionnaires, SMIC…) n’ont fait que compenser les pertes du premier trimestre de l’année 2022. Selon l’institut de conjoncture, ces pertes sont très importantes.

« La baisse la plus forte depuis quarante ans », souligne l’institut de conjoncture.

Pour 2023, ce serait encore pire. Selon les prévisions de l’OFCE, le pouvoir d’achat baisserait 0,3 %. L’UC estime même un recul de 0,8 %. Par rapport à une hausse de 0,9 % estimée par Bercy, il faut dire que ces organismes sont assez pessimistes.

Toutefois, il y a une justification à cela. Cette divergence s’explique par la différence d’interprétation de l’évolution du marché du travail.

« Nous anticipons un retournement avec une remontée du taux de chômage à 8 % l’an prochain et la destruction de 175 000 emplois. Cela va peser sur la dynamique salariale », explique Mathieu Plane, économiste à l’OFCE.

De l’autre côté, l’exécutif appuie ses prévisions par les 100 000 créations d’emploi l’an prochain qui, selon lui « viendront soutenir les revenus des Français ». Qui dit vrai et qui a tort ? Seul le temps nous le dira, car on verra le moment venu.

Évolution de la consommation des ménages

Voici les chiffres à retenir depuis 2019 jusqu’aux prévisions de 2023. Nous tenons à préciser que les pronostics suivants se basent sur les données de l’OFCE :

  • 2019 : pouvoir d’achat en hausse de 1,8 %
  • 2020 : une baisse de 6,8 %. C’est dû aux crises sanitaires causées par le Coronavirus
  • 2021 : une augmentation de 5,2 %, après un long mois de confinement, l’économie est revenue un peu à la normale
  • 2022 : c’est encore une estimation, mais la hausse n’est que de 2,5 %. C’est-à-dire par rapport à l’année 2021, il y a une diminution de 2,7 %
  • 2023 : la hausse n’est que de 0,9 %.

À partir de 2022, les chiffres ne sont pas exacts, car il s’agit de simples prévisions. Par ailleurs, ce chiffre ne prend pas en compte l’idée d’une coupure totale d’exportation de gaz. C’est sur l’année 2023 que les prévisions de l’État et de l’OFCE diffèrent.

Les estimations concernant le PIB

Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le PIB français devrait être en hausse de 0,6 % pour 2023. Cette valeur se trouve au mieux des pronostics de ceux qui sont trop pessimistes et de ceux qui sont optimistes.

Le plus optimiste est la prévision de l’État qui prévoit une augmentation de 1 % pour le PIB 2023 et une hausse de 0,9 % pour le pouvoir d’achat. Toutefois, l’OFCE reconnaît que s’il n’y avait pas de flambée du prix de l’énergie, le PIB serait en hausse de 2 %.

On tient encore à préciser que tout cela reste des prévisions. Selon Mathieu Plane :

« Une plus grande utilisation de l’épargne pourrait modifier à la hausse notre scénario de croissance »

Du côté du déficit public, selon l’OFCE, l’idée de le garder à 5 % est un défi difficile. Selon les experts, cela va augmenter à 5,2 %.